ministre-claude-joseph-:-simple-revocation-pour-les-massacreurs-de-lasaline-mais-50-ans-de-prison-pour-ceux-qui-deposent-des-objets-sur-la-voie-publique

Ministre Claude Joseph : simple révocation pour les massacreurs de Lasaline mais 50 ans de prison pour ceux qui déposent des objets sur la voie publique

Samedi 12 décembre 2020 ((rezonodwes.com))– Le Ministre de facto des affaires Etrangères de Jovenel Moise est-t-il amnésique, malhonnête ou les deux à la fois? Dr Claude Joseph a décidément une drôle de facon de voir les choses.

En effet. le chancelier de facto est signataire d’un décret dans lequel est qualifié d’acte de terrorisme le fait d’embarrasser la voie publique, en y déposant ou en y laissant des matériaux ou des choses quelconques pouvant empêcher ou diminuer la liberté ou la sûreté du passage.

M. Claude Joseph, Jovenel Moïse et ses amis du gouvernement de facto ont décreté que les personnes physiques coupables de tels actes sont passibles de 30 à 50 ans de réclusion criminelle et d’une amende de 2 millions à 200 millions de gourdes, sans préjudice des dommages-intérêts et des autres peines prévues par le code pénal En cas de récidive, la peine est celle de réclusion criminelle à perpétuité. »

Cependant lorsqu’il s’agit de massacreurs responsables de la mort d’au moins 71 personnes , de la destruction de plus de 400 maisons et du viol d’au moins sept femmes, le ministre a une toute autre logique.

Advertisement

En effet , le Chancelier Claude Joseph s’exprimant sur le cas des 3 chefs de gangs sanctionnés par le Departement du Trésor américain qui ont  » enlevé des victimes, y compris des enfants, de leurs maisons pour être exécutées, puis les ont traînés dans les rues où leurs corps ont été brûlés, démembrés et donnés en pâture aux animaux », a déclaré : « Bien avant la sanction des États-Unis, nous les avions déjà sanctionnés»,

M. Claude Joseph a indiqué que Fednel Monchery, directeur général du ministère de l’Intérieur et des Collectivités territoriale et Joseph Pierre Richard Duplan, ex-délégué départemental de l’Ouest, ont été « révoqués », donc « sanctionnés ».

« Ils ne sont pas au gouvernement. Ils ont été révoqués depuis plus d’un an. Bien avant la sanction des États-Unis, nous les avions déjà sanctionnés au niveau de l’Etat par rapport à notre sensibilité et nos devoirs en termes de respect des droits humains », a lancé le ministre.

En conclusion, au pays des « Têt Kale » , le système judiciaire mis place par Jovenel Moïse, Jouthe Joseph , Claude Joseph et consorts réserve une peine pouvant aller jusqu’a 50 ans à celui qui ose brûler des pneus dans la rue et dire  » A bas Jovenel ».

Par contre la révocation et le transfert à d’autres postes souterrains est le plus grand malheur qui peut arriver à celui qui massacre des dizaines de famille, y compris des femmes et des enfants sans défense.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *