assassinat-gregory-saint-hilaire-:-des-etudiants-expriment-leur-colere-dans-les-rues-de-port-au-prince,-les-policiers-de-« fantomes-509 »-ont-fait-ecole!

Assassinat Grégory Saint Hilaire : Des étudiants expriment leur colère dans les rues de Port-au-Prince, les policiers de « Fantômes 509 » ont fait école!

Au passage des étudiants dans certaines rues de la capitale, la majorité des véhicules garés sur la voie publique ont eu leurs parebrises cassés. Des automobilistes ont été agressés et les clés des véhicules confisquées par les protestataires

Mardi 6 octobre 2020 ((rezonodwes.com))– Durant cette énième journée de mobilisation pour exiger justice et réparation pour leur camarade Grégory Saint-Hilaire, tué le vendredi 2 octobre dernier par des agents du Palais National, les étudiants ont opéré a la manière des  »Fantômes 509″.

Au centre-ville de Port-au-Prince, des automobiles qui arpentaient la rue Capois ont été attaqués par le manifestants. Des chauffeurs ont été agressés et les clés des véhicules saisies par des manifestants qui refusent d’accepter la perte brutale de leur camarade. 

Le mouvement pour exiger des autorités policières de fixer les responsabilités dans le meurtre de l’étudiant a été exécuté en ordre dispersé. Des artères ont été paralysées à la circulation en raison des véhicules mis en travers de la chaussée par des étudiants opérant en groupes éparpillés. 

Ce mardi 6 octobre, la contestation a été vécue intensément et les manifestants ont eu recours à des stratégies portant sur la solidarité estudiantine. À la rue Rivière, un groupe d’étudiants ont envahi les locaux de cette entité privée pour conscientiser et solliciter la solidarité des étudiants de l’UP face au danger, disent-ils, auquel le pays est exposé.

Advertisement

 »Le President Jovenel Moïse est en train de franchir le rubicon. L’assassinat de Grégory Saint-Hilaire confirme que la dictature est en train de s’implanter en Haïti »,_ a lancé l’un de leader du mouvement a des étudiants visiblement paniqués par l’energie engagée lors de cette communication.

Au Champs de Mars, au terme du mouvement, des étudiants retranchés dans l’enceinte de la Faculté d’Éthnologie, ont visé des agents de l’Unité départementale de maintien d’ordre montant la garde à l’angle des rues Oswald Durand et Saint-Honoré.

Des pierres ont été lancées en direction des agents de l’ordre qui s’étaient abrités pour se protéger de l’offensive des étudiants. 

Le secteur compris entre le Champs de Mars et le conglomérat de l’Hôpital de  l’Université d’État d’Haïti (HUEH) a été pratiquement fermée à la circulation automobile.

Des pneus enflammés, des carcasses de véhicules, de grosses pierres installées dans des sections au cœur de Port-au-Prince, ont entravé la circulation et donné un coup d’arrêt aux activités socioéconomiques. 

Hervé Noël
vevenoel@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *