cep-dermalog-–-l’ordre-democratique-et-constitutionnel-est-« brise »-en-haiti,-admet-joseph-lambert,-le-nouveau-pion-deplace

CEP-Dermalog – L’ordre démocratique et constitutionnel est « brisé » en Haïti, admet Joseph Lambert, le nouveau pion déplacé

L’ancien sénateur Joseph Lambert, un allié sûr du régime PHTK, qui se terre dans le silence, refait surface, simplement on aurait tiré sur ses ficelles. Notons que Lambert ne s’est jamais prononcé sur les divers massacres perpétrés dans le pays par des gangs G9 pro-pouvoir et les actes de répression des policiers contre des manifestants. Sachant pertinemment bien que le CEP-Dermalog illégal et inconstitutionnel de Jovenel Moise, n’ira nulle part, le nouveau pion déplacé prône pour un accord politique.

"organiser un referendum et des élections, des taches impossibles attribuées au CEP" Dermalog mort-né, avoue Lambert.

Lundi 28 septembre 2020 ((rezonodwes.com))–Alors que divers secteurs de la société civile critiquent sévèrement la récente installation du CEP-Dermalog, illégal et inconstitutionnel, l’ancien président du Sénat et allié de PHTK, Joseph Lambert, a appelé à « un accord politique pour résoudre la crise« , née de l’entêtement et des velléités de Jovenel Moise à établir une nouvelle dictature dans le pays.

Selon l’ancien parlementaire qui se terre dans le silence, « le pays est dans une impasse, aggravée par la disparition du pouvoir législatif, qui brise l’ordre constitutionnel et démocratique« , néanmoins, il ne s’est jamais prononcé sur les multiples arrêtés et décrets en folie publiés par le régime, notamment le nouveau Code Pénal contesté.

L’ancien allié de PHTK, a souligné que la constitution du CEP sans consensus minimum, est un « coup dur pour notre jeune démocratie » et que tout doit être fait pour revenir à l’état de droit.

Dans un texte publié lundi sur les réseaux sociaux, M. Lambert exhorte l’État à retrouver sa composition et son autorité grâce aux institutions prévues par la loi, et à organiser des élections crédibles pour renouve ler le personnel politique.

Advertisement

Pour l’ancien représentant du Sud-est, « organiser des élections et et entreprendre un referendum pour l’approbation d’une nouvelle Constitution est une tâche impossible pour les nouveaux membres du CEP« , cependant, des partisans du pouvoir et des fanatiques aveugles, prêts à acculer la presse indépendante jouissant d’une haute crédibilité, ne le voient pas sous cet angle, trop animés d’un engouement de rafler tous les sièges au parlement et d’appuyer le retour à la dictature un avis contraire.

Lambert insiste sur le dialogue entre les différents acteurs politiques, même si les contradictions sont profondes. « Seul un accord politique, de bonne foi, entre le pouvoir exécutif, l’opposition et la société civile permettra d’établir des mécanismes utiles pour le nécessaire retour à l’État de droit« , a-t-il déclaré, tout en souhaitant que les 10 sénateurs pensionnaires puissent finalement prouver leur utilité.

Notons que l’ex-sénateur Joseph Lambert dont le nom circulait, en début de cette année, à la Nonciature Apostolique pour devenir le premier-ministre « légitime » de Jovenel Moise, bien avant le parachutage de Joseph Jouthe, ne s’est pas prononcé pour la fin de mandat de celui-ci alors qu’il est entrain de prôner pour un retour à « l’ordre démocratique et constitutionnel« .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *