a-l’inspection-generale-de-la-pnh,-l’audition-de-jean-pascal-alexandre-a-failli-tourner-au-drame

À l’Inspection Générale de la PNH, l’audition de Jean Pascal Alexandre a failli tourner au drame

L’inspecteur général en chef, Hervé Julien et les membres d’une délégation du Syndicat de la Police nationale d’Haïti ont failli venir aux mains après des mésententes sur le protocole de l’audition du policer Jean Pascal Alexandre

Mardi 10 novembre 2020 ((rezonodwes.com))– Le policier Jean Pascal Alexandre, affecté à la Brigade de lutte contre le trafic des stupéfiants (BLTS), devra prendre son mal en patience avant de pouvoir se présenter pour une nouvelle audition à l’Inspection générale de la Police nationale d’Haïti (IGPNH) à Delmas 2.

La séance programmée, au mardi 10 novembre 2020, a été avortée en raison de désaccords entre les deux parties sur le protocole de l’exercice, a rapporté Jean Pascal Alexandre.

L’inspecteur général en chef Hervé Julien accompagné de son équipe du haut-commandement de la PNH a renoncé à procéder à l’audition en raison de la présence de deux autres membres de la délégation, déclarés persona non grata, dans son bureau.

L’avocat Jean Fritz Magny et le policier Guerby Geffrard  ont été appelés à laisser le périmètre de l’épreuve, a restitué Jean Pascal Alexandre.

Devant le refus des membres de la délégation d’obtempérer, le responsable de l’IGPNH a ordonné le renvoi de l’examen. Par la suite, des propos grossiers ont été proférés à l’encontre du responsable de ‘’SOS Police, SOS Démocratie’’, Jean Fritz Magny, a révélé l’agent de la BLTS. Le numéro un de l’IGPNH a menacé les membres de la délégation et la situation a frôlé le drame.

Advertisement

Par ailleurs, le policier concerné Jean Pascal Alexandre, solidaire avec ses pairs, n’a pas voulu lâcher du lest. Il a exigé la présence de son avocat et d’un témoin, conformément à la loi, a-t-il insisté. Les deux parties étaient restées sur la corde raide, et l’interrogatoire n’a pas pu être réalisé.

Dans l’intervalle, les policiers dénoncent un processus de matraquage médiatique et des persécutions dont ils font l’objet pour avoir engagé un mouvement syndical au sein de l’institution policière.

Hervé Noel
vevenoel@gmail.com

Audition Jean Pascal Alexandre        

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *