avons-nous-seulement-le-choix-de-rester-en-haiti?,-s’interrogent-des-jeunes

Avons-nous seulement le choix de rester en Haïti?, s’interrogent des jeunes

La crise actuelle continue de faire pleuvoir les opinions. Quelle soit d’ordre sociale, politique ou économique, elle ne fait qu’affecter l’espoir des Haïtiens, dont les plus jeunes.

La classe juvénile semblerait opter pour ”se réfugier” hors d’Haïti. Plus d’espace pour évoluer dans un pays où la garantie d’apprentissage et d’emploi reste ”stérile”. L’espoir est ailleurs, dénonce-t-elle et culpabilise la gérontocratie.

”Qu’est-ce qu’il a de bon à recevoir d’un pays où le mérite n’existe presque pas. J’ai 26 ans et j’ai 2 diplômes professionnels et 1 universitaire. Jusqu’ici, ils sont sous mon lit. Je fais des petits boulots par-ci par là heureusement, et ceux qui n’en ont pas cette chance ?”, argue Nanthe, licencié de l’École normale supérieure (ENS).
”Avons-nous seulement le choix de rester ? Chômage, insécurité, problème sanitaire. Qu’importe la destination, le pays, ”bye-bye” Haïti, insulte-t-il avec humour pour se justifier.

”Se réfugier, fuir, partir, laissons-les leur pays. Certes, il y a des jeunes irresponsables, mais pourquoi nous mettre dans le même panier ”, a avancé, entre autres phrases, un jeune préférant garder l’anonymat.

”Ka nou grav. Figurez-vous que vous êtes dans la vingtaine et qu’un employeur vous demande des dizaines d’années d’expérience ?, se plaint une jeune femme, qui dénonce les avances sexuelles courantes au sein de certains entreprises et institutions.

Advertisement

Fuir Haïti, pour certains d’entre eux, reste la seul option pour avoir une vie meilleure. Partir pour aller où importe peu, il suffit d’avoir un job pour se nourrir, se loger et avoir accès à de maigres privilèges, Haïti ne présentant aucune opportunité d’évoluer, dénoncent-ils.

En pleine pandémie de Covid-19 de plus en plus de jeunes haïtiens espèrent laisser le pays pour se réfugier ailleurs, dans l’espoir d’atteindre un maigre ”Eldorado” tandis que d’autres, hors du territoire, demandent à retourner au bercail.

Pooshy ROSANA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *