haiti-:-le-concert-des-partis-politiques

Haïti : Le concert des partis politiques

Lundi 5 octobre 2020 ((rezonodwes.com))– Le titre sonne très attrayant comme si le pays jouisssait d’une santé démocratique inouïe. Pourtant, la pagaille y fait son petit bonhomme de chemin.

La somalisation du pays va bon train, personne ne dirige et tout le monde dirige.

Haïti est à la recherche d’un leadership responsable, moderne et éclairé sans lequel il est impossible d’avancer et de faire œuvre qui vaille. La naissance de ce leadership s’avère indispensable vu les nécessités du moment.

La police se macoutise, n’entend ni à hue ni à dia, les gangs imposent leurs volontés, le pouvoir est absent, l’opposition est en lambeaux, se cherche et ne se trouve pas 
Quand les élections s’approchent, les partis politiques pullulent sans aucune règle.

Le citoyen qui est en mesure de réunir une vingtaine de potes et proches-parents, a déjà son parti politique automatiquement reconnu par le ministère de la justice et l’organe électoral.

Aucune condition préalable n’est nécessaire comme cela se fait dans certains pays qui exigent un pourcentage raisonnable d’adhérents au niveau national.

La République « forte » de plus de 200 regroupements politiques, prêts à fonctionner et à confondre les citoyens. Un bulletin électoral devrait avoir la superficie du désert de Sahara et le votant devrait avoir aussi sa loupe en main pour pouvoir identifier son poulain pour lequel, il est convaincu de voter. Il paraît que personne n’en est conscient.

Advertisement

C’est réellement ridicule. Au moment où vous lisez ce texte, un parti politique naît. Chaque ex-parlementaire accouche le sien sous des noms les uns les plus risibles que les autres.

Nous vivons une débandade en Haïti, résultante d’un échec scolaire cuisant au lendemain du départ de Baby Doc. Les centres d’études ont cessé de valoir leur pesant d’or, à chaque instant sont perturbés par les turbulences politiques incessantes.

Les acteurs deviennent si médiocres et les débats se nullifient. Nous sommes à temps de rectifier le tir pour éviter le « pire » moyennant un tantinet de volonté.

Ed Exil-Noël
Médecin-stomatologisteÉcrivain-poèteEx-journaliste/reporter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *