les-banques-haitiennes-font-tout-sauf-leur-veritable-mission,-celle-de-l’intermediation-financiere,-critique-l’economiste-eddy-labossiere

Les banques haïtiennes font tout sauf leur véritable mission, celle de l’intermédiation financière, critique l’économiste Eddy Labossière

L’économiste Eddy Labossière critique le manque de rapprochement entre les banques commerciales haïtiennes et le secteur productif.

Lundi 19 octobre 2020 ((rezonodwes.com))–L’économiste haïtien Eddy Labossière a critiqué lundi le grand écart qui sépare les banques commerciales haïtiennes du réel secteur productif, alors que, selon lui, les institutions financières affichent une forte rentabilité.

Le président de l’Association des économistes haitiens a révélé l’existence d’un décalage entre la baisse constante du produit intérieur brut et les bénéfices des institutions bancaires.

Dr. Labossière a souligné que les établissements de crédit accumulent une épargne nationale à hauteur de 190 milliards de gourdes (environ trois milliards de dollars) ; cependant, moins de 20 % de ce montant se traduisent par des crédits destinés à stimuler la production nationale et une croissance régulière et continue. Parallèlement, les Banques Dominicaines donnent plus de 60% des dépôts sous forme de crédit.

« Ces banques font tout sauf accomplir leur véritable mission qui est de faire de l’intermédiation financière, elles ont fait de l’exclusion financière une réalité purement haïtienne« , a déploré le spécialiste sur ses réseaux sociaux.

Labossière a récemment défendu l’appréciation de la monnaie nationale par rapport au dollar, et a critiqué la spéculation bancaire et le blanchiment d’argent qui fait chuter la gourde, sans aucune réponse macroéconomique.

L’économiste a insisté sur la nécessité d’un nouveau système bancaire qui ne spécule pas trop et qui favorise la production et la compétitivité.

L’appréciation de la gourde, qui a récupéré près de 50 % de sa valeur par rapport au dollar, suscite des applaudissements et des critiques dans les différents secteurs, tandis que pour le gouvernement de facto, qui n’a rien fait pour réduire le taux de chômage en Haïti, l’appréciation de la gourde par rapport démontre que ‘tout va pour le mieux dans le pays », l’un des plus pauvres au monde.

Advertisement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *