le-mensonge-de-claude-joseph-a-propos-de-la-nature-de-son-voyage-en-republique-dominicaine-!

Le mensonge de Claude Joseph à propos de la nature de son voyage en république Dominicaine !

Par Joel Leon

Mercredi 9 décembre 2020 ((rezonodwes.com))– D’abord, Claude Joseph, l’actuel ministre des affaires étrangères, n’a pas dit toute la vérité sur sa récente périple « diplomatique » d’une semaine en république dominicaine.

La principale motivation de la visite n’a rien à voir avec les étudiants et migrants haïtiens vivant en terre voisine, ni les relations de bonne mitoyenneté entre les deux pays. Tout a commencé au cours d’une discussion a propos des événements politiques hostiles qui s’annoncent autour du 7 février 2021. L’opposition politique, toutes tendances confondues, estime que le mandat de Jovenel Moise prend fin à cette date. Car, beaucoup d’éléments nouveaux s’ajoutent à la réalité politique de l’hémisphère, notamment la victoire de Joe Biden aux dernières élections américaines. Le régime de Jovenel vient de perdre son puissant allié, Donald Trump, qui le protégeait malgré vents et marées de toute attaque politique, comme son principal valet de la caraïbe.

D’abord, qui est Claude Joseph ?

D’après plusieurs sources, tantôt d’Haïti et d’ailleurs, Claude Joseph est un produit de la pauvre paysannerie haïtienne d’une commune départementale du sud. D’ailleurs comme moi et beaucoup d’autres progressistes, nous partageons la même histoire, ce qui devrait générer une solidarité sociologique. Malheureusement, on ne peut pas le suivre dans cette aventure antinationale. C’est l’une des raisons qui explique ma peine, je n’ai pas d’autres choix que de le mettre a nue devant l’opinion publique haïtienne, car l’homme est devenu trop dangereux pour la république.

Ti Claude, pour les intimes, est un homme très intelligent qui a bouclé de très bonnes études académiques. Il décrocha un doctorat en administration publique et était aussi professeur aux États-Unis d’Amérique. Ceux qui le connaissaient depuis sa tendre jeunesse ne sont pas étonnés de son ascension politique jusqu’à devenir ministre des affaires étrangères. Il est très ambitieux, c’était connue de tous. Il ne reculera devant rien pour gagner. Ainsi, au cours des protestations contre l’ancien président Jean B. Aristide de 2001-2004, dont il était un artisan actif, il a failli exécuter Gary Bodeau en plein jour devant une meute de personnes.  Lorsqu’Il a dégainé son revolver, si ce n’était pas l’intervention express de quelques individus, il passerait Gary Bodeau à l’infinitif, entretemps devenu son bienfaiteur. Cela donne une idée de la nature vive de Claude Joseph !

Sa fulgurante ascension a tête de la chancellerie haïtienne, est un cas parfait qui laisse plusieurs diplomates de carrière dans le plus grand désarroi intellectuel. Claude Joseph, n’a pas étudié le droit international ou les sciences politiques, comme on veut le faire croire.  On n’a recensé aucun article de journal, livres ou interventions, dans lesquels ils traitaient de la politique ou du droit international. A rappeler qu’il est détenteur d’un doctorat en administration publique. D’après une source digne de foi, son début diplomatique avait théoriquement commencé avec Jean Henry Céant, alors premier ministre, dont Gary Bodeau faisait la suite. Ce dernier le parachutait en Espagne comme chargé d’affaires, puis ministre des affaires étrangères. Arrêtons pendant une minute sur ce point important qu’est la diplomatie.

A côté des études académiques dans le domaine de la diplomatie, des relations internationales…Il faut d’abord avoir un haut niveau de culture générale.  La diplomatie, en dépit des décennies qui nous séparent du cardinal Richelieu, la diplomatie reste essentiellement une science bourgeoise. Elle est une science connexe et est attachée à des traditions séculaires. Ce qui demande une forme, un jargon, en fait tout un appareillage politico-intellectuel imbibé dans l’expérience, comme la jurisprudence. Claude Joseph n’a ni l’un, ni l’autre. Cette limite explique l’état lamentable de la diplomatie haïtienne sous son administration. Pratiquement, rien ne va. Cette équipe ne fait qu’effacer la grande tradition diplomatique haïtienne qui a été toujours du côté des faibles et des persécutés, à part l’accroc honteux de 1961 contre Cuba. La position d’Haïti par rapport au Venezuela explique l’ignorance de la chancellerie à la « vocation internationale et humaniste de la révolution de 1804 ».

Revenons aux vrais motifs de la balade de Claude Joseph, a la tête de « 50 vacanciers » en république dominicaine, qui a coûté 75.000 dollars américain aux contribuables haïtiens, d’après une révélation de Leo Joseph, dans la dernière livraison de l’hebdomadaire Haïti-Observateur.

Advertisement

Au cours de cette réunion politique mentionnée au début de l’article, dans laquelle le premier ministre Joseph Jouthe n’avait pas été invité, Claude Joseph présentait une idée. Jovenel Moise prenait intérêt, ainsi il lui avait demandé d’élaborer davantage. Le concept, c’était de se doter d’un plan d’exfiltration du pays, au cas où le mouvement de protestation qui s’annonce autour de la date fatidique du 7 février 2021, prendrait des tournures dangereuses.

 D’après le ministre des affaires étrangères, avec l’absence de Donald Trump au pouvoir à Washington, il est irréaliste de penser que la nouvelle administration de Joe Biden va envoyer des marins américains à leur rescousse. Il présenta son fameux plan, qui consiste à solliciter l’aide du gouvernement dominicain de mettre au service du président Jovenel Moise une unité élite de l’armée de l’air, prête à intervenir en Haïti. Dans le but de porter secours au président, sa famille et d’autres dignitaires du régime. Notamment, Claude Joseph lui-même.  Cette préparation doit être effective et opérationnelle deux semaines avant le 7 février. Le gouvernement haïtien s’engage à débourser une somme d’argent non spécifiée par ma source.  

Là-bas, le ministre des affaires étrangères dominicain, Mr Roberto Alvarez, disait que cela ne relève pas de sa compétence, il faudrait en parler au président de la république, Luis Abinader. Le chef de l’état dominicain, à son tour, envoie la balle dans le camp de l’armée. Je ne suis pas en mesure de préciser la décision finale adoptée par les autorités dominicaines.  Car, Claude Joseph a rencontré le ministre des affaires étrangères en plusieurs occasions après l’offre. Voila la vraie raison de la dernière visite de Claude Joseph en république Dominicaine.

A cote de tout cela, Claude Joseph voulait se faire une sante économique aussi. Il se plaignait beaucoup du fait qu’il ne gagne pas assez pour assurer sa retraite politique, contrairement à Ardouin Zéphirin, Guichard Doré et Renald Luberice qui amassent des millions de dollars, d’après de persistantes rumeurs à Port-au-Prince. Une semaine en Dominicanie pouvait l’aider à combler ce manque à gagner en amassant un peu d’argent. On parle d’une bagatelle de 8000 dollars américains par jour. A rappeler que la délégation haïtienne de 50 membres coutait 75.000 de dollars, naturellement sans les frais du chef de la délégation.

Pour terminer l’article, je dois évoquer aussi le cas pathétique de l’actuel premier Joseph Jouthe. Celui-là est considéré comme un palabreur, une sorte de vociférant. Il n’a pas les moyens de sa politique. Il peut dire ce qu’il veut, mais la décision finale dépend de la compréhension du fameux Ardouin Zéphirin. Claude Joseph, lui, ne cache plus son rêve de remplacer Jouthe à la primature. Ce dernier est au courant, cela explique la tiédeur qui marque leur relation. Si Jouthe pouvait, il précipiterait Ti Claude dehors de la chancellerie avec des coups de pied au cul.  Malheureusement !

Claude Joseph va plus loin dans sa chevauchée politique, il caresse l’idée même de s’imposer comme le candidat à la présidence incontournable du président Jovenel Moise aux prochaines élections présidentielles. Martine Moise, une force politique certaine, l’avait félicité en public de sa clairvoyance et de sa loyauté envers son mari. Il semblerait que cette idée est en train de faire son chemin au milieu même des conseillers spéciaux du président.

Le chancelier haïtien est audacieux et ambitieux. Il a toujours conservé sa nationalité haïtienne, en dépit des nombreuses années passées aux Etats-Unis. Contrairement à Guichard Doré et Renald Luberice, eux aussi trainant des ambitions politiques démesurées, malencontreusement sont de la nationalité française. Claude Joseph avance son agenda politique avec habileté, abjection et médisances. Il sait pertinemment qu’il n’a pas beaucoup de temps. Il doit tout calculer en bon cartésien et agir vite. Il n’a plus droit à l’erreur.

D’ailleurs, l’idée de la nouvelle constitution avant les élections, aussi bien que le dernier décret muselant la dissidence, d’après une autre source crédible, sont ses propositions. Il s’impose et fait son chemin parmi les hommes les plus influents autour du président et, ceci en dépit de son passé d’opposant farouche au régime PHTK. Claude Joseph, un homme politique à suivre !

Joel Leon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *