etats-unis-:-la-nouvelle-realite

États-Unis : La Nouvelle Réalité

par Carlo W. Paul

Mercredi 27 octobre 2020 ((rezonodwes.com))– Dans cette période d’incertitude pour l’avenir, il est utile de se pencher sur la réalité de la vie politique d’aujourd’hui « La nouvelle réalité ». Elle est dominée par un abêtissement général, perceptible autour de nombreux paramètres.

Dans cette présente administration, toutes les normes politiques supposés, selon la Constitution, concourir à l’exercice de la démocratie, sont en voie de disparition. Le dernier sondage de Septembre 2020 sur l’état d’esprit du peuple américain, montre que cette administration est devenue l’institution la plus impopulaire (21% de confiance). Les taux d’adhésion s’effondrent.

Cette administration de par sa nature donne voie à la courtisanerie, qui se distingue de l’engagement, par sa motivation: l’intérêt carriériste, la vanité ou simplement l’éblouissement puéril. La situation d’aujourd’hui n’a rien à envier à celle du duc De Saint-Simon (16-17e siècle). Nous avons appris, par la lecture, qu’en ce temps-là opportunistes et flatteurs, prolifèrent autour du prince, obsédés, au mépris de toute dignité.

La politique dans cette présente réalité est avant tout affaire d’émotion et d’affect, se limitant au choix d’une idole [Trump], un gourou, une vedette médiatique dont la mission est d’incarner. Incarner quoi? La question ne se pose même pas, ou à peine. Le chef est une fin en soi, l’incarnation du rêve et de l’illusion à laquelle chaque citoyen est invité à se soumettre. Ce phénomène est le plus symptomatique du climat d’asservissement général. Tout se transforme en un grand spectacle ; la vie politique a vocation à se changer en spectacle déconnecté de la réalité où se divertissent des acteurs, des artistes de l’illusion.

Faute de gouverner et d’agir sur le monde des réalités, ils se livrent à une surenchère d’annonces spectaculaires, de coups de communication, de slogans et de paroles creuses, de provocations censées remplir le vide laissé par leur démission. Il n’est pas d’aveu plus évident de l’impuissance et du renoncement politique que les gesticulations de Trump, un fanfaron.

Le qualificatif de démocratie appliqué actuellement à la nation est au cœur de la duperie. Il est admis une fois pour toute que l’élection se résume à une sorte de fête des illusions. Pour Trump et ses acolytes au Sénat, ce que pense le peuple n’a pas la moindre apparence d’importance.

L’avenir se prépare sans lui et en dehors de lui. Il est conçu par des forces et des individus prétendument détenteurs de la vérité, sur l’avenir, la sécurité, la morale, les impôts et la dette publique, l’éducation nationale, c’est-à-dire les grands sujets de notre temps.

Advertisement

Le néant des idées et des projets n’est en rien synonyme de tolérance, de concorde et de sagesse. C’est le contraire qui se produit. La nature ayant horreur du vide, le nihilisme se traduit par une fuite en avant dans la radicalisation et le sectarisme. Dès lors que le réel n’a plus la moindre importance, la politique devient surenchère de promesses démagogiques malgré les conséquences de l’affrontement hargneux et sectaire entre opportunistes hystériques.

Il existe dans cette administration un climat d’irresponsabilitéet d’indifférence générale qui constitue une porte ouverte à toutes les dérives et tous les abus. Les dirigeants peuvent faire absolument n’importe quoi aujourd’hui : corruption avérée, mensonges, contradictions, fautes monstrueuses aux conséquences tragiques, insultes contre la nation, trahison, les mécanismes de mise en jeu de leur responsabilité (politique, judiciaires) sont comme neutralisés. Tout est possible et rien ne semble devoir les arrêter.

Dans cette nouvelle réalité créée par le culte républicain, disparaissent les références historiques et intellectuelles. On ne croit plus dans les sciences.

La réponse médiocre face à la pandémie (Covid19).

Il en faudrait sans doute peu pour démontrer la vanité, l’absurdité et la dangerosité du grand cirque administratif. L’éclat de voix, d’un présentateur de télévision [Fox News] d’un rappeur [Kanye West] ou de n’importe quel pitre n’ayant jamais lu un livre vaut plus que la parole d’un médecin et n’importe quel tweet méchant écrase d’un coup de talon les directives du CDC.

Sur ce terrain de médiocrité et d’incompétence administrative s’enracine la nouvelle réalité.

Carlo W Paul
cwpolo@aol.com« 
A Nation is defined by the character of its people »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *