haiti|batonniergate-–-« l’assassinat-de-me.-dorval-est-un-crime-d’etat »,-qualifie-la-batonniere-legros,-appelant-les-avocats-a-une-journee-de-mobilisation-le-5-octobre

Haïti|BâtonnierGate – « l’assassinat de Me. Dorval est un crime d’état », qualifie la bâtonnière Legros, appelant les avocats à une journée de mobilisation le 5 octobre

La Justice exige justice. Aucune surprise. La justice est bâillonnée sous le régime de Jovenel Moise au point que personne n’accorde foi au rapport d’enquête de la DCPJ autour du lâche assassinat de Me. Dorval qualifié de « crime d’état », par plusieurs organismes de défense de droits humains en Haïti et également par la bâtonnière a.i. Me. marie Suzy Legros.

À Port-au-Prince, une nouvelle marche pacifique pour exiger justice pour le Bâtonnier Dorval, froidement assassiné, il y a exactement un mois, sera organisée le 5 octobre prochain.

Lundi 28 septembre 2020 ((rezonodwes.com))–Le Conseil de l’ordre des avocats de Port-au-Prince profitera de l’ouverture des tribunaux à cette date du 5 octobre, « pour appeler à une nouvelle journée de mobilisation pour presser les autorités judiciaires à des actions concrètes devant faciliter la tenue d’un procès pour faire toute la lumière sur l’assassinat le 28 août dernier du Bâtonnier Monferrier Dorval« .

À l’initiative du Conseil de l’ordre des avocats de Port-au-Prince, une marche pacifique sera organisée à Port-au-Prince en vue d’exiger justice et réparation pour le docteur Dorval. L’annonce a été faite ce lundi 28 septembre au Palais de justice par la bâtonnière ai, lors d’une rencontre avec la presse. Me. Marie Suzy Legros qui a qualifié de »crime d’État », l’assassinat du procédurier, invite tous les avocats à accompagner le Conseil dans cette mobilisation le 5 octobre prochain.

Advertisement

Dans l’intervalle, la désignation du magistrat Renord Régis pour conduire l’instruction ne semble à outre mesure soulager la communauté de la Basoche de  Port-au-Prince. Elle dénonce des tentatives visant à entraver la suite de l’enquête, sans évoquer la moindre détail.

Parallèlement, le secrétaire du Conseil, Me Robinson Pierre-Louis invite les autorités compétentes a faire cas de la proposition de 47 Barreaux encourageant la mise sur pied d’une commission d’enquête indépendante pour accompagner la procédure. Le Palais national saisi par une correspondance n’a encore fait droit à la demande regrettent les membres du Conseil de l’ordre des avocats de Port-au-Prince.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *