le-regime-phtk,-sans-se-doter-de-moyens-techniques,-se-leurre-avec-son-decret-etablissant-les-profits-a-15%,-opine-dr.-labossiere

Le régime PHTK, sans se doter de moyens techniques, se leurre avec son décret établissant les profits à 15%, opine Dr. Labossière

les décrets, l’apprenti-dictateur en est très friand, heureusement le ridicule ne tue pas.

Eddy Labossière doute très fort de la capacité du gouvernement de facto, à moins de 2 mois de la fin de mandat constitutionnel de Jovenel Moise, « à normaliser le commerce en Haïti ».

Dimanche 13 décembre 2020 ((rezonodwes.com))–L’économiste Eddy Labossière a remis en question samedi la capacité du gouvernement de facto à contraindre les commerçants haitiens à réduire leurs marges de bénéfice au profit de la population.

Selon l’économiste, les marges de bénéfices bruts des fournisseurs et des entreprises peuvent atteindre 120 %, et l’État n’a pas les moyens pour limiter ces bénéfices.

Cette semaine, un énième décret en folie de Jovenel Moise qui continue de légiférer, un droit que ne lui reconnaît pas la Constitution, a annoncé un durcissement de sanctions contre les commerçants refusant d’afficher leurs prix en Gourde. Le décret illégal a également établi que les profits des entrepreneurs ne doivent pas dépasser 15 % des coûts des produits, en particulier ceux de première nécessité.

Suite à l’appréciation soudaine et spectaculaire de la Gourde, à la fin du mois d’août, les prix du panier de base n’ont pas suivi la baisse de la monnaie, ce qui a encore réduit les revenus de milliers de ménages et aggravé la pauvreté.

Le nouveau décret menace d’infliger des amendes aux entrepreneurs qui ne respectent pas les dispositions pour des montants allant de cinq millions de gourdes (environ 71 430 dollars) pour les particuliers à 10 millions de gourdes (environ 142 857 dollars) pour les personnes morales, ce qui représente 30 % des revenus obtenus l’année où le fait délictueux a été commis.

Advertisement

Les récidivistes, a déclaré le ministre de facto du commerce Jonas Coffy, qui a moins de deux mois à passer au ministère du Commerce, peuvent être condamnés à une peine de prison double, qui peut atteindre deux ans, et à des sanctions économiques triples.

La réglementation impose également le respect du taux de référence journalier fixé par la Banque de la République pour établir la conversion des dollars en monnaie locale.

Cependant, Dr. Eddy Labossière a déjà averti que les commerçants imposent un taux de change arbitraire, alors que le secteur privé gère la plupart des devises entrant dans le pays, sans aucune contrepartie des autorités financières. Il a également dénoncé le secteur privé pour avoir géré l’économie nationale à son profit.

Selon ce spécialiste financier, le gouvernement doit négocier directement avec les importateurs et leur fournir les devises nécessaires, en plus d’appliquer des sanctions à ceux qui spéculent sur le taux de change.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *