leon-charles-se-vante-d’avoir-pris-possession-du-village-de-dieu,-mais-les-bandits-continuent-de-parader

Léon Charles se vante d’avoir pris possession du Village de Dieu, mais les bandits continuent de parader

PNH et bandits revendiquent des exploits après une opération policière annoncée d’avance au Village de Dieu : Le directeur général ai de la Police nationale d’Haiti, Léon Charles, prétend avoir délogé les bandits. Les civils armés, de leur côté, ont nié avoir été inquiétés par les forces

Vendredi 4 décembre 2020 ((rezonodwes.com))– Au final, personne ne saura quel bilan mettre à l’actif de Léon Charles pour sa première intervention conduite à Village de Dieu.

En conférence de presse, vendredi 4 décembre, à la Direction générale de la Police nationale d’Haiti, quelques heures seulement après l’opération, le patron de la PNH, s’est donné un satisfecit, pour avoir, dit-il, permis à l’institution policière de prendre contrôle définitif de ce quartier, livré depuis plusieurs années, aux mains des gangs armés.

Léon Charles, a promis que les résultats vont s’aligner, il annonce que les effets seront concrétisés les jours qui viennent.

 »Il revient à la population de juger sur les fruits de cette opération », a-t-il laissé entendre.

L’insistance des journalistes auprès du DG de l’institution policière pour s’enquérir des détails sur le bilan, a été infructueuse. Léon Charles s’est fait discret sur les chiffres.

Dans l’intervalle, Izo ainsi nommé, l’un des caids de Grand Ravine, jubile pour n’avoir pas été inquiété par l’offensive policière en dépit de grandes manœuvres déployées.

Advertisement

 »Personne dans nos rangs n’a été victime. Ils ont exécuté 3 nourrissons en recourant à l’usage abusif de gaz lacrymogènes », s’est-il par contre lamenté.

La situation sécuritaire, dans le secteur, ne s’est guère améliorée. Des detonations automatiques résonnent de manière sporadique au Village de Dieu, témoignent des résidents.

Dans l’après-midi, une file de gens, craignant la résurgence des actes d’insécurité, ont défilé bagages en main, sur le Bicentenaire, pour se protéger d’un éventuel retournement dramatique de la situation.

Hervé Noël
vevenoel@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *