trois-mois-de-prison-preventive-pour-le-frere-de-l’ex-president-dominicain-medina-formellement-inculpe-de-corruption

Trois mois de prison préventive pour le frère de l’ex-président dominicain Medina formellement inculpé de corruption

Présumé acte de corruption – Trois mois de prison préventive pour le frère de l’ex-président Medina et un de ses ex-ministres doit verser RD$10 millions pour sa mise en liberté conditionnelle.

Mercredi 9 décembre 2020 ((rezonodwes.com))–Le juge d’instruction José Alejandro Vargas a déclaré le dossier de corruption administrative très complexe, dans le cadre de l’opération Anti-Octopus, qui, selon les autorités, a mis fin à un plan criminel dirigé par Juan Alexis Medina Sánchez, frère de l’ancien président Danilo Medina, qui doit être maintenu en détention pendant trois mois.

Medina Sánchez devra purger la sanction au Centre de Correction et de Réhabilitation de San Cristóbal, tout comme les co-accusés Francisco Pagán Rodríguez et Aquiles Alejandro Christopher Sánchez, qui sont soupçonnés d’avoir constitué une coalition de fonctionnaires à partir de leurs anciens rôles de directeur général et de directeur de la surveillance, respectivement, de l’Office des ingénieurs de surveillance des travaux publics (OISOE).

L’inculpée Carmen Magalys Medina Sánchez, sœur de Juan Alexis, et Lorenzo Wilfredo (Freddy) Hidalgo Núñez, ancien ministre de la santé, doivent purger trois mois d’assignation à résidence, avec un bracelet si possible, ou sous la surveillance du ministère public. Tous deux devront verser une caution de 10 millions de pesos par engagement et seront contraints de quitter la République Dominicaine.

L’anci en directeur du Fonds Patrimonial de la Entreprise Réformée (Fonper), Fernando A. Rosa Rosa, devra également purger trois mois de détention préventive au CCR de San Cristóbal.

Advertisement

Julián Esteban Suriel Suazo, qui était en possession d’un arsenal illégal, ainsi que José Dolores Santana Carmona et Wacal Vernavel Méndez Pineda devront purger trois mois de détention préventive dans la prison modèle de San Pedro de Macorís.

Selon les investigations, Alexis Medina a mis en place un réseau de plusieurs sociétés, par le biais de prête-noms, pour obtenir des contrats publics avec de multiples institutions de l’État, ce qui lui était interdit par la loi en raison de sa relation familiale avec le chef de l’État.

Dans un long considérant, le juge Vargas a demandé que l’affaire ne soit pas portée sur la scène politique, libérant ainsi l’ancien président Medina de toute responsabilité, dont il a dit « qu’il était toujours prudent et gardait Alexis à distance ».
Concernant Alexis Medina, le juge a déclaré qu’il « ne savait pas » que son frère occupait le poste qu’il occupait et a commencé à faire des affaires « notoires » avec l’Etat, ajoutant qu’il pense que le frère du président « commandait plus que les fonctionnaires ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *