an.i-:-a-70-jours-de-la-fin-de-son-mandat,-jovenel-moise-revient-avec-les-redoutables-sd-des-duvalier-sous-une-autre-appellation

A.N.I : à 70 jours de la fin de son mandat, Jovenel Moise revient avec les redoutables SD des Duvalier sous une autre appellation

Lundi 30 novembre 2020 ((rezonodwes.com))–Ce décret de trop publié dans un numéro spécial du journal officiel de la République, Le Moniteur, du jeudi 26 novembre 2020, annonce les couleurs en 2021, une année qui sera considérée comme l’année de tous les dangers en Haïti. L’apprenti-dictateur va devoir enlever ses gangs de velours qui cachent encore ses griffes rétractiles, dans sa lutte pour la consommation d’un Coup d’Etat imminent contre la Constitution.

Les haitiens qui, au lendemain du 7 février 1986, avaient manifesté leur joie et leur vif désir pour la dissolution de la redoutable structure SD des Casernes Dessalines, de Fort-Dimanche incorporant des agents san fwa ni lwa, vont avec Jovenel Moise, à 70 jours de la fin de son mandat constitutionnel, renouer avec la tradition des services de détectives pote ale pote vini sous l’appellation de A N I – Agence Nationale d’Intelligence – alors qu’aucune ligne budgétaire n’a été établie à cet effet, au début de l’année fiscale 2020-2021.

Advertisement

Jovenel Moise, en faisant le constat de la « caducité » du parlement le 13 janvier dernier, une dislocation voulue et planifiée, est parvenu lundi avec une réplique fidèle des redoutables S.D (Services des Détectives) des Casernes Dessalines – avec les Ti Boulé, les Luc Désir, les Samuel Jérémie -, sous prétexte d’une vague d’insécurité devenue incontrôlable et qu’il fallait créer une agence de renseignement. L’Agence Nationale d’Intelligence (ANI) dont la création, l’organisation et le fonctionnement sont révélés au public quatre jours plus tard, soit le 30 novembre 2020, constitue un véritable danger pouvant même amener à des vagues de personnes portées disparues accusés de fauteurs de troubles et d’actes subversifs.

Dans son obsession d’établissement d’un régime totalitaire, l’apprenti-dictateur, en perte de légitimité, s’est arrogé une fois de plus le droit de violer la Constitution en créant une structure d’espionnage par laquelle il veut à tout prix bannir le droit d’expression et mettre hors d’état de nuire tous les citoyens s’opposant au régime. A.N.I, selon les dernières informations recueillies, recrutera en son sein des individus de la PNH avec pour tache essentielle de contrôler et de surveiller les moindres faits et gestes des citoyens dénonçant les dérives du régime.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *