petro-caribe|decryptage-de-la-version-3:-«rehabilitation-de-la-route-carrefour-44/cotes-de-fer»-la-cour-n’a-pas-pu-retracer-les-transactions-pour-$7-millions-sur-les-22-millions-debloques-par-bmpad-via-mef-entre-2012-&-2015

Petro Caribe|Décryptage de la version 3: «Réhabilitation de la route Carrefour 44/Côtes-de-fer»- la Cour n’a pas pu retracer les transactions pour $7 millions sur les 22 millions débloqués par BMPAD via MEF entre 2012 & 2015

Un humour pince sans-rire, le président Jovenel Moise compte organiser des élections « honnêtes et crédibles« , et son CEP-Dermalog renferme des hommes et des femmes de compétences rares qui ont déjà fait leurs preuves sur le terrain et à l’étranger et maintenant capables de mener à bien la mission de céder la place à Michel Martelly, le grand gestionnaire des fonds de Petro Caribe de 2011 à 2016, à côté de Laurent Lamothe.

Vendredi 25 septembre 2020 ((rezonodwes.com))–Dans le cadre de la réalisation des travaux « Réhabilitation de la route Carrefour 44 – Côtes-de-fer« , sous l’administration Martelly-Lamothe, $ US 28 millions 887, 966.74 ont été transférés par le BMPAD sur les comptes du Ministère de l’Économie et des Finances (MEF), Compte Spécial du Trésor et du Trésor public, a mentionné la Cour des Coptes dans son troisième rapport d’audit sur la dilapidation des fonds de Petro Caribe.

La CSCCA en analysant les différents Ordres de décaissement de décembre 2012 à janvier 2015, a noté que $ US 22,414,481.55 ont été virés sur le compte du Centre National des Équipements (CNE) et $ US 1,402,816.10 ont été versés à l’entreprise DEKA TIRES S.A. à partir des comptes du MEF, Trésor Public et CSTD.

Toutefois, selon la résolution du 22 juillet 2015, la balance sur la résolution du 15 avril 2015 était de $ US 7,224,066.52. Ce qui suppose, analyse la Cour, que $ US 7,775,933.48 avaient déjà été décaissés sur cette résolution

Advertisement
ndlr 15 avril 2015-.

Pourtant, la Cour n’a retracé aucun décaissement, dans les rapports par ordre de décaissement pour les résolutions du 15 avril 2015 et 22 juillet 2015 transmis par le BMPAD, pour le projet de « Réhabilitation de la route Carrefour 44 – Côtes-de-fer ». Soulignons qu’en juillet 2015, le pays venait tout juste de faire connaissance de nèg bannan, un slogan creux et vide de sens.

Enfin, le CNE n’a pas fourni à la Cour dans le cadre des présents travaux la Fiche d’Identité et d’Opération de Projet (FIOP), document de projet, journal des transactions, réquisitions et pièces justificatives des opérations effectuées afin d’attester de la conformité de la livraison du projet par rapport aux spécifications planifiées. Il s’agit d’une déficience significative des moyens de contrôle applicables aux projets d’investissement qui constitue une irrégularité ayant causé préjudice au projet et à la communauté, compte tenu de l’importance de l’investissement et des fonds publics en cause.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *