en-bolivie,-la-justice-poursuit-l’ex-presidente-jeanine-anez,-pour-presumee-complicite-dans-le-sanglant-coup-d’etat-de-novembre-2019

En Bolivie, la justice poursuit l’ex-présidente Jeanine Añez, pour présumée complicité dans le sanglant Coup d’Etat de novembre 2019

Le Coup d’Etat Constitutionnel imminent de Jovenel Moise en Haïti viendrait-il prendre aussi la vie de nombreux haitiens ?

La défaite du droit est toujours éphémère…

Vendredi 27 novembre 2020 ((rezonodwes.com))–Le nouveau ministre bolivien de la Justice, Iván Lima, a exhorté l’ancienne présidente Jeanine Áñez à répondre aux poursuites engagées contre elle, dans le cadre du sanglant coup d’Etat du 10 novembre 2019 contre le gouvernement de Evio Morales. L’ex-présidente a, pour sa part, assuré qu’elle ne quittera pas la Bolivie.

L’administration de Luis Arce a « exhorté » l’ancienne présidente Jeanine Áñez à répondre devant les tribunaux des plaintes déposées contre elle, car l’indépendance des pouvoirs et, par conséquent, le droit à un procès équitable sont garantis.

« Nous demandons instamment à l’ancienne présidente Jeanine Añez de répondre à toutes les accusations, à toutes les dénonciations avec la sérénité qu’elle exprime. Ce gouvernement lui garantit une procédure régulière, il garantit que toutes les actions du pouvoir judiciaire se feront dans le cadre de l’indépendance »

Advertisement
, a recommandé M. Lima.

Soulignons qu’actuellement une mission d’experts de la Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) est en Bolivie pour enquêter sur tous les actes de violence et les décès survenus du 1er septembre au 31 décembre 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *