la-republique-dominicaine-favorable-au-maintien-de-binuh-en-haiti-pour-« garantir-la-tenue-des-elections »-apres-« un-large-pacte-politique »

La République Dominicaine favorable au maintien de BINUH en Haïti pour « garantir la tenue des élections » après « un large pacte politique »

Jovenel Moise ne demande pas mieux que diriger le pays par personne interposée pourvu qu’il termine son mandat tout en s’assurant de remettre le pouvoir à Michel Martelly à travers des élections-bidons. Ainsi, comme l’a révélé Dr. Jack Guy Lafontant, en janvier 2019, « PHTK ap pran pouvwa a pou o mwen 50 tan » et les élections ne seront que des farces à défaut de nommer par décret ou arrêté les sénateurs et députés pro-pouvoir et alliés.

C’est aux dominicains qui ont eu leur indépendance d’Haïti en février 1844, qu’il revient maintenant de décider de l’avenir hypothéqué de plus de 12 millions d’haïtiens…tout cela, la faute d’un groupe d’individus prêts à livrer le pays au nom de leurs petits intérêts mesquins.

Mercredi 7 octobre 2020 ((rezonodwes.com))–Intervenant lundi au Conseil de Sécurité des Nations-Unies, le ministre dominicain des Affaires Extérieures, Roberto Álvarez, Alvarez, a plaidé en faveur de « la permanence du Bureau intégré des Nations unies (Binuh) en Haïti« , installé il y a un an.

Alvarez qui a appelé la communauté internationale à fournir au peuple haïtien une assistance humanitaire, ainsi que les ressources nécessaires pour investir dans les infrastructures et la création d’emplois, s’est toutefois montré un peu préoccupé pour la dégradation du niveau de vie en Haïti.

Il a déclaré que « la République dominicaine est préoccupée par la profonde crise sociale, économique, sanitaire et politique que traverse le pays voisin, marquée par la stagnation dans l’organisation des élections législatives et l’absence de consensus sur un programme politique commun pour sortir de l’impasse et s’engager sur la voie d’une stabilité durable

Advertisement
« , sans jamais faire allusion aux détournements de fonds de Petro Caribe dont plusieurs dirigeants du régime PHTK, incluant le président Jovenel Moise, est accusé dans un rapport officiel de la Cour des Comptes.

Le Binuh, a précisé, le ministre dominicain, « doit faciliter un large pacte politique en Haïti, qui doit garantir la tenue d’élections législatives, considérées comme la tâche la plus urgente« . Cette annonce d’un consensus serait-elle la fin sans début du CEP-Dermalog mort-né.

Par ailleurs, la représentante spéciale de l’ONU en Haïti, Hélène La Lime, est accusée par une frange de l’opposition haïtienne d’être de mèche avec le pouvoir PHTK bénéficiant un total appui de Binuh n’ayant jamais dénoncé les actes de corruption voire appuyer l’arrestation de tous ceux impliqués dans les vols et détournements des fonds publics, particulièrement Petro Caribe. « Une seule chose compte pour La Lime« , selon un représentant du secteur démocratique, « les élections-Dermalog et l’application d’une nouvelle Constitution remise au valet Jovenel Moise« .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *