marche-des-jeunes-medecins-contre-le-kidnapping-:-la-police-brutalise-et-blesse;-au-moins-deux-victimes-recensees

Marche des jeunes médecins contre le kidnapping : la Police brutalise et blesse; au moins deux victimes recensées

Réprimés une fois de plus avec violence par la PNH, les jeunes médecins de Port-au-Prince ont malgré tout marché à nouveau contre l’insécurité programmée. La foule constituée de médecins, d’étudiants et de militants politiques défilait pacifiquement dans le centre-ville de Port-au-Prince quand des forces de l’ordre ont brutalement dispersé le mouvement visant à dénoncer l’insécurité et le phénomène du kidnapping entre autres..

Port-au-Prince, lundi 30 novembre 2020 ((rezonodwes.com))– Des policiers de l’Unité départementale de maintien d’ordre (UDMO) et des éléments du Corps d’intervention de maintien d’ordre (CIMO) ont déployé lundi de grandes manœuvres pour tuer dans l’œuf le mouvement.

À Lalue, ils ont fait usage de gaz lacrymogènes, alors que les protestataires exerçaient paisiblement leur droit politique.

Des heurts, des débordements entre policiers et manifestants ont caractérisé cet instant. Certains militants, révoltés par l’attitude des agents de l’ordre, ont dû recourir à des stratégies d’autodéfense. Ils ont lancé des pierres en direction des agents de l’ordre, installé des barricades de pneus enflammées sur la chaussée et renversé des tas d’immondices sur la voie publique.

La circulation automobile a été paralysée au niveau de plusieurs artères de ;a capitale haïtienne, jusqu’en milieu de journée.  Des tentatives de relance de la mobilisation ont été infructueuses.

Advertisement

Des étudiants retranchés à la faculté de Droit et des sciences économiques de Port-au-Prince ont été assiégés par les policiers. Un nuage de gaz lacrymogène dominait le ciel suite à un usage disproportionné par la police pour contenir la foule.

Au bilan, deux médecins touchés à la tête par des bnbonnes de gaz lacrymogènes ont été blessés.

Jusqu’au coucher du soleil, la tension restait vive, les manifestants n’entendaient pas renoncer à leur mouvement.

Ils menacent d’intensifier la mobilisation pour forcer les autorités compétentes à adresser le problème de la recrudescence de l’insécurité et de la multiplication des cas de kidnapping.

Hervé Noel
vevenoel@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *