la-necessite-de-reformer-les-gouvernements-departemental,-municipal-et-des-sections-communales-en-haiti

La nécessité de réformer les gouvernements départemental, municipal et des sections communales en Haïti

Vendredi 25 septembre 2020 ((rezonodwes.com))– Si vous avez eu la chance de lire mes autres articles publiés dans différents réseaux en ligne, vous savez déjà que je crois que seules des institutions réformées sortiront Haïti de cette situation difficile.

Il y a une croyance que quelqu’un viendra un jour et résoudra tout le problème du pays comme un grand prophète comme le cas dans la Bible: Moïse, David ou Jérémie. Franchement, je crois que ce jour ne viendra jamais. Dans l’histoire haïtienne, nous avons eu de grands leaders: Dessalines, Pétion, Chirstophe, Toussaint, etc.

Ils nous ont tous rendus fiers de notre identité. Chaque pays a eu ses grands leaders dans son histoire. L’ère des grands leaders est complètement révolue. C’est maintenant l’ère des grandes institutions. Ne vous méprenez pas, je n’ai rien contre les grands leaders et les leaders visionnaires. Je n’ai rien contre les grands intellectuels. Ils sont tous bons pour Haïti ou pour tout autre pays. Si ces grands dirigeants politiques ou ces grands intellectuels ne transforment pas leurs connaissances en un certain type de bonnes institutions, leurs actes les accompagnent lorsqu’ils sont morts. C’est la triste vérité.

 J’ai récemment entendu le décès d’Yves Bastien, l’ancien ministre de l’économie sous le président Jocelerme Privert. C’était un grand intellectuel, j’adore l’entendre expliquer la situation haïtienne. Le professeur M. Dorval a été récemment assassiné. Grande perte pour le pays. Si ces personnalités publiques n’écrivaient pas au moins des livres, dans un sens, apres la mort, c’est fini.

Une chose que j’ai apprise en faisant de la recherche sur le gouvernement, c’est que tous les grands pays ont de grandes institutions, c’est ce qui les rend formidables. Leurs dirigeants ou leurs élites ont transformé leurs connaissances en institutions ou en grandes institutions. En Haïti, malheureusement, nos élites sont incapables de faire cela. Le mieux que nos grandes personnalités publiques ont fait est d’écrire des livres. Les livres sont bons mais pas assez. Des institutions, de bonnes institutions suffisent

Gouvernement departemental

En Haïti, nous avons quatre niveaux de gouvernement: section nationale, départementale, municipale et communale. Chacun d’eux est important. Chacun d’eux est une institution en soi. Chacun d’eux doit prendre sa part de responsabilité. Les faire fonctionner, c’est faire fonctionner Haïti. J’ai déjà abordé la manière de réorganiser le gouvernement national dans d’autres articles.

Pour vous le rappeler brièvement, nous devons avoir un système de gouvernement parlementaire avec un président choisi par le parlement avec une autorité limitée et le gouvernement vient des chambres des députés tous les cinq ans. Le Canada, l’Italie, l’Allemagne, la Grèce, Trinidad-et-Tobago, Israël en sont de bons exemples. Mes articles sur le système de gouvernement parlementaire ou le régime d’ Assemblée sont un excellent article que vous pouvez lire pour mieux comprendre comment réformer le gouvernement national.

Les gouvernements départementaux sont le deuxième niveau de gouvernement en Haïti en importance. Sur la base de la constitution actuelle ou de la constitution amendée de 1987, il est très centralisé. C’est le problème. Il faut au moins commencer par créer un gouvernement departemental autonome. Ce n’est pas quelque chose que j’ai inventé, c’est quelque chose qui existe déjà dans différents pays comme la France, le Canada, l’Afrique du Sud, les USA, etc.

Au lieu que le président désigne le premier délégué et que le gouvernement communal nomme les membres du conseil départemental, il devrait y avoir un vote où les gens du département votent pour les membres de l’assemblée départementale et l’assemblée nomme le premier délégué et les autres délégués parmi leurs membres. Une élection pour nommer directement un gouverneur dans chaque département, comme c’est le cas aux États-Unis, au Mexique et au Brésil, est très dangereuse.

C’est très dangereux car n’importe qui peut manipuler la population. L’élection directe est une idée dangereuse. C’est la raison pour laquelle le pays est en si mauvais état. Disons le département de l’Ouest, on peut par exemple diviser L Ouest en 50 districts distincts: LOuest, 1, L ouest 2, L ouest 3, 4, 5, 50 etc. après l’élection, l’assemblée départementale compterait 50 personnes élu au suffrage populaire pour cinq ans.

Tous les directeurs départementaux de l’éducation, de la police, du tourisme, de la famille, des travaux publics, etc. et quelques autres chefs de département seraient issus de cette assemblée départementale. Les gouvernements départementaux de la France, les gouvernements provinciaux du Canada sont de bons exemples.

Gouvernement municipal

Le gouvernement municipal ou gouvernement communal est le troisième niveau de gouvernement le plus important du pays. La façon dont il est organisé est l’avenir d’Haïti. Parce que notre pays est centralisé, certaines administrations municipales semblent même ne pas exister. Je respecte vraiment le courage du maire Wilson Jeudi pour l’excellent travail qu’il a accompli à Delmas pour en faire un meilleur endroit pour ses citoyens. Malheureusement, après le départ de Jeudi, personne ne sait ce qui arrivera à Delmas. Des réformes sont nécessaires pour faire de Delmas et de toutes les autres communes un meilleur endroit pour leurs citoyens. La configuration actuelle où trois personnes sont élues directement comme maire, maire adjoint et maire assistant devrait être modifiée pour un meilleur système. Le meilleur système est que la commune ait un conseil municipal composé de différents conseillers et les conseillers choisissent entre eux le maire pour cinq ans.

Advertisement

Ce modèle a été couronné de succès en France, au Royaume-Uni, en Afrique du Sud et dans certains autres pays. Par exemple, Delmas peut être divisé en 20 districts distincts ( Delmas A1, A2, A3, ……A20, etc)  Chacun élirait un conseiller. Le conseil municipal comprendrait 20 personnes représentant différents partis politiques. Les 20 conseillers choisiraient entre eux le maire et les vice-maires. Ce système indirect empêche un politicien populeux sans vision de prendre le pouvoir sans programme. Ce système crée un meilleur gouvernement démocratique et assure la continuité d’un bon gouvernement. Chaque conseiller dirigerait un département différent dans la ville. Par exemple: police, travaux publics, pompiers, etc. Le gouvernement national partagerait le pouvoir avec les autres niveaux de gouvernements en fonction de la réalité sur le terrain.

 gouvernement des sections communales

Le gouvernement de la section communale est un gouvernement. En Haïti, il y a une tendance à ignorer le gouvernement des sections communales comme s’il n’existait pas. C’est une fausse hypothèse. Réparer le gouvernement de la section communale, c’est réparer Haïti. L’avenir d’Haïti est entre les mains de ces niveaux de gouvernement. C’est comme ça dans la plupart des pays organisés et Haïti ne fait pas exception. En France, certaines communes comptent 2 000 habitants et le gouvernement communal est aussi important que le gouvernement national. Tout comme les autres niveaux de gouvernement, le gouvernement de la section communale devrait être très autonome avec tous les financements et soutiens nécessaires pour faire son travail.  Comme la section communale étant très petite, l’élection de trois personnes directement élues pour gérer son affaire n’est pas une mauvaise idée. Cela n’a pas le mauvais effet que cela a dans la commune. Tous ces niveaux de gouvernement (section communale, départemental, municipal ) devraient être élus tous les cinq ans. Cela ne veut pas dire une seule élection pour tous. Des calendriers électoraux différents seraient la meilleure chose à faire, mais chacun devrait être fixé pour cinq ans.

Réparer Haïti, c’est réparer ses institutions. Il n’y a pas de chemin aux alentours. En réalité, les principales institutions pour faire d’Haïti un pays meilleur existent déjà, elles ont juste besoin d’être réparées. Dans cet article, nous vous prouvons l’importance des gouvernements  départementaux, municipaux, et des sections communales en tant qu’institutions de l’état d’Haïti et comment ils doivent être réparés car l’avenir du pays en dépend.

Federation Nationale des ASEC d'Haiti - Fenasec - Posts | Facebook

Pour lire mes autres articles, vous pouvez m’envoyer un email à Adeshommes@hotmail.com ou taper Archange Deshommes dans le champ de recherche de Rezo Nodwes

Archange Deshommes, ancien enseignant des écoles publiques à Miami, Floride, USA

Certifié en sciences sociales par le Florida Department of Education

Adeshommes@hotmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *