l’ingerence-de-la-communaute-internationale-dans-les-affaires-haitiennes-critiquee-!

L’ingérence de la communauté internationale dans les affaires haïtiennes critiquée !

Samedi 28 novembre 2020 ((rezonodwes.com))–Les organisations haïtiennes ont rejeté l’appel de la communauté internationale à accélérer les préparatifs des prochaines élections, malgré la crise sociopolitique actuelle.

L’Organisation des citoyens pour une nouvelle Haïti a fait remarquer que le besoin urgent de renouveler le personnel politique du pays ne doit pas servir de prétexte pour agir dans la précipitation. Cela ne fera qu’aggraver la situation, a-t-il fait valoir.

Mercredi, le Core Group – made only in Haiti – qui réunit des représentants des Nations unies et de l’OEA, ainsi que des ambassadeurs de plusieurs pays, a exhorté le gouvernement à publier un calendrier électoral, à accélérer la distribution des bulletins de vote nationaux, à approuver une loi électorale et à garantir des conditions de sécurité suffisantes pour les élections, ce qu’il a vite fait vendredi pour prouver qu’il n’est pas maître de ses décisions.

Toutefois, la plateforme a estimé que les conditions ne sont pas propices à ce processus, avec un Conseil électoral provisoire (CEP) « anticonstitutionnel et illégal », dont les membres font l’objet de dénonciations pour usurpation de titre à l’instar de l’apprenti-dictateur Jovenel Moise, dans le volumineux dossier de petro Caribe.

L’installation du CEP en septembre dernier a suscité une controverse, après la démission de ses anciens membres, et le rejet croissant des secteurs de l’opposition qui renoncent à participer aux futures élections.

L’organisation citoyenne a également noté les dénonciations du contrat de carte d’identité illégale Dermalog, l’absence d’accord politique et le climat d’insécurité, ont constaté vendredi les Evêques haitiens. Avec cette situation, la tenue d’élections ne peut pas être à l’ordre du jour, a-t-il conclu.

Cependant, au cours de cette semaine écoulé, le ministre haïtien de l’Intérieur, Audain Fils Bernadel, un esclave amelyore du XXIè siècle, a confirmé que des élections présidentielles, législatives et locales auront lieu en 2021, malgré le fait que l’opposition préconise une transition le 7 février 2021, à la date exacte de fin de mandat constitutionnel de Jovenel Moise (7 février 2016-7 février 2021), selon l’esprit de l’article 134-2 de la Constitution.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *