intolerance-de-l’impunite-–-arrestation-de-6-militaires-de-la-garde-ntle-du-mexique-pour-leur-participation-a-l’execution-d’une-femme

Intolérance de l’impunité – Arrestation de 6 militaires de la Garde Ntle du Mexique pour leur participation à l’exécution d’une femme

« je ne protégerai personne, car il n’y a pas d’impunité au sein de ce gouvernement ». président Andres Manuel Lopez Obrador.

Jovenel Moise et Joseph Jouthe n’en peuvent pas faire autant chez nous en Haïti, le pays le plus corrompu de la région par surcroît, infesté de gangs armés pro-pouvoir. Quoiqu’ils disent et fassent, les auteurs intellectuels de l’assassinat du bâtonnier Dorval courent encore les rues. Et plus récemment, des policiers de la Garde présidentielle qui ont participé à l’exécution sommaire d’un étudiant de l’Ecole Normale Supérieure continuent d’attirer les bonnes grâces de l’apprenti-dictateur.

Mardi 27 octobre 2020 ((rezonodwes.com))–L’arrestation de six membres de la Garde Nationale pour leur participation présumée dans l’exécution d’une femme à Delicias, Chihuahua, démontre l’intolérance de l’impunité, a déclaré mardi le président Andres Manuel Lopez Obrador.

Lors d’un point de presse quotidien au Palais national, le président mexicain a indiqué que les présumés responsables de ces événements seront punis conformément à la loi.

Jessica Silva et son mari rentraient chez eux à bord d’une camionnette après avoir participé aux manifestations du 8 septembre au barrage de La Boquilla. À Delicias, ils ont rencontré des unités de la Garde Nationale qui ont ouvert le feu sur eux.

La femme est décédée sur le champ tandis que son conjoint a été grièvement blessé. Le bureau du procureur général de la République a engagé des poursuites pénales contre six militaires, qui ont été par la suite arrêtés. Lopez Obrador a déclaré qu’il ne protégera personne, et qu’ il n’y a pas d’impunité au sein de ce gouvernement.

Advertisement

En Haïti, l’un des pays les plus corrompus de la région et l’un des plus pauvres au monde, plusieurs dossiers d’assassinat dont l’un a été dénoncé comme « crime d’état », par des organismes de droits humains, traînent encore dans les tiroirs du Parquet. Le Commissaire du gouvernement est aux ordres de Jovenel Moise et de Joseph Jouthe, respectivement, président de la république et premier-ministre de fait,ont soulevé des étudiants à la Faculté de Droit à Port-au-Prince.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *