audience-a-la-cidh-:-mario-joseph-minimise-les-menaces-du-ministre-rockefeller-vincent

Audience à la CIDH : Mario Joseph minimise les menaces du ministre Rockefeller Vincent

Le responsable du Bureau des avocats internationaux Mario Joseph dit faire peu de cas des propos du ministre de la justice et de la sécurité publique Rockefeller Vincent accusant les organisations de droits humains de faire le jeu des partis politiques

Mardi 15 décembre 2020 ((rezonodwes.com))– Les tentatives de réduire au silence des organisations de droits remontent sous le règne de Michel Joseph Martelly, rappelle le responsable du Bureau des avocats internationaux.

Me Mario Joseph évoque des poursuites judiciaires de 2012 engagées par le commissaire du gouvernement d’alors Jean Renel Senatus, instruit par le Palais national pour persécuter des structures de la société civile œuvrant dans la promotion et le respect des droits humains.

Moins de dix années après, avec la deuxième version du PHTK, des organisations de défense des droits humains dont le BAI et le RNDDH semblent vouloir revivre des  épisodes similaires.

L’intervention du ministre de la justice et de la sécurité publique Rockefeller Vincent qualifiant des responsables d’organisations militant pour le respect des droits d’opérer sous la coupe réglée des formations politiques de l’opposition témoigne d’une attitude honteuse et irresponsable.  

À l’occasion d’une séance la semaine dernière à la Cour interaméricaine des droits de l’homme (CIDH), le ministre Rockefeller Vincent a indexé des dirigeants dans l’élaboration de rapports accablants sur la situation des droits humains en Haïti 

Advertisement

Selon les considérations émises par le numéro un MJSP, les conclusions des enquêtes sur des massacres perpétrés dans des quartiers populaires, documentés par des organisations des droits humains, visent à saper tout effort tendant à lutter contre la violation des droits des haïtiens.

Le directeur exécutif du Réseau national de défense des droits humains (RNDDH) Pierre Espérance considère que le pouvoir, en attaquant des organisations de défense des droits humains en Haïti, file droit sur l’autoroute de la dictature.

Il appelle à la mobilisation des forces sociales pour faire échec aux intentions obscurantistes manifestées par des autorités de l’Exécutif.

Hervé Noël
vevenoel@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *