l’apprenti-dictateur-haitien-formellement-interdit-de-fouler-le-sol-de-la-cite-de-l’independance,-le-1er-janvier-2021

L’apprenti-dictateur haitien formellement interdit de fouler le sol de la Cité de l’Indépendance, le 1er janvier 2021

Article 134-2: L’élection présidentielle a lieu le dernier dimanche d’octobre de la cinquième année du mandat présidentiel.Le président élu entre en fonction le 7 février suivant la date de son élection.

Au cas où le scrutin ne peut avoir lieu avant le 7 février, le président élu entre en fonction immédiatement après la validation du scrutin et son mandat est censé avoir commencé le 7 février de l’année de l’élection.

Gonaives 10 décembre 2020 ((rezonodwes.com))–L’apprenti-dictateur Jovenel Moise qui a abusé de son autorité en publiant par-ci par-là des décrets arbitraires, illégaux et inconstitutionnels, n’aurait finalement, durant son mandat controversé, prononcé que seulement deux discours sur la Place d’Armes des Gonaives, pour marquer les festivités de l’Indépendance d’Haïti arrachée au prix de sacrifices énormes de nos ancêtres.

A 57 jours de la fin de son mandat constitutionnel, des organisations sociopolitiques des Gonaives, en marge d’une journée de protestations, qui a lieu jeudi, ont annoncé que « le président Jovenel Moise est formellement interdit de remettre les pieds sur la Place d »Armes des Gonaives, le 1er janvier 2021

Advertisement
« .

« Jovenel Moise ne pourra pas venir prononcer son discours aux Gonaives le Premier Janvier 2021. La ville lui sera fermée« , a, pour sa part, affirmé Me. André Michel, du secteur démocratique populaire, rappelant que « cette résolution a été adoptée mercredi soir dans la Cité de l’indépendance au Cours d’une réunion de la Table de Concertation de l’opposition« .

Jovenel Moise, quoiqu’il dise, annonce et fasse actuellement, avec le décret sur A.N.I., une inspiration des idéologues du régime, les docteurs Claude Joseph et Guichard Doré, se profile tout droit vers le rétablissement de la dictature en Haïti au lendemain du 7 février 2021, ont dénoncé jeudi à Port-au-Prince, des leaders d’organisations de droits humains.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *