les-journalistes-ont-tort-d’accorder-la-parole-aux-bandits,-selon-le-pm-jouthe

Les journalistes ont tort d’accorder la parole aux bandits, selon le PM Jouthe

Celui qui s’est vanté avoir l’habitude de converser par téléphone avec des chefs de gangs, Joseph Jouthe, a fait la leçon aux journalistes et médias qui donnent la parole à ceux qu’il qualifie de ”terroristes”.

Le Premier ministre haïtien, en réponse à une question posée par un journaliste sur l’autorité du chef de gang ”Ti lapli”, qui avait revendiqué l’enlèvement contre rançon du citoyen Wolf Hall, fils du propriétaire de ”Titi Loto”, a donné tort aux travailleurs de la presse qui se positionne comme canal de diffusion des bandits en Haïti.

Advertisement

M. Jouthe a pris le soin de préciser que ”Ti lapli est un terroriste, un quidam et un kidnappeur”. Sa parole n’a aucune valeur pour moi, a-t-il affirmé. Pour conclure et d’un air farouche, le chef du Conseil Supérieur de la Police Nationale (CSPN), a catégorisé le chef de gang de Martissant de ”gwo van ti lapli”.

Pooshy Rosana

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *