tirs,-panique-et-au-moins-un-blesse-lors-d’une-tournee-du-ministre-coffy-a-delmas-2

Tirs, panique et au moins un blessé lors d’une tournée du ministre Coffy à Delmas 2

À Canez Construction, une délégation conduite par le ministre du Commerce et de l’Industrie, Jonas Coffy voulant s’enquérir de l’affichage des prix des articles a vécu la peur. Des détonations ont retenti, au moins un cas de blessés a été constaté

Mardi 13 octobre 2020 ((rezonodwes.com))– Les automobilistes qui arpentaient le conglomérat du Bas-de-Delmas ont été contraints de rebrousser chemin  suite à une situation de tension constatée dans ce secteur.

Des tirs à l’arme automatique ont été entendus provocant une panique généralisée dans la zone. Le titulaire du MCI, Jonas Coffy, à la tête d’une forte délégation d’inspecteurs et de journalistes, entendait s’informer sur la structure des prix des articles de construction affichés par les responsables de Canez Construction.

Cette démarche, prétend le ministre, fait suite aux mesures du gouvernement de facto d’évaluer l’impact de l’appréciation de la Gourde face au dollar américain. Elle répond également à la circulaire de la Banque de la République d’exiger aux hommes d’affaires de libeller leurs marchandises en monnaie locale.

À l’intérieur de ce complexe commercial, l’atmosphère était tendue. Les membres de la délégation, obligés de se mettre à l’abri, se questionnaient sur le mobile de ces tirs. Entre temps, un citoyen apparemment membre de la direction de Canez Construction a été précitamment accueilli avec le visage ensanglanté consécutif aux éclats des vitres percutés par des projectiles.

Advertisement

Selon ses témoignages, son véhicule a été criblé de balles au moment où il tentait de regagner son bureau.

Le climat d’insécurité qui prévaut à Port-au-Prince, avec la multiplication des assassinats en série et des actes d’enlèvement, traduit l’impuissance des autorités policières à ramener l’ordre. Des gangs armés imposent leur loi à Bas-Delmas en dépit d’une présence soutenue des installations policières.

Le quartier général du Corps d’intervention et de maintien d’ordre (CIMO), la Direction centrale de la Police routière, l’Inspection générale de la Police nationale d’Haïti entre autres concentrés à Bas Delmas n’arrivent jusqu’ici à juguler la violence entretenue par les gangs de Barbecue.

Hervé Noël
vevenoel@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *