le-theatre-haitien-humilie-le-paysan

Le théâtre haïtien humilie le paysan

Dimanche 20 décembre 2020 ((rezonodwes.com))– La politique des trente dernières années a atrophié la moralité et l’intellectualité en Haïti et du même coup, a réduit le théâtre à la comédie; une comédie libre où n’importe qui, actant en vieux, imbécile, retardé, goujat, un dérangé, ou non-éclairé devient célèbre à travers l’exploitation exagérée de la culture pratique ou du mode de vie du paysan haïtien.

Les artistes mettent en vogue le style, les mœurs et les pratiques du paysan haïtien aux devantures des scènes théâtrales pour devenir populaires au détriment de la personnalité, du caractère, de l’intelligence et de la pudeur du paysan. Le paysan est le bout des blagues et ironies des artistes qui le ridiculise et le caricature pour démontrer que les gens de la campagne sont au-deçà de tout respect et de toute civilité.

Pour ne pas qualifier cette forme de performances théâtrales d’hypocrisie, de pédantisme, d’ironie, ou de stupidité et à défaut d’un terme convenable, je la qualifierai de comédie vulgaire puisqu’elle est représentée par un groupe d’artistes qui, s’accordant de noms de figures d’autorités familiales, se dressent, imitent, et actent en paysan pour gagner et maintenir une traction de popularité dans le monde du théâtre haïtien.

Le public n’en a pas assez d’eux. Ils performent presque chaque jour. Leurs prestations captent l’esprit de toutes les couches sociales, commerciales, politiques, économiques et religieuses d’Haïti. On les voit dans les films haitiens et sont recrutés pour des réclames radiophoniques et télévisées.

Il n’y a pas de diversité dans leurs messages. Ce qu’un artiste dit ou fait aujourd’hui sera repris demain par l’autre. Ce qui différencie un artiste d’un autre est seulement la façon dont ils délivrent leurs prestations. Leurs messages et leur style corés par la risibilité, le persifflage, et la plaisanterie, qu’il s’agit du père ou qu’il s’agit de l’oncle, sont les mêmes. A cause de leur verbe facile et leur quolibet controversé, ils sont aujourd’hui les véhiculeurs d’informations les plus proéminents et les mieux convoités dans le pays. Nous tous donc contribuons à l’humiliation, le mépris, la dérision, la dégradation du paysan par le théâtre haïtien.

Un acteur est un communicateur, un formateur, un éducateur, et avant tout, un modèle et un agent de changement social positif. Ce qui veut dire que leurs productions et performances transmettent des messages à travers lesquels les autres s’y retrouvent ou peuvent se retrouver. Un acteur transmet des messages qui incitent à l’action, qui conscientisent, responsabilisent et sensibilisent.

Advertisement

En clair, leurs messages sont une absurde représentation du paysan haïtien qu’ils peinturent comme un illettré, un imbécile, un pas eklere, un non civilisé, un gro gonm, quelqu’un doté d’aucun sens de fashion, de protocole, et d’étiquette. Leurs performances sont une fausse parodie puisque cette imitation ne relève rien de vérité de la culture du paysan.

Le paysan ne s’habille pas avec des chemises arc-en-ciel, des pantalons trois quarts ou pantalons pattes éléphants, ou des bottes à becs pointus. Il ne parle pas tous avec un accent nordiste. Il n’a aucune envie de déformer le français. Pourquoi donc le ridiculiser, pourquoi utiliser son ignorance de la vie port-au-princienne comme son défaut. Pourquoi s’attaquer à ses caractères et à ses mœurs. Pourquoi insulter son intelligence. Il n’est pas un macaque ; il est un humain et doit être traité comme tel. Vous serez étonnés de voir que plusieurs de ces paysans sont éduqués et exposent leurs enfants à une éducation de classe.

Se vantant d’être des pères et des oncles, pourquoi ne commencent-ils à éduquer leur progéniture d’une manière plus convenable, plus efficace et plus utile. Pourquoi ne commencent-ils pas à contribuer au développement intellectuel et culturel de la famille.

Dr. Bobb RJJF Rousseau

www.cecoyauniversity.com

www.bifpt.com

509-204-2773

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *