elections-–-constitution-:-jovenel-moise-entre-le-marteau-des-usa-et-l’enclume-de-la-population

Elections – Constitution : Jovenel Moïse entre le marteau des USA et l’enclume de la population

Mercredi 28 octobre 2020 ((rezonodwes.com))– En ce moment, il faudrait peut-être revenir avec la formule lapidaire  »Pauvre Jovenel » de Daly Valet qui avait tant choqué les fanatiques Tet Kale, lors de l’annulation des résultats du premier tour des élections de 2015.

L’apprenti-dictateur, en effet, se débat comme un pauvre petit diable dans un bénitier pour faire passer ses lubies personnelles pour des objectifs institutionnels, en dépit de la force de frappe de ses soldats G9 et de la machine bien huilée de la propagande à la Sola.

Entre son patron nominal, la population; son patron effectif, les américains; et, ses sponsors de l’élite économique, le Président se retrouve seul avec son équipe, à jongler entre des desidératas toujours contraires et parfois louches, sans arriver à offrir une once de satisfaction durable à l’un ou à l’autre.

Alors que les aiguilles de l’horloge tournent à la vitesse Grand V et que la date fatidique du 7 février arrive à grand pas pour sonner le glas constitutionnel de son mandat, les gesticulations et décisions à l’emporte-pièce du Président n’arrivent toujours pas à aboutir.

Quand le Président annonce son intention de décréter les élections et veut constituer son CEP, la société civile boude son initiative et les citoyens, en dépit des menaces, refusent de se procurer la fameuse carte-Dermalog, seul sésame pouvant permettre l’accès aux bureaux de vote.

Quand le Président s’entend avec les oligarques pour casser la valeur du dollar face à la gourde et annonce fièrement avoir contribué à faire baisser les prix des produits de première nécessité, la devise américaine se raréfie et s’échange au prix fort sous le manteau, dans un cadre encore plus informel que les transactions avec les cambistes au coin des rues.

Advertisement

De plus, l’euphorie de la baisse de la vie chère semble n’être que de courte durée, car l’élite économique, après avoir faiblement diminué les prix, récupère de plus en plus ses billes en imposant des hausses arbitraires.

Quand le Président affirme clairement qu’il va changer la constitution de 1987, et ceci, avant d’organiser des élections, il se fait rapidement taper sur les doigts par les États-Unis :

 »Le Parlement haïtien doit être rétabli dès que possible pour qu’Haïti revienne sur une voie démocratique », assène sèchement Michael G Kozak, Assistant Secrétaire a.i. pour le Bureau des Affaires Hémisphériques du Département d’État américain.

Kozak a également averti le leader Tet Kale que les institutions démocratiques haïtiennes devraient déterminer le mécanisme juridique approprié pour le changement constitutionnel, avec la contribution de la société civile.

Quelle sera donc la prochaine étape pour Jovenel Moïse dans sa lutte pour la survie de son pouvoir et de la domination de sa clique sur les ressources nationales?

Jacques Diogène Eristin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *