la-fraude-dans-les-services-financiers-mobiles-en-haiti:-comment-la-reconnaitre-et-la-prevenir-?

La fraude dans les services financiers mobiles en Haiti: Comment la reconnaitre et la prévenir ?

Samedi 14 novembre 2020 ((rezonodwes.com))– Dans une communication en date du 10 novembre 2020 , MonCash, le principal fournisseur de services financiers mobiles en Haïti, dit noter que le phénomène de l’insécurité ne cesse de battre son plein dans le pays et frappe toutes les couches. Il dénonce des fraudeurs qui utilisent tous les moyens pour simuler des transferts afin d’avoir des informations sur les clients pour en faire des cibles potentielles.

Cependant la fraude n’est pas un phénomène nouveau dans les services financiers. Elle a fait l’objet de nombreuses études. On peut noter celle présentée par MicroSave Consulting (MSC) , une société de conseil spécialisée qui, depuis 20 ans, a poussé le monde vers une inclusion financière, sociale et économique significative.

En effet MicroSave a étudié la fraude dans les services financiers mobiles et a distingué cinq (5) types de fraude.

  1. FRAUDE LIÉE AUX CONSOMMATEURS
    La fraude perpétrée par les consommateurs est la fraude initiée par des fraudeurs qui se font passer pour des clients. Ce type de fraude vise les agents, les autres consommateurs, les entreprises et les prestataires de services financiers mobiles. Il s’agit de la fraude la plus courante sur le marché, qui transcende toutes les phases de développement des services. On la rencontre plus fréquemment pendant la phase d’activation des opérations, lorsque les consommateurs ont davantage confiance dans le service, sans pour autant bien connaître tous les risques potentiels. La principale méthode de lutte contre ce type de fraude passe par des actions de sensibilisation des consommateurs, bien qu’il existe aussi de nombreux dispositifs decontrôle qui peuvent être mis en place dans les systèmes et les procédures pour lutter contre ces risques.

Les formes de fraude les plus courantes dans cette catégorie comprennent :

a- Fausse monnaie (faux billets) : les fraudeurs déposent de la fausse monnaie chez les agents en échange de monnaie électronique, qu’ils retirent immédiatement auprès d’autres agents, de guichets automatiques ou de terminaux de point de vente.

b- Phishing : les fraudeurs envoient de faux SMS aux agents, que ce soit au moyen de leur propre téléphone ou en les générant automatiquement à partir d’un ordinateur. Les SMS ont l’air authentique aux yeux des destinataires.

c- Escroquerie – Les clients escroquent les agents après avoir noué de bonnes relations avec leur personnel, ou nouent des relations avec certains employés pour ensuite les tromper dans le but de voler de l’argent liquide ou de la monnaie électronique.

Mesures de prévention
• Le régulateur devrait travailler avec les opérateurs pour sensibiliser les différents prestataires des réseaux de distribution (agents) aux caractéristiques de sécurité des billets de banque officiels.
• Campagnes d’information des consommateurs sur les caractéristiques des billets de banque officiels, comprenant des supports destinés aux points de vente, comme par exemple des affiches.
• Les agents devraient être encouragés à investir dans des outils de détection des
faux billets, comme par exemple des appareils UV ou des compteuses de billets.
• Mise en place de lignes d’appel ou de points de contact pour signaler l’apparition de faux billets.
• Visites mystère par les opérateurs pour vérifier le respect des procédures de dépôt et de retrait d’espèces. Les principaux points à surveiller sont les suivants :
o Les espèces reçues des consommateurs doivent être contrôlées, authentifiées et validées ;
o Avant de s’en aller, les clients doivent confirmer que les espèces reçues des agents ne sont pas douteuses, de façon à éviter des réclamations ultérieures concernant leur authenticité.

  1. La FRAUDE LIÉE AUX AGENTS
    La fraude liée aux agents est perpétrée au sein des réseaux d’agents. Elle est initiée et commise par les. agents ou leurs employés. Elle comprend les fraudes commises par les employés à l’encontre des agents, celles commises par les master-agents à l’encontre des agents qui dépendent d’eux et celles commises par les agents à l’encontre des clients ou du prestataire de services financiers mobiles. La fraude liée aux agents est plus courante au début du cycle de développement des services, favorisée par les lacunes tarifaires du début.

Elle évolue au fil du temps pour prendre différentes formes, toucher différentes victimes et avoir différents impacts dans le service.
Les principaux types de fraude liés aux agents sont les suivants :

a- Fraude des employés à l’encontre des agents
b- Dépôts fractionnés
c- Fraude des master-agents à l’encontre des agents
Mesures de prévention
Le prestataire de services financiers mobiles devrait limiter la quantité d’information figurant sur les rapports d’opération des points de vente. Cette information peut en effet être utilisée à mauvais escient par les fraudeurs qui y ont accès.
• Les consommateurs doivent déclarer toutes les menaces et cas de fraude aux forces de l’ordre.
• Pour les opérations réalisées pour des clients, il est préférable que ces opérations soient limitées à un téléphone portable ou terminal de point de vente et non en ligne.
• Développer un processus d’autorisation des échanges de cartes SIM et limiter le nombre de personnes autorisées à faire de tels échanges.
• Campagnes d’informations à destination des agents et des consommateurs sur :
− les différents types de fraude
− leurs manifestations
− les personnes à risque
− les mesures de prévention
• Mettre en place des procédures et directives précises pour la détection, la déclaration et la gestion de la fraude, comprenant des outils de déclaration périodique selon une fréquence à préciser.
• Définir et mettre en place des directives destinées aux agents et distributeurs sur la distance entre les consommateurs et le respect de la vie privée, et configurer les équipements pour empêcher l’accès non autorisé aux opérations des clients.

  1. La FRAUDE LIÉE AUX PARTENAIRES COMMERCIAUX
    La fraude liée aux partenaires commerciaux désigne les activités frauduleuses perpétrées à partir du réseau des partenaires commerciaux du service. Ceux-ci comprennent les organisations B2C (de l’anglais « business to consumer », qui font des versements en faveur des consommateurs), C2B (de l’anglais « consumer to business » : qui encaissent des paiements de consommateurs) et les détaillants. Les activités frauduleuses peuvent être perpétrées par des employés de ces partenaires commerciaux à l’encontre de l’organisation concernée ou des consommateurs ou par le partenaire commercial à l’encontre de l’opérateur d’argent mobile. Les fraudes liées aux partenaires commerciaux sont plus courantes pendant la phase de développement de la valeur ajoutée du service, principalement parce que c’est durant cette phase que les partenariats se développent. Ce type de fraude n’est pas encore très développé, car les transactions réalisées par des entreprises n’en sont qu’à leurs débuts.
    Les formes de fraude les plus courantes dans cette catégorie sont les suivantes :
  2. Advertisement

a- Fraude des employés à l’encontre des clients
b- Fraude des employés à l’encontre de leur employeur

4- La FRAUDE LIÉE AUX PRESTATAIRES DE SERVICES FINANCIERS MOBILES
Cette catégorie couvre un large éventail d’activités frauduleuses commises par le personnel des prestataires de services financiers mobiles. Ces actes frauduleux seront perpétrés sans autorisation de l’entreprise. Les principaux types de fraude dans ce domaine concernent la fraude à l’encontre de l’opérateur d’argent et la fraude à l’encontre des agents, des entreprises et des consommateurs. Ce type de fraude est plus rare pendant la phase de mise en place des services et devient plus courant pendant les phases d’activation des clients et de développement de la valeur ajoutée. À ce stade, des montants substantiels de monnaie électronique ont été investis dans le système, qui devient par conséquent plus attrayant pour les fraudeurs.

Voici quelques exemples courants de ce type de fraude :

a- Corruption au sein de l’activité d’argent mobile
c- Détournement de fonds par les employés des opérateurs d’argent mobile
d-Collusion entre les employés des opérateurs d’argent mobile et d’autres fraudeurs pour des échanges illégaux de cartes SIM.
e- Accès non autorisé aux renseignements financiers des clients pour en tirer un gain personnel.
f- Transferts non autorisés au débit de comptes de clients

  1. La FRAUDE LIÉE AUX SYSTÈMES
    La fraude liée aux systèmes englobe toutes les activités frauduleuses qui exploitent les faiblesses et défaillances des systèmes et procédures du service d’argent mobile.
    Elle peut concerner l’ensemble des parties prenantes, et notamment les agents, les entreprises et les opérateurs d’argent mobile. Elle est plus fréquente lorsque les plateformes techniques n’ont pas de systèmes de contrôle adéquats pour surveiller le traitement des opérations. Elle se rencontre fréquemment pendant la phase d’activation des services et se développe pendant la phase de création de valeur supplémentaire.
    Elle prend le plus souvent les formes suivantes :

a- Mots de passe/codes confidentiels communs
b- Faiblesse des mots de passe/codes confidentiels
c- Création de faux utilisateurs sur les plateformes de services financiers mobiles
d- Utilisateurs dotés de droits multiples
e- Fraude liée aux canaux multi-accès

En conclusion MicroSave, pour protéger les consommateurs de services financiers mobiles tels que MonCash, appelle à :

1- Mettre en place de procédures efficaces au sein de l’entreprise pour offrir des garanties suffisantes aux utilisateurs des services financiers mobiles de l’organisation.

2- Encourager la participation aux groupes de pression du secteur, et notamment des associations de prestataires de services d’argent mobile, pour définir des normes de protection des consommateurs.

De leur coté, les régulateurs ( Conatel et BRH) doivent jouer un rôle déterminant dans la protection des clients en définissant les politiques d’orientation du secteur, en fixant les normes applicables aux prestataires de services financiers mobiles et en assurant la surveillance régulière du secteur.

Ces autorités doivent disposer des compétences et des outils nécessaires pour promulguer et faire appliquer des politiques qui améliorent réellement la protection des clients. Dans le cas contraire, elles risquent de mettre en place des politiques insuffisantes qui auront un impact négatif sur la protection des clients.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *