la-virginite-d’une-fille-est-elle-une-valeur-dans-la-societe-haitienne?

La virginité d’une fille est-elle une valeur dans la société haïtienne?

Vendredi 9 octobre 2020 ((rezonodwes.com))– Les années se défilent. Autrefois, ce qui était considéré comme valeur ne l’est plus aujourd’hui.

La société est dépravée. La perversion est partout. L’exception devient la règle. L’anormal devient normal. La moralité est à son plus bas niveau. L’immoralité bat son plein.

Enfin, c’est le déclin des valeurs.

Dans les années 70, 80 et même 90, la virginité était considérée comme le symbole d’une fille pure. C’est l’une des raisons pour laquelle les filles préservaient leur virginité jusqu’après la nuit des noces. Et, le lendemain leurs parents et amis pouvaient voir exhiber à l’entrée de la maison le drap tâché de sang prouvant leur honneur.

Le corps d’une fille était considéré comme sacré à un point tel qu’il fallait être extrêmement curieux et oisif pour l’apercevoir. Sous les yeux vigilants de ses parents responsables, une fille, même en rêve ne saurait laisser à un homme riche ou pauvre de ravir son honneur avant même qu’elle ne soit mariée par peur d’être frappée d’une mort sociale. La pudeur était à l’honneur.

Jusqu’à notre époque, pour certains garçons à parent, épouser une fille vierge c’est épouser le bonheur. Pour reprendre les propos de Kévin Pierre de Press Lakay, qui aime recevoir un cadeau qu’un autre a déjà déballé et utilisé.

Advertisement

Pendant cette décennie, le corps de certaines filles a une valeur vénale. Leur intimité est mise en évidence. Pas mal d’entre elles, pour une raison ou pour une autre sont déjà déflorées en dehors des liens du mariage.

Cependant, tout n’est pas perdu dans la société. Il y a des hommes et des femmes qui conservent encore les valeurs d’antan. Détrompez-vous si vous avez pensé le contraire. « Pa panse tout moun se menm bagay ak nou » dirait Marvel Dandin de Radio Kiskeya.

La vertu, la décence, la pudeur, la modestie, l’humilité où sont-elles passées dans la société ? Hélas ! devan pòt tounen dèyè kay. Qui l’aurait cru !

Marius MARECHAL

Tél. : (509) 38 00 4198  

 E-mail: marechalmarius365@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *