haiti|faktori-–-les-syndicalistes-se-mobilisent-et-les-patrons-« pleurnichards »-font-part-de-leurs-inquietudes-a-jovenel-moise-a-propos-de-l’essor-« sans-precedent »-de-la-gourde-face-au-dollar

Haïti|faktori – Les syndicalistes se mobilisent et les patrons « pleurnichards » font part de leurs inquiétudes à Jovenel Moise à propos de l’essor « sans précédent » de la Gourde face au Dollar

« les investisseurs paniqués par la récente et « sans précédent » progression de la gourde »

Mercredi 30 septembre 2020 ((rezonodwes.com))–Au dernier jour de l’année fiscale 2019-2020, les syndicalistes haitiens du secteur des industries de sous traitance ont brandi la nécessité d’une révision de la grille salariale à partir du 1er octobre 2020. « Sinon, nous allons nous mobiliser » a prévenu Pierre Télémaque, coordinateur de Plasit-Bo, tout en appelant à une augmentation réelle de salaire pour le prochain exercice fiscal.

De son côté, la Chambre de commerce de Corée en Haïti, a envoyé une lettre à l’apprenti-dictateur Jovenel Moïse, au premier ministre de facto Joseph Jouthe et au gouverneur a.i de la Banque centrale Jean Dubois, exprimant leur inquiétude face à la « récente et sans précédent » progression de la gourde, qui provoque la panique chez les investisseurs.

Selon les hommes d’affaires, le secteur a déjà souffert en 2020 de l’impact de la pandémie qui a laissé plusieurs milliers de personnes sans emploi.

Par ailleurs, les syndicalistes du secteur textile ont rejeté les déclarations des patrons syndicaux qui ont menacé la suppression des milliers d’emplois avec la récente appréciation de la monnaie nationale par rapport au dollar.

Pour le syndicaliste Pierre Télémaque, « les chefs d’entreprise ne veulent qu’anticiper le mouvement des travailleurs, qui vont exiger un ajustement des salaires à partir de demain, jeudi, avec le début du nouvel exercice

Advertisement
« .

Télémaque a traité les patrons du textile de « pleurnichards » et a critiqué le fait que, « alors que la gourde perdait de sa valeur, les hommes d’affaires ne s’exprimaient pas. Lorsque le dollar était à la hausse, ils n’ont rien dit. Ils pourraient payer deux employés l’équivalent de 50 dollars« , a-t-il dénoncé.

Soulignons qu’on ne sait pas trop par quel tour de prestidigitation, en moins d’un mois, la monnaie nationale haïtienne a récupéré 40 % de sa valeur par rapport au dollar, après que le gouvernement eut indiqué avoir diminué ses dépenses avant la fin de l’année fiscale, et que la banque centrale eut autoritairement sanctionné plusieurs entités financières qui spéculaient sur le taux de change.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *