Covid-19 à New York – le soutien du personnel de santé haitien est manifeste : CoucouMagazine rencontre Lisa Remilien, une inhalothérapeute

Au premier plan de cette horrible pandémie de Coronavirus, se tient la dynamique Lisa Remilien, dispensant ses soins professionnels avec un sourire éclatant qui ne quitte jamais son visage amical et ses mots de réconfort capables d’apaiser les douleurs les plus aiguës, physiques, mentales ou émotionnelles. Lisa est comme un ange de miséricorde au milieu de toute cette angoisse et de ce désespoir emparant la ville de New York.


Respiratory Therapists, le jour, poétesse à ses heures et musicienne par occasion, c’est une Lisa Remilien, sous un autre jour marqué par une cruelle padndémie de Coronavirus, qui a gracieusement accepté d’être l’invitée spéciale de Coucou Magazine pendant le mois de mai 2020.

Samedi 9 mai 2020 ((rezonodwes.com))–Pendant cette pandémie, sans inhalothérapeutes, les hôpitaux seraient handicapés car le virus fait des poumons et du cœur ses organes de prédilection. Les médecins et les infirmières comptent beaucoup sur les inhalothérapeutes pour obtenir des éclaircissements sur la manière d’aborder la redoutable maladie ayant fait plus de 78 795 victimes aux Etats-Unis.

COUCOU MAGAZINE est extrêmement ravi de vous accueillir et lier plus ample connaissance avec la charmante LISA RÉMILIEN, dont la vie bien achalandée ne laisse point de place pour l’ennui et la solitude. Lisa est Thérapeute en Respiration, auteure de trois recueils de poésie, guitariste avisée aux spectacles réjouissants et diseuse extraordinaire à la voix aguichante qui accroche les cœurs.

CM: En tant que physiothérapeute agréée à plein temps, vous vous trouvez en plein milieu de l’horrible énigme mondiale des coronavirus. Pouvez-vous partager cette expérience avec nous ?

LR : En cette période de pandémie, l’industrie de la santé a été bouleversée à bien des égards. Ainsi, nous sommes pressés d’acquérir et de nous habituer à une nouvelle réalité. Avec force, le COVID-19 nous a conduits à de nouvelles expériences, un processus d’apprentissage dans de nombreux domaines. Comme l’ont déclaré les scientifiques, COVID-19 est un virus qui s’attaque principalement au système respiratoire et au cœur. En tant que nouvelle maladie, il n’y avait pas de manière spécifique de l’aborder, simplement parce que nous n’en savions pas beaucoup sur elle. Nous étions à la merci des autres pays qui ont vécu le cauchemar de ce coronavirus. Nous devions être attentifs et nous adapter.

De nombreux hôpitaux ont proposé différentes méthodes de traitement qu’ils connaissaient le mieux. Jusqu’à aujourd’hui, ils font de leur mieux pour aider ceux qui sont infectés par cette bête inattendue. Cette nouvelle génération de la famille des coronavirus, connue sous le nom de COVID-19, nous a tous mis sur la sellette, les inhalothérapeutes, les médecins, les infirmières, y compris tous les autres membres de l’équipe soignante. Mais elle a fait payer un lourd tribut aux inhalothérapeutes, car c’est leur domaine d’expertise. Près de 85 % de tous les patients de COVID-19 ont eu besoin d’une intervention respiratoire. De nombreux patients ont été intubés et placés sous ventilation mécanique. D’autres ont dû être placés sur une machine non invasive appelée CPAP, un appareil qui fournit une pression positive continue des voies respiratoires pour soutenir la respiration. Certains patients s’en sont bien sortis. Mais beaucoup n’ont pas pu tolérer le traitement CPAP et ont été intubés. Les patients les plus chanceux ont juste besoin d’un peu d’oxygène pour faire face à la maladie.

En tant qu’inhalothérapeute, je n’ai jamais vu autant de décès de ma vie et je suis sur le terrain depuis plus de dix ans. Les gens tombaient comme des mouches, à gauche et à droite. Des larmes me sont venues aux yeux lorsque nous avons essayé en vain de sauver une femme de 39 ans atteinte de ces maladies. Elle a fait un arrêt cardiaque après avoir été placée sous respirateur. Elle avait un enfant de 10 ans à la maison. Comment expliquer à un enfant, dont la mère lui a soufflé un baiser de bonne nuit et lui a dit qu’elle serait bientôt de retour à la maison, que sa mère est morte deux jours après avoir été hospitalisée ? Elle a tout simplement le cœur brisé. Nous étions tous en larmes. Il y avait aussi un bébé né avec le COVID-19. Dieu merci, il est maintenant stable.

À l’hôpital où je travaille, quand une personne atteinte de COVID-19 et guérie, regagne après sa maison, elle joue pour nous tous sur l’interphone, une chanson des Beatles : « Here comes the sun. » Et tout le monde applaudit avec joie. Notre personnel est merveilleux, courageux, il s’habille comme des astronautes pour prendre soin des patients COVID-19. Je dois imaginer que c’est la même chose partout. J’ai été témoin d’une formidable solidarité entre les membres du personnel. Nous savons que nous sommes unis par le même combat. Je dois dire que les « New-Yorkais » savent soutenir une grande cause et montrer leur reconnaissance. Chaque jour, les gens des communautés, des marchés, des restaurants envoient de la nourriture à l’hôpital. Ils nous font également toutes sortes de dons depuis l’apparition du Coronavirus. Félicitations à eux !

C’est avec une grande joie que j’ai constaté une diminution des hospitalisations et des décès depuis la mi-avril environ. En outre, de nombreuses personnes sont maintenant sorties de l’hôpital, même les personnes âgées. Ce changement peut être attribué aux règlements « Rester à la maison et s’éloigner physiquement » et aux nouveaux traitements. Voici les rayons du soleil, en effet ! J’avais noté des approches différentes dans les traitements du COVID-19. L’utilisation du plasma en convalescence COV 2 est l’une d’entre elles et commence à montrer des résultats positifs. Médecins, Pharmaciens, Chercheurs, tous s’informent sur la meilleure façon de traiter les patients atteints du Coronavirus. Il y a moins de deux semaines, les gens mouraient comme des puces, et soudain, tout semble s’être calmé. C’est très mystérieux, très étrange. Quoi que ce soit, quoi que ce soit, pour le bien de l’humanité, j’espère vraiment que ça va continuer à s’améliorer.

CM : Vous êtes également une auteur-poètesse accomplie, ayant déjà publié trois livres de poésie. Combien de temps consacrez-vous chaque jour à l’écriture ?

LR : Je suis une poète dans l’âme ; et une poète sensible aussi. Je me considère comme une humanitaire qui consacre sa vie à aider les autres. J’écris partout, même au travail quand j’ai du temps libre. J’écris ce que je ressens et ce que je vois. Je suis touchée par l’amour véritable, par le miracle de la nature, par le miracle de la vie, par l’observation des autres. J’écris pour envoyer un message d’amour, pour donner de l’espoir et pour divertir. Peu importe où je suis, si je suis inspiré, j’écris. Et avant de le savoir, j’ai un recueil de poèmes.

J’écris de la poésie depuis que j’avais environ 10 ans. Et, à l’âge de 14 ans, j’ai tenté d’écrire mon premier roman qui n’a jamais été publié. Mon plus grand rêve était de devenir un auteur publié, ce qui a été pour moi une grande réussite.

J’ai toujours encouragé les gens à s’accrocher à leurs rêves. Un rêve, c’est de l’espoir. Mon rêve de devenir un auteur s’est réalisé, je suis maintenant un écrivain publié. La gratitude des gens avait joué un rôle majeur dans mes précédentes publications. D’autres personnes qui avaient lu mes poèmes m’ont donné une grande reconnaissance pour continuer à écrire. J’ai maintenant 3 livres de poésie sur le marché.

CM : Vos dons se développent également dans le domaine artistique en tant que peintre, guitariste et chanteur. Une journée en votre compagnie devrait ressembler au matin de Noël, à l’ouverture des cadeaux. Permettez-nous d’avoir un aperçu de l’excitation.

LR : Apprécier toutes les formes d’art. Mon amour pour la poésie et les autres arts a commencé dès mon plus jeune âge. Beaucoup de mes professeurs de primaire ont encouragé la classe à écrire des poèmes, à faire de la poterie, à dessiner, à jouer d’un instrument. L’un d’eux, en particulier, pensait qu’il aurait été merveilleux de dessiner quelque chose pour différentes occasions. Par exemple, dessiner une carte de Noël, une carte pour la fête des mères, la fête des pères ou une carte de la Saint-Valentin insérée avec un poème serait génial. J’ai toujours aimé voir la joie sur le visage de mes parents lorsque je leur offre un cadeau – poésie ou artisanat – que j’ai créé spécialement pour eux.

Ma guitare est mon bébé. Bien que je ne dépasse jamais ma capacité à être l’un des meilleurs, je joue suffisamment pour composer mes propres chansons. J’ai participé à des concerts, des rencontres privées entre amis, etc. Je pense avoir un répertoire assez bon pour sortir des feux de la rampe avec ma propre musique, mon propre album. J’écris de la musique pour toutes les occasions, pour les gens que j’aime, et pour mon petit paquet de joie, mon petit fils, qui est maintenant un bambin.

J’aime aussi la peinture, la bonne peinture. Je ne sais pas vraiment si la mauvaise peinture existe, car chaque artiste est unique et a sa propre façon de s’exprimer. Mais j’aime une grande peinture qui séduit mon cœur. C’est pourquoi je veux me sentir comme un artiste ressent et expérimente le bonheur de la création.

CM : Quel est votre secret pour ressembler à une si jeune adulte alors que vous jouissez déjà de la bénédiction d’être grand-ma ?

LR : Votre question m’a fait sourire à nouveau. Le secret du rajeunissement est de faire de son mieux en tout. Prenez la vie pour ce qu’elle est. Ne forcez jamais rien. Vivez la vie comme un beau voyage, il y aura des bons et des mauvais moments. Accrochez-vous à la rampe. Pleurez quand il est temps de pleurer, riez quand il est temps de rire et aimez dès que vous en avez l’occasion. Le reste, c’est un sommeil décent, des exercices légers, une alimentation saine et éviter le stress inutile. Prenez le temps de vous connecter et de reprendre contact avec vous-même. Ou tout simplement, apprenez à vous aimer et à vous apprécier.

CM : Ce fut un vrai régal de découvrir ce personnage fascinant aux multiples facettes qui enchante tant par ses manières affables inspirant la confiance même quand Covid-19 inquiète que par son œuvre littéraire et sa présence sur la scène artistique, déclamant de sa voix aguichante des poèmes romantiques ou à la guitare nous enivrant de ces airs nostalgiques de notre terroir. Nous espérons nous revoir bientôt. Bon succès dans toutes vos entreprises, chère Lisa.

LR : Encore mille mercis pour m’avoir reçue.

Propos recueillis par Coucoumagazine.net

Les 3 bouquins de Lisa Remilien [Beauty in my Dreamland Galaxie de RêvesLes Couleurs de l’amour] sont en vente sur Amazon.


Leave comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *.