jose-davilmar-:-etrange-lune-de-miel-a-village-de-dieu

Jose Davilmar : Etrange lune de miel à Village de Dieu

Vendredi 4 décembre 2020 ((rezonodwes.com))– Faut-il en rire ou en pleurer ? Tragi-comédie ou comédie tragique?

Oeuvre de Molière ou de Languichate?

Serait-ce un cas de syndrome de Stockholm?

En tout cas « maman sutureze » de Maurice SIXTO a été très bien interprétée par la mère de la capturée qui a bien décrit la scène de départ de sa fille des lieux de détention.

Elle a été sublime dans sa narration sauf qu’elle n’a pas précisé le genre de traitement pré-libération qui a été réservé à sa poupée sortie plus que satisfaite de cette joyeuse expérience. Expérience, ordinairement, plutôt difficile, douloureuse et tourmentée pour les autres.

Curieusement, dans le cas de l’actrice enlevée, c’était nettement différent. Pour elle, c’était tellement agréable qu’elle ne savait plus quelle langue parler pour extérioriser sa joie débordante.

Visiblement, mère et fille étaient aux anges, au septième ciel. Elles ont chanté les louanges de cette aventure comme étant une vraie réussite.

Il semble que la capturée a été au goût de ses ravisseurs qui ont chaudement pleuré son départ. La voir partir a semé la tristesse et la désolation dans le camp. Bref séjour mais inoubliables moments qui ont provoqué beaucoup d’émois.

Tout laisse croire que les souvenirs sont indélébiles, et, on penserait même à un cas typique de syndrome de Stockholm. L’ambiance était détendue, très amicale sur les bords…

Advertisement

Ce n’est que partie remise a crié Gro Zouti. À la même adresse a lancé la vedette. Elle s’est adressée avec regret à Gro Jojo, malade durant les doux jours, en disant : mon chou, party perdu qui n’est que partie remise ; je reviendrai.

Elle reviendra !!! Ses amies s’en iront, elles aussi, à Village de Dieu, village céleste, tombeur des dames qui veulent goûter aux délices des doux moments offerts par les gentils kidnappeurs, à l’honneur, au pays des dégénérés.

Voilà comment va la vie chez nous. Un vaste théâtre qui n’en finit pas. Cette distraction ayisienne qui ne finit pas de faire rire. Comédie sur toute la ligne. Amuseurs publics dans toutes les avenues. Dans celles du pouvoir surtout.

C’est quoi la prochaine affiche ? What is next?

Jose DAVILMAR

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *