haiti-:-liberte-de-la-presse,-corruption-et-massacre-de-lasaline-au-centre-d’une-resolution-votee-au-congres-americain-mercredi

Haïti : Liberté de la presse, corruption et massacre de Lasaline au centre d’une résolution votée au Congrès américain mercredi

Introduit le 13 janvier dernier par le représentant Hakeem Jeffries, ce projet de résolution sur l’Initiative de développement, de responsabilité et de transparence institutionnelle en Haïti, voté le 18 novembre 2020 par le Congrès américain charge le Département d’État d’entreprendre des initiatives spécifiques pour prioriser et évaluer (1) la protection et la préservation des droits de l’homme en Haïti, (2) la promotion de la liberté de la presse et de réunion et la protection des journalistes en Haïti, (3) les efforts pour combattre la corruption en Haïti, et (4) une stratégie de relèvement post-catastrophe et des efforts de développement en Haïti

Vendredi 20 novembre 2020 ((rezonodwes.com))–

116e CONGRÈS
2e session
H. R. 5586

UN ACTE

Mesurer les progrès de la reprise et les efforts pour lutter contre la corruption, l’état de droit et les libertés des médias en Haïti.

Section 1 Titre court

Cette résolution peut être citée sous le nom de Loi sur l’Initiative de développement, de responsabilité et de transparence institutionnelle en Haïti

Section 2 Résultats

Le Congrès constate ce qui suit:

(1) Le 12 janvier 2010, un tremblement de terre massif a frappé près de la capitale haïtienne de Port-au-Prince, faisant environ 220 000 morts, dont 103 citoyens américains, 101 membres du personnel des Nations Unies et près de 18% des la fonction publique, ainsi que 300 000 blessés, 115 000 maisons détruites et 1 500 000 personnes déplacées.
(2) L’évaluation des besoins post-catastrophe menée par le gouvernement d’Haïti, les Nations Unies, la Banque mondiale, la Banque interaméricaine de développement et d’autres a estimé que les dommages et les pertes économiques causés par le tremblement de terre du 12 janvier 2010 s’élevaient à 7 804 000 000 dollars.
(3) La communauté internationale, dirigée par les États-Unis et les Nations Unies, a organisé une réponse humanitaire sans précédent au tremblement de terre en Haïti. Jusqu’en 2018, plus de 8 milliards de dollars ont été décaissés par les donateurs. Depuis le tremblement de terre de 2010, le gouvernement des États-Unis a déboursé plus de 4 milliards de dollars en financement de relèvement et de développement.
(4) Le 4 octobre 2016, l’ouragan Matthew a frappé le sud-ouest d’Haïti sur la péninsule de Tiburon, causant des dégâts et des inondations étendus et laissant 1,4 million de personnes dans le besoin d’une assistance immédiate. Les efforts de rétablissement se poursuivent plus de 3 ans plus tard.
(5) Avant le tremblement de terre et l’ouragan, Haïti figurait parmi les indicateurs socio-économiques les plus bas et affichait le deuxième taux de disparité des revenus le plus élevé au monde – des conditions qui ont encore compliqué les efforts de reprise après sinistre et de résilience.
(6) En juin 2019, le Programme alimentaire mondial a rapporté qu’Haïti avait l’un des niveaux les plus élevés d’insécurité alimentaire chronique au monde, avec plus de la moitié de sa population totale en insécurité alimentaire chronique et 22 pour cent des enfants souffrant de malnutrition chronique.
(7) En octobre 2010, une épidémie de choléra sans précédent en Haïti a entraîné plus de 800 000 cas signalés et plus de 9 000 décès à ce jour. L’Organisation panaméricaine de la santé a rapporté en 2018 que le taux d’incidence du choléra en Haïti était de 25,5 cas pour 100000.
(8) Avec l’aide des États-Unis, près de 14000 emplois ont été créés depuis le tremblement de terre de 2010, principalement dans l’industrie du vêtement du parc industriel de Caracol (en partenariat avec la Banque interaméricaine de développement, le gouvernement haïtien et le secteur privé) en nord d’Haïti.
(9) Selon le Réseau national haïtien de défense des droits de l’homme, le 13 novembre 2018, au moins 59 personnes ont été tuées par balle dans le quartier de Port-au-Prince à La Saline. Après des mois d’enquêtes, personne n’a été tenu pour responsable du massacre de La Saline.
(10) Depuis 2018, des dizaines de milliers d’Haïtiens ont participé à des manifestations populaires réclamant des comptes sur la gestion gouvernementale des ressources de Petrocaribe. Début 2019, la Cour supérieure des comptes haïtienne a publié une série de rapports impliquant des hauts fonctionnaires du gouvernement dans le détournement de fonds.
(11) D’août 2018 à février 2019, des organisations locales de défense des droits humains ont signalé que 64 citoyens haïtiens avaient été tués lors de manifestations.
(12) Selon le Comité pour la protection des journalistes, cinq journalistes haïtiens ont été abattus alors qu’ils couvraient des manifestations en 2019 et un a été tué. Le 23 septembre 2019, la photojournaliste de l’Associated Press Chery Dieu-Nalio a été abattue par le sénateur haïtien Jean Marie Ralph Féthière lorsque le sénateur a tiré plusieurs coups de feu près d’une foule à l’extérieur du parlement.
(13) La croissance économique en Haïti devrait chuter en dessous de 1,5% cette année. L’inflation est estimée à 15 pour cent et la monnaie locale s’est dépréciée de 30 pour cent l’année dernière. Le gouvernement et le parlement haïtiens n’ont pas réussi à adopter un budget depuis 2 ans, empêchant le Fonds monétaire international et d’autres organismes multilatéraux de décaisser des millions d’aide internationale.
(14) Les élections de mi-mandat prévues pour octobre 2019 n’ont pas eu lieu et depuis janvier 2020, le président Moise est au pouvoir par décret.

Section 3 Énoncé de politique

La politique des États-Unis est de soutenir la reconstruction et le développement durables d’Haïti d’une manière qui:

(1) reconnaît l’indépendance, l’autonomie, la souveraineté, la gouvernance démocratique et l’efficacité haïtiennes;
(2) promeut les efforts menés par Haïti pour la reconstruction et le développement d’Haïti;
(3) renforce la capacité de la société civile et soutient les initiatives du secteur privé qui favorisent les opportunités économiques en Haïti;
(4) favorise la collaboration entre la diaspora haïtienne aux États-Unis et le gouvernement haïtien;
(5) lutte contre l’impunité et donne la priorité à la justice pour les victimes de violations des droits humains;
(6) assure la protection de la liberté de la presse et la promotion d’une presse haïtienne libre et indépendante;
(7) promeut le respect de la liberté de réunion et des droits des Haïtiens de manifester pacifiquement;
(8) exige une transparence et une responsabilité accrues entre toutes les branches du gouvernement et soutient la lutte contre la corruption et répond aux préoccupations relatives aux droits de l’homme;
(9) donne la priorité au renforcement de la résilience des communautés face aux impacts environnementaux et météorologiques; et
(10) promeut les principes démocratiques, y compris des élections libres, justes et opportunes conformément à la Constitution haïtienne.

Section 4 Renforcement des droits de l’homme et des efforts de lutte contre la corruption en Haïti et responsabilisation des auteurs du massacre de La Saline

a) Hiérarchisation du Secrétaire d’État
Le secrétaire d’État accordera la priorité à la protection des droits de l’homme et aux efforts de lutte contre la corruption en Haïti en:

(1) favoriser des relations solides avec des groupes indépendants de la société civile axés sur la surveillance de la corruption et des violations des droits de l’homme et promouvoir la démocratie en Haïti;
(2) soutenir les efforts du gouvernement haïtien pour identifier les violateurs des droits humains et les acteurs corrompus en Haïti, y compris les acteurs des secteurs public et privé, et les tenir responsables de leurs actions; et
(3) répondre aux préoccupations d’impunité des présumés orchestrateurs du massacre de La Saline.

(b) Évaluation
(1) Éléments
Au plus tard 180 jours après la date de promulgation de la présente loi, le secrétaire d’État, en consultation avec les organisations non gouvernementales en Haïti et aux États-Unis, soumettra aux commissions du Congrès compétentes une évaluation détaillée des événements le 13 novembre 2018. , dans le quartier de Port-au-Prince de La Saline. L’évaluation comprend les éléments suivants:

(A) Un examen de tout lien entre le massacre de La Saline et les manifestations de masse qui ont eu lieu simultanément dans le pays.
(B) Une analyse des rapports sur le massacre de La Saline rédigés par les Nations Unies, l’Union européenne et le gouvernement haïtien.
(C) Une description détaillée de tous les acteurs connus impliqués dans le tournage.
(D) Un aperçu des efforts déployés par le gouvernement haïtien pour traduire en justice les orchestrateurs du massacre de La Saline.
(E) Une évaluation du traitement et du déplacement des survivants de la fusillade de La Saline.

Advertisement

(2) Disponibilité publique
L’évaluation requise en vertu du paragraphe (1) est rendue publique sur le site Web du Département d’État.

5.Actions visant à promouvoir la liberté de la presse et de réunion en Haïti

Le secrétaire d’État accordera la priorité à la promotion de la liberté de la presse et de réunion, ainsi qu’à la protection des journalistes, en Haïti en:

(1) plaider pour une protection accrue de la presse et la liberté de se rassembler pacifiquement en Haïti;
(2) collaborer avec des représentants gouvernementaux et non gouvernementaux pour développer et mettre en œuvre des protections juridiques pour les journalistes en Haïti;
(3) soutenir les efforts pour renforcer la transparence et l’accès à l’information en Haïti;
(4) veiller à ce que les menaces et les attaques contre les journalistes et les manifestants fassent l’objet d’une enquête approfondie et que les auteurs soient tenus pour responsables;
(5) développer des mesures de protection accrues pour les manifestants pacifiques conformément à la loi haïtienne; et
(6) financement des efforts pour renforcer les capacités des journalistes indépendants et accroître le soutien au journalisme d’investigation.

Section 6. Actions de soutien au relèvement et au développement après le tremblement de terre et après l’ouragan en Haïti

Le Secrétaire d’État, en coordination avec l’Administrateur de l’Agence des États-Unis pour le développement international, donnera la priorité aux efforts de redressement et de développement après le séisme et l’ouragan en Haïti en:

(1) collaborer avec le gouvernement haïtien sur un plan de développement détaillé et transparent qui comprend des objectifs et des repères clairs;
(2) renforcer les capacités des institutions locales grâce à la planification du développement et du relèvement après le tremblement de terre et après l’ouragan;
(3) évaluer l’impact des efforts de redressement et de développement des États-Unis et de la communauté internationale en Haïti au cours des 10 dernières années;
(4) soutenir les efforts de résilience aux catastrophes et de reconstruction; et
(5) s’attaquer aux causes sous-jacentes de la pauvreté et des inégalités, notamment en fournissant des ressources sanitaires, un accès à l’eau potable, à la nourriture et au logement.

Section 7 Rapport

(a) En général

Au plus tard 180 jours après la date de promulgation de la présente loi, le secrétaire d’État, en coordination avec l’administrateur de l’Agence des États-Unis pour le développement international, soumet aux commissions compétentes du Congrès un rapport comprenant les éléments suivants

(1) Une stratégie pour mettre en œuvre les initiatives décrites dans les sections 4, 5 et 6, y compris les bases de référence établies, les repères et les indicateurs pour mesurer les résultats et l’impact.
(2) Une évaluation de la corruption en Haïti, y compris une analyse de la corruption dans les secteurs public et privé, une liste des responsables gouvernementaux et non gouvernementaux connus ou présumés avoir participé à la corruption ou des violations des droits de l’homme, et une liste des entités américaines, y compris les institutions financières, ayant des liens financiers avec des acteurs présumés corrompus en Haïti.
(3) Un aperçu des efforts déployés par le gouvernement haïtien pour lutter contre la corruption des secteurs public et privé.
(4) Une description des efforts du Gouvernement des États-Unis pour consulter et dialoguer avec les représentants du Gouvernement haïtien et les groupes de la société civile indépendants axés sur la surveillance de la corruption et des violations des droits de l’homme et de la promotion de la démocratie en Haïti pour lutter contre le scandale Petrocaribe et d’autres actes de corruption au sein du Gouvernement haïtien .
(5) Une évaluation des efforts du Gouvernement haïtien pour soutenir les survivants déplacés de la violence urbaine et des gangs.
(6) Une description détaillée de toutes les attaques connues contre des journalistes dans le passé depuis le début des manifestations contre les écluses nationales en juillet 2018.
(7) Une évaluation de la réponse du gouvernement haïtien aux manifestations civiques qui ont eu lieu depuis juillet 2018 et toute allégation de violations des droits de l’homme.
(8) Une analyse des efforts du Gouvernement haïtien pour accroître la protection des journalistes.
(9) Une description des efforts menés par le gouvernement des États-Unis pour promouvoir la liberté de la presse en Haïti au cours des 3 dernières années et un aperçu de toutes les meilleures pratiques supplémentaires que le gouvernement des États-Unis peut utiliser pour promouvoir la liberté de la presse et la liberté d’expression en Haïti.
(10) Un plan, élaboré en collaboration avec le gouvernement haïtien, pour soutenir les objectifs de développement qui comprend les éléments suivants:
(A) Renforcement des institutions aux niveaux national et local.
(B) Renforcer la gouvernance démocratique aux niveaux national et local.
(11) Une description des meilleures pratiques pour assurer des efforts efficaces et transparents de relèvement et de développement suite aux tremblements de terre et aux ouragans en Haïti.
(12) Une analyse de l’efficacité et de la durabilité des projets de développement financés par les États-Unis, y compris le parc industriel de Caracol et les infrastructures de soutien.
(13) Une ventilation des achats locaux par année et une description des efforts visant à accroître les achats locaux, y compris l’aide alimentaire.
(14) La conception d’indicateurs quantitatifs et qualitatifs pour évaluer les progrès et les repères des initiatives américaines axées sur la reprise après une catastrophe naturelle, la résilience et le développement durable en Haïti.
(15) Une description des efforts déployés par les États-Unis pour aider le peuple haïtien dans sa quête d’élections démocratiques libres et équitables.

(b) Consultation

Lors de la préparation du rapport requis en vertu du paragraphe (1), le Secrétaire d’État et l’Administrateur de l’USAID consulteront les organisations non gouvernementales et les groupes de la société civile en Haïti et aux États-Unis, ainsi qu’avec le Gouvernement haïtien, le cas échéant.

(d) Disponibilité publique
Le rapport requis en vertu du paragraphe (1) est rendu public sur le site Internet du Département d’État.

Section 8.Définition

Dans cette loi, le terme comités appropriés du Congrès signifie:

(1) la commission des affaires étrangères et la commission des crédits de la Chambre des représentants; et
(2) la commission des relations extérieures et la commission des crédits du Sénat.

Adopté la Chambre des représentants le 18 novembre 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *