la-direction-politique-de-l’opposition-invite-les-haitiens-a-se-mettre-ensemble-pour-barrer-la-route-au-projet-dictatorial-de-jovenel-moise

La Direction Politique de l’Opposition invite les Haïtiens à se mettre ensemble pour barrer la route au projet dictatorial de Jovenel Moïse

Lundi 9 novembre 2020 ((rezonodwes.com))– La Direction Politique de l’Opposition a pris note de l’entêtement du Président Jovenel Moise à saper les bases de la République et sa tentation de transformer le pays en un État de non droit.

La Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (CSCCA) l’une des plus opportunes institutions indépendantes, créées par la Constitution de 1987 à côté des trois pouvoirs constitutifs de l’Etat, a été mise sous coupe réglée et dépouillée de ses principales attributions constitutionnelles, à travers un décret, adopté par un gouvernement souffrant d’un flagrant déficit de légitimité et publié au Journal Officiel de la République à la date du 6 novembre 2020.

Le Président Jovenel Moise, encore une fois, a très clairement réaffirmé son constant mépris pour la constitution de 1987 et ses velléités de ne pas respecter les limites qu’elle lui impose. « Le Président n’a d’autres pouvoirs que ceux que lui attribue la Constitution » (Article 150).

Le Président Moise agit, comme si la République, dont il se vante d’être le seul chef, n’était sous l’empire d’aucune constitution.

Les arrêtés portant formation du Conseil Électoral Provisoire, avec mandat d’organiser un référendum constitutionnel et du comité consultatif pour l’élaboration d’une nouvelle constitution, sa décision de vider l’ULCC et l’UCREF de leur contenu, de ne pas organiser d’élections pour le SENAT, la chambre des députés et les collectivités territoriales confirme que les seules volontés du Président Moïse font loi aujourd’hui, en Haïti.

Les Ministres qui ont participé à ces violations caractérisées de la Constitution en paraphant ces décrets se doivent de se rappeler qu’ils sont les premiers et principaux responsables autant que le Président de ces actes inconstitutionnels qu’ils signent ou contresignent.

« En aucun cas l’ordre écrit ou verbal du Président de la République ou du Premier Ministre ne peut soustraire les Ministres de la responsabilité attachée à leurs fonctions » (Article 169.1).

Advertisement

Ces derniers doivent s’attendre à être poursuivis, par devant les tribunaux ordinaires, pour crime de haute trahison, une fois libérés de leurs fonctions le 7 février 2021. Sous la présidence de Monsieur Moise, nombre d’anciens ministres des gouvernements passés ont dû répondre à des convocations au cabinet d’instruction, pour des actes et décisions pris dans l’exercice de leurs fonctions. Certains ont même dû prendre le chemin de l’exil.

A bon entendeur ! Salut !

Face à toutes ces dérives qui mettent en danger l’avenir de notre pays, la DIRECTION POLITIQUE DE L’OPPOSITION fait un appel solennel à tous les secteurs de la vie nationale (le secteur politique, la société civile, le secteur religieux, le secteur privé, les intellectuels, la jeunesse, les étudiants, les écoliers, les paysans, les syndicats, les chauffeurs de taxi motos) à se mettre ensemble pour barrer la route au projet dictatorial de Jovenel Moise.

Ce n’est plus l’affaire des Partis politiques seulement, cette situation menace tout le monde comme le phénomène du kidnapping qui touche toutes les couches de la société haïtienne.

Vive Haïti, Vive la démocratie.

Pour la Direction Politique de l’Opposition

Paul Denis
Rosemond Pradel
Marjorie Michel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *