rd|corruption-–-reactions-du-pld-suite-aux-multiples-arrestations-touchant-egalement-un-frere-et-une-soeur-de-l’ex-president-danilo-medina-« pour-presumee-corruption »

RD|Corruption – Réactions du PLD suite aux multiples arrestations touchant également un frère et une sœur de l’ex-président Danilo Medina « pour présumée corruption »

Santo Domingo, dimanche 29 novembre 2020 ((rezonodwes.com))–Le Parti de la Libération Dominicaine (PLD) a exigé ce dimanche le respect des ex-fonctionnaires et sous-traitants de l’Etat détenus pour enquête sur des allégations de corruption administrative.

L’organisation a demandé au procureur spécialisé dans la poursuite de la corruption administrative (PEPCA) que toutes les enquêtes soient menées dans le respect du principe de légalité et de la régularité de la procédure.

La position du LDP est contenue dans un document qui a été lu lors d’une conférence de presse. L’intégralité du texte est reproduit ci-dessous :

Le Parti de la libération dominicaine (PLD) prend position sur les arrestations pour corruption administrative présumée et autres actes illicites, effectuées contre d’anciens fonctionnaires, des sous-traitants privilégiés présumés de l’État et des hommes de confiance présumés.

Le PLD exige de l’administration dirigée par le président Luis Abinader que toutes les enquêtes menées par le ministère public respectent le principe de légalité, de régularité de la procédure, le niveau d’indépendance et d’impartialité requis par la Constitution et les lois de la République, ainsi que les autres principes universels qui sous-tendent toute enquête pénale, ce qui implique de mener un processus sans abus et sans répondre à la nécessité d’applaudir au détriment des droits fondamentaux des personnes faisant l’objet d’une enquête, en particulier celles qui sont actuellement en état d’arrestation, dont la dignité humaine n’a pas été respectée.

Les actions du ministère public dans les procédures menées aujourd’hui sont préoccupantes, car :

La majorité des personnes arrêtées n’ont pas été convoquées à l’avance pour présenter des preuves permettant de contrecarrer les faits dont elles sont aujourd’hui accusées, ce qui porte atteinte au principe d’objectivité que le ministère public doit respecter, puisqu’il est appelé non seulement à enquêter mais aussi à acquitter.

Il n’était pas nécessaire de procéder à des perquisitions aux petites heures du matin, de manière abusive et inconsidérée, à l’encontre des personnes arrêtées, qui auraient pu être préalablement convoquées devant les bureaux du procureur général de la République, comme d’autres l’ont été au cours des deux derniers mois, qui se sont présentées régulièrement chaque fois qu’on leur a demandé.

Les accusés sont maintenant des personnes connues du public et aucun d’entre eux ne représente un risque pour la société, ni n’a donné d’indication qui laisse supposer qu’ils ont l’intention de se soustraire au processus d’enquête.

Advertisement

Ces actions sont une réponse à la pression politique constante exercée par le gouvernement du président Luis Abinader sur le ministère public, qui a violé les règles de base du respect de la dignité humaine des personnes faisant l’objet d’une enquête.

Le PLD exige du gouvernement du président Abinader que le Ministerio Público n’adopte pas de positions extrêmes, en essayant d’utiliser des mesures coercitives lourdes comme une fin en soi et non comme un moyen de garantir la présence, pendant le processus, des accusés qui pourraient hypothétiquement avoir besoin d’une disposition judiciaire préventive.

Notre parti sera vigilant et soutiendra le système judiciaire tant que ses actions seront orientées vers la recherche de la vérité, mais sans abus ni violation flagrante des droits fondamentaux ou des procédures régulières, et est convaincu que la vérité doit être révélée si les enquêtes sont menées et sont basées sur les principes et les normes établis par la Constitution et les lois.

En même temps, le PLD sera vigilant pour éviter que des objectifs qui ne correspondent pas aux principes de vérité et de justice ne soient à l’origine de ces actions. Sinon, nous sommes prêts à faire face à toute situation qui violerait les droits des personnes faisant l’objet d’une enquête aujourd’hui et de toute autre qui pourrait faire l’objet d’une enquête à l’avenir.

source : Listin Diario

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *