prensa-latina-–-haiti.-un-mort-pres-du-palais-national-et-plusieurs-blesses-lors-d’une-manifestation-anti-gouvernementale-a-pap,-mirebalais,-jacmel,-st-marc,-cayes

Prensa Latina – Haïti. Un mort près du Palais National et plusieurs blessés lors d’une manifestation anti-gouvernementale à PAP, Mirebalais, Jacmel, St-Marc, Cayes

Le projet d’électricité 24/24, pour un pays sans infrastructures médicales, plongé dans le chômage, incapable de renouveler à temps son stock de carburant, des employés de la fonction publique sous-payés ou percevant parfois un salaire…c’est une nouvelle source de diversions renforcées à grande échelle pour tenter de traverser le cap du 7 février 2021.

1 mort – 1ères manifestations post-normil – Léon Charles débute assez bien son job à la satisfaction entière de ses maîtres.

Mercredi 18 novembre 2020 ((rezonodwes.com))–Au moins une personne est décédée mercredi à Port-au-Prince et plusieurs autres ont été blessées lors des manifestations pour exiger la démission du président, Jovenel Moïse.

Un jeune manifestant a été touché à la tête près du Palais national et deux autres ont été grièvement blessés, tandis que de gros engins de police les ont empêchés de s’approcher du siège du gouvernement.

Les témoins ont accusé les policiers d’avoir provoqué la mort du militant et ont critiqué la répression des mouvements de protestation avec l’utilisation à profusion de gaz lacrymogènes et de coups de feu en l’air, ou parfois tirés à hauteur d’homme.

Advertisement

Dans d’autres villes comme Mirebalais (Centre), Saint-Marc (Artibonite), Jacmel (Sud-Est) et Les Cayes (Sud), des centaines de personnes ont manifesté contre le gouvernement et ont exigé la démission immédiate du président Jovenel Moise, un usurpateur de titre et indexé dans le détournement des fonds de Petro Caribe.

Cette mobilisation coïncide avec le 217e anniversaire de la bataille de Vertiere, précurseur de l’indépendance, et à un moment politique complexe où les forces de l’opposition refusent toute négociation avec l’occupant du Palais national, alors que ce dernier organise des élections et un référendum constitutionnel controversé en dehors de toutes normes légales et constitutionnelles.

Ce mercredi, Moïse a appelé à l’unité pour sauver le pays et a critiqué le fait que 217 ans après l’indépendance, Haïti n’est toujours pas sur la voie du développement.

Cependant, pour les franges hostiles, le chef de l’Etat manque de légitimité en raison de son implication présumée dans des détournements de fonds publics et ils lui demandent de quitter le pouvoir avant février prochain.

source : Prensa Latina

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *