l’unesco-denonce-ceux-qui-attaquent-et-harcelent-hors-ligne-et-en-ligne-des-journalistes-qui-disent- »la-verite-aux-puissants »

L’Unesco dénonce ceux qui attaquent et harcèlent hors ligne et en ligne des journalistes qui disent  »la vérité aux puissants »

 »La mort n’est pas le seul risque auquel les journalistes sont exposés : les attaques contre la presse peuvent prendre la forme de menaces, d’enlèvements, d’arrestations, d’emprisonnements ou de harcèlement – hors ligne et en ligne », a déclaré la directrice de l’UNESCO tout en rappelant la position unique et déterminante des journalistes qui leur permet, selon les termes du Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, de « dire la vérité aux puissants »

Mardi 3 novembre 2020 ((rezonodwes.com))–

Message de Mme Audrey Azoulay, Directrice générale de l’UNESCO, à l’occasion de la Journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre des journalistes

L’un  des  rôles  les  plus  importants  des  journalistes  consiste  à  mettre  la  vérité  en lumière. Cela suppose d’identifier, de compiler et de vérifier les faits, puis de rendre compte avec exactitude de leur signification. Cela place les journalistes dans une position  unique  et  déterminante  qui  leur  permet,  selon  les  termes  du  Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, de « dire la vérité aux puissants ».

Cependant, pour trop de journalistes, dire la vérité a un prix. Vérité et pouvoir ne vont pas toujours de pair – entre 2010 et 2019, près de 900 journalistes ont été tués dans l’exercice  de  leur  métier,  dont  plus  de 150  au cours  des deux  dernières années. Beaucoup ont perdu la vie en couvrant des conflits, mais beaucoup plus encore sont tués  en  dehors  des  situations  de  conflit,  pour  avoir  enquêté  sur  des  affaires  de corruption, de trafic, de malversations politiques, de violations des droits de l’homme ou d’atteintes à l’environnement.

La mort n’est pas le seul risque auquel les journalistes sont exposés : les attaques contre   la   presse   peuvent   prendre   la   forme   de   menaces,   d’enlèvements, d’arrestations,  d’emprisonnements ou de harcèlement  – hors  ligne et  en ligne,  et ciblant les femmes en particulier. S’il est quelque peu réconfortant de constater que le nombre de journalistes tués en 2019 a atteint son plus bas niveau depuis une décennie,  ces attaques d’un autre genre progressent à un rythme alarmant, et la crise de la COVID-19 a fait apparaître de nouveaux risques pour les professionnels des médias dans le monde entier.

Nous pouvons et nous devons faire davantage. Dans sept cas sur huit, les auteurs de ces crimes restent impunis. Les journalistes sont indispensables pour garantir le droit  fondamental  à  la  liberté  d’expression  énoncé  à  l’article 19  de la  Déclaration universelle des droits de l’homme. Lorsque des journalistes sont attaqués en toute impunité, il y a une défaillance des systèmes judiciaire et de sécurité pour tous.

Advertisement

Les États ont donc l’obligation de protéger les journalistes et de veiller à ce que les auteurs  de  crimes  à  leur  égard  soient  tenus  responsables.  Les  juges  et  les procureurs,  en  particulier,  ont  un  rôle  important  à  jouer  pour  promouvoir  des procédures  pénales  rapides  et  efficaces.  À  cette  fin,  l’UNESCO  a  formé  près  de 17 000  acteurs  judiciaires  ces  dernières  années,  notamment  sur  les  questions d’impunité, et met actuellement au point des principes directeurs en partenariat avec l’Association internationale des procureurs et poursuivants pour aider les procureurs à enquêter sur les crimes et les attaques contre des journalistes.

Pour sensibiliser l’opinion et soutenir ces actions, l’UNESCO célèbre chaque année, le  2 novembre,  la  Journée  internationale  de  la  fin  de  l’impunité  pour  les  crimes commis contre des journalistes. Cette année, notre campagne #EndImpunity met en exergue certains des risques spécifiques auxquels les journalistes sont confrontés dans leur quête de la vérité. En ce jour, j’appelle tout le monde à se joindre à cette campagne, ainsi que tous les États membres et les organisations internationales et non gouvernementales à unir leurs forces pour garantir la sécurité des journalistes et en finir avec l’impunité.

Ce n’est qu’en enquêtant et en engageant des poursuites pour les crimes commis contre   les   professionnels   des   médias   que   nous   pourrons  garantir  l’accès   à l’information et la liberté d’expression. Ce n’est qu’en disant la vérité aux puissants que nous pourrons faire progresser la paix, la justice et le développement durable dans nos sociétés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *