l’office-de-la-protection-du-citoyen-preoccupe-par-des-cas-d’assassinat-et-autres-formes-d’injustice-sur-des-particuliers

L’Office de la Protection du Citoyen préoccupé par des cas d’assassinat et autres formes d’injustice sur des particuliers

L’OPC, préoccupé par des cas d’assassinat, et autres formes d’injustice sur des particuliers

Jeudi 8 octobre 2020 ((rezonodwes.com))–Office de la Protection du Citoyen (OPC), institution indépendante nationale de promotion et de protection des droits humains, exprime son inquiétude et sa plus vive préoccupation face à la détérioration du climat sécuritaire caractérisé par des violations et atteintes du droit à la vie et une recrudescence du phénomène d’enlèvement dans le pays.

Le cas d’assassinat du Bâtonnier Me Monferrier DORVAL, le 28 août 2020 et celui de l’étudiant Grégory SAINT HILAIRE, le vendredi 2 octobre, à côté, bien sûr, de nombreux crimes révoltants perpétrés sur des citoyens et citoyennes ont provoqué, à raison, la colère et l’indignation de nombreux secteurs notamment celui de la communauté universitaire.

Tout en exigeant justice et réparation pour toutes les victimes tombées sous des balles assassines, l’OPC observe avec indignation, l’usage d’une violence exagérée, inacceptable, intolérable dans les revendications pour la justice. Des véhicules privés et du service de l’Etat sont sauvagement attaqués.

A titre d’exemple, plus d’une dizaine de véhicules appartenant au personnel et au corps professoral du Rectorat de l’Université d’Etat d’Haïti (UEH) ont été saccagés, sans foi ni loi, devant le local du dit Rectorat le mardi 6 octobre par des manifestants qui se disent “vouloir obtenir justice”…

Attaquer et détruire des biens des particuliers, agresser physiquement et psychologiquement de pauvres chauffeurs de transports publics, terroriser des fonctionnaires de l’Etat qui ne sont nullement concernés ni de près, ni de loin par des actes d’assassinat est une autre forme d’injustice cruelle et inacceptable. La justice n’est pas synonyme de violence. Elle est aussi contraire à la vengeance. La violence et la vengeance tuent la justice. Elles entravent l’épanouissement des droits humains et une distribution saine de la justice. Nous devons toutes et tous rejeter la violence.

Advertisement

Dans le contexte socio-politique actuel, la distribution de la justice constitue la priorité car elle nous permettra d’attaquer les défis de l’heure. Les autorités étatiques doivent être à l’écoute de la population et faciliter le renforcement du système judiciaire, capable de répondre aux attentes des justiciables.

A cet effet, l’OPC appuie la demande de la Conférence Internationale des Barreaux sollicitant l’implication d’une Commission Internationale dans l’enquête sur l’assassinat du Bâtonnier, Me Monferrier DORVAL.

Ce sera un début de justice…

L’OPC encourage tous les secteurs vitaux de la vie nationale à conjuguer leurs efforts pour l’instauration d’un Etat de Droit en Haïti, face au règne de la violence, de l’anarchie et de l’impunité.

Port-au-Prince, le 08 octobre 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *