Saisie de l’immeuble de la SOGENER:Les Vorbe dénoncent des persécutions

SOGENER : L’avocat de Réginald Max Jean Vorbe dénonce des persécutions de la part du pouvoir qui tente d’arrêter les Vorbe après une saisie immobilière.

Me Fanfan Guerilus, l’avocat de Réginald Max Jean Vorbe dénonce des persécutions. Dans une interview accordée à Juno7, ce jeudi 30 juillet, il a étayé la thèse de persécutions politiques contre son client seulement en raison de ses liens de parenté avec la famille Vorbe.


” Réginald Max Jean Vorbe ne fait pas partie du conseil d’administration de la SOGENER, en principe il ne devrait pas être visé dans la plainte du commissaire du gouvernement pour complot contre la sûreté de l’État. Aujourd’hui la police a tenté d’exécuter à tort un mandat d’amener contre mon client. Face à un tel acharnement nous nous réservons de faire ce que de droit”,a prévenu Me Guerilus.

Ce jeudi, des autorités judiciaires ont procédé à la saisie des biens appartenant à la SOGENER. Les locaux de la compagnie situés à Maïs Gâté ont été mis sous scellés. Me Fanfan Guerilus nous a confié que des agents de la police se sont rendus dans les résidences d’Élizabeth Débrosse Préval, Jean Marie Vorbe, Dimitri Vorbe et Réginald Max Jean Vorbe pour procéder à leur arrestation.

Ces actions menées par la justice sont contraires aux droits parce qu’elles s’appuient sur l’ordonnance du juge d’instruction Mathieu Chanlatte à la suite de la plainte inventée et déposée par le chef du parquet pour entre autres complot contre la sûreté de l’État. Selon lui le conflit opposant la SOGENER à l’État Haïtien à partir de la plainte pour escroquerie, corruption et blanchiment des avoirs, n’était pas encore évacué.

En novembre dernier, le chef de l’Etat avait jugé le contrat entre la SOGENER et l’État désavantageux pour le pays et comportait certaines clauses qui revêtent un caractère irrégulier. Jovenel Moïse en plus de résilier ce contrat, à toujours accusé la firme de vendre du “black-out” et d’être responsable de tous les maux du pays.

A lire aussi :


Leave comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *.