le-programme-alimentaire-mondiale-(pam)-recoit-le-prix-nobel-de-la-paix-et-appelle-a-agir-pour-empecher-les-famines

Le Programme Alimentaire Mondiale (PAM) reçoit le Prix Nobel de la paix et appelle à agir pour empêcher les famines

Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) a formellement reçu jeudi le Prix Nobel de la paix pour l’année 2020 et a saisi cette occasion pour appeler à agir afin d’empêcher les famines.

Samedi 12 décembre 2020 ((rezoodwes.com))– Le Comité Nobel norvégien a remis ce prixau PAM dans le cadre d’une cérémonie organisée virtuellement entre Oslo et Rome, où siège l’agence humanitaire onusienne, en raison de la pandémie de Covid-19.

Lors de l’annonce du lauréat le 9 octobre dernier, le Comité avait expliqué avoir décidé attribuer le Nobel de la paix au PAM « pour ses efforts de lutte contre la faim, pour sa contribution à l’amélioration des conditions de paix dans les zones touchées par le conflit et pour avoir agi en tant que force motrice des efforts pour empêcher l’utilisation de la faim comme arme de guerre et de conflit ».

« Nous pensons également que le Programme alimentaire mondial, une agence humanitaire des Nations Unies ayant une responsabilité mondiale, représente exactement le type de coopération et d’engagement internationaux dont le monde a cruellement besoin aujourd’hui », a déclaré la Présidente du Comité Nobel norvégien, Berit Reiss-Andersen, lors de la cérémonie.

Après avoir reçu la médaille et le diplôme du Prix Nobel de la paix, le Directeur exécutif du PAM, David Beasley, a remercié le Comité Nobel norvégien pour la récompense décerné à son agence. « Nous croyons que l’alimentation est le chemin vers la paix », a-t-il déclaré.

Mais pour M. Beasley qui a pris les rênes du PAM en 2017, le Prix Nobel de la paix est plus qu’une récompense, « c’est un appel à l’action ». Selon lui, il y a urgence, rappelant que 270 millions de personnes à travers le monde – « plus que toute la population de l’Europe occidentale » – risquent actuellement de tomber dans la famine. « Ne pas répondre à leurs besoins entraînera une pandémie de faim qui éclipsera l’impact de la Covid », a-t-il prévenu.

Advertisement

Sur ces 270 millions de personnes qui luttent pour se nourrir, 30 millions dépendent à 100% du PAM pour leur survie.https://www.youtube.com/embed/3rDTaQrCKKE?enablejsapi=1&origin=https%3A%2F%2Fnews.un.org

Empêcher les famines

M. Beasley a appelé le monde à utiliser sa richesse pour empêcher les famines. « Il y a aujourd’hui 400.000 milliards de dollars de richesse dans notre monde. Même au plus fort de la pandémie de Covid, en seulement 90 jours, 2.700 milliards de dollars de richesse supplémentaires ont été créés. Et nous n’avons besoin que de 5 milliards de dollars pour sauver 30 millions de vies de la famine. Est-ce que quelque chose m’échappe ? », a-t-il demandé, soulignant l’ironie de la situation.

En 2019, 100 millions de personnes dans le monde ont reçu de la nourriture grâce au PAM. Grâce à cette aide, la famine a pu être évitée l’année dernière. Mais pour le Directeur exécutif du PAM, ce bilan ne peut être un satisfecit suffisant car « des millions et millions et millions » de personnes sont sur le point de sombrer dans la famine.

« Je ne me couche pas le soir en pensant aux enfants que nous avons sauvés, je me couche en pleurant sur les enfants que nous n’avons pas pu sauver », a expliqué M. Beasley. « Et, lorsque nous n’avons pas assez d’argent, ni l’accès dont nous avons besoin, nous devons décider quels enfants mangent et quels enfants ne mangent pas, quels enfants vivent, quels enfants meurent ».

Le chef du PAM estime que son devoir est de dire la vérité au monde : « la famine est aux portes de l’humanité. Pour des millions et des millions de personnes sur Terre ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *