les-feministes-haitiennes-denoncent-une-insecurite-d’etat-accrue-programmee-dans-le-pays

Les féministes haïtiennes dénoncent une insécurité d’état accrue programmée dans le pays

Haïti, à l’heure d’une « insécurité d’Etat programmée« , à l’approche de la fin de mandat constitutionnel de Jovenel Moise, dénonce RNDDH.

Vendredi 6 novembre 2020 ((rezonodwes.com))–L’organisation Solidarité des Femmes Haïtiennes (SOFA) ainsi que d’autres plateformes féministes progressistes ont dénoncé vendredi les récents actes de violence, enlèvements et meurtres qui sèment le deuil au sein de la population.

Plusieurs sympathisants se sont rassemblés devant le ministère à la Condition Féminine et ont interrogé la lenteur des autorités à arrêter, ensuite juger les responsables de crimes, en particulier pour le meurtre d’Évelyne Sincère, 21 ans, qui a été kidnappée, violée et torturée fin octobre.

Les manifestants ont déposé des banderoles aux portes de l’institution en exigeant les arrestations immédiates des bandits responsables des massacres, et ont demandé au détenteur à la ministre de facto du ministère à la Condition féminine de faire une déclaration sur les derniers événements survenus dans le pays.

Advertisement

Les féministes ont également exigé la fin de l’impunité et ont pointé directement du doigt le gouvernement de l’apprenti-dictateur Jovenel Moise pour son inaction.

Dimanche dernier, rappelons-le, le corps sans vie d’Évelyne Sincère a été retrouvé dans une décharge de la capitale après que ses ravisseurs, des présumés membres de G9 et alliés du pouvoir, aient demandé à la famille une forte rançon de 100 000 dollars pour sa libération.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *