rd-lutte-contre-la-corruption.-onze-arrestations-effectuees-incluant-un-associe-du-frere-de-l’ex-president-medina-accuse-lui-meme-de-corruption

RD-Lutte contre la corruption. Onze arrestations effectuées incluant un associé du frère de l’ex-président Medina accusé lui-même de corruption

En Haïti, avec Jovenel Moise encore au pouvoir, on est loin de voir les images d’arrestations des présumés dilapidateurs des $4.3 milliards de fonds de Petro Caribe, y compris le président lui-même avec son projet fictif de commercialisation de figues-bananes.

Samedi 5 décembre 2020 ((rezonodwes.com))–L’arrestation d’un groupe d’anciens fonctionnaires du gouvernement de l’ancien président Danilo Medina, dans le cadre d’un vaste déploiement appelé Opération Anti-Octopus, a été au centre de l’actualité de la semaine qui s’est terminée samedi en République Dominicaine.

Le procureur de la République spécialisé dans la poursuite de la corruption administrative, ainsi que des membres des troupes d’élite de la police nationale dominicaine, ont jusqu’à présent arrêté 11 personnes, accusées de corruption administrative.

Parmi les 11 personnalités arrêtées figurent Fernando Rosa, ancien président du Fonds patrimonial des entreprises réformées, Wilfredo Hidalgo, ancien ministre de la santé publique, Francisco Pagán, ancien directeur général du Bureau des ingénieurs superviseurs des travaux publics, et deux frère et sœur de l’ancien président, Carmen et Juan Alexis Medina.

Vendredi, les dernières descentes des lieux de la police ont conduit à une onzième arrestation. Il s’agit de Wacal Vernavel Méndez, l’un des dirigeants des sociétés utilisées par l’accusé Medina. Méndez est considéré comme le propriétaire pratiquement incontesté de la société Fuel American Inc. Dominicana SRL, qu’il a ensuite transférée au frère de l’ancien président.

Advertisement

Les réactions aux arrestations sont diverses, une grande partie de celles-ci cherchant à atteindre la racine de ce réseau qui semble avoir une longue traînée, et d’autre part, les militants et les dirigeants du Parti de la libération dominicaine exigent que le Ministère Public n’assume pas de positions trop extrêmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *