selon-opc,-le-haut-commandement-de-la-pnh-minimise-une-execution-sommaire-sur-l’un-de-ses-membres

Selon OPC, le haut commandement de la PNH minimise une exécution sommaire sur l’un de ses membres

Dans une note publiée ce dimanche 18 octobre 2020, l’Office de Protection du citoyen (OPC) dénonce et condamne avec la dernière rigueur les agissements barbares des agents de la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ) survenus à l’hôtel Révélation (sise à Delmas 35) dans la nuit du mercredi 15 au jeudi 16 octobre.

L’OPC condamne la DCPJ qui a rentré à l’hôtel par effraction prétextant qu’elle était à la recherche d’un chef de gang et a exécuté un policier affecté à l’USGPN répondant au nom de Jean Rosner Glezil.

L’organe de Droits Humains condamne également les explications mensongères du porte-parole de la Police nationale d’Haïti (PNH), le Commissaire Michel-Ange Louis Jeune, faisant croire que le policier ne s’est pas identifié, ce qui laisserait croire que les policiers assassins de la DCPJ étaient en légitime défense.

Advertisement

L’organe de Droits Humains a, par ailleurs, rappelé l’assassinat de l’étudiant Grégory St-Hilaire survenu à l’enceinte de l’ENS et l’avocat Me Caleb Jean Baptiste qui a failli touver la mort sur sa personne par un policier connu sous le nom de Bleck affecté au sous-commissariat de Savane Pistache.

L’OPC condamne les exactions commises par les membres de la PNH et rappelle au Haut commandement qu’il a l’obligation juridique de sanctionner ses membres responsables de violations de Droits Humains. Si non ils seront tenus pour responsables des ses exactions et exposés à des éventuelles poursuites pénales.

Jeff Jean Joseph

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *