aggravation-du-climat-d’insecurite-en-haiti-a-42-jours-de-la-fin-de-mandat-constitutionnel-de-jovenel-moise

Aggravation du climat d’insécurité en Haïti à 42 jours de la fin de mandat constitutionnel de Jovenel Moise

Les bandits réclament $5 millions en échange de la libération de Elie Henry et de sa fille…

Dimanche 27 décembre 2020 ((rezonodwes.com))–Le climat d’insécurité continue de s’aggraver en Haïti samedi, malgré les annonces à effet de propagande du Premier ministre de facto Joseph Jouthe faisant croire que la paix et la sécurité seront rétablies pendant les festivités de Noël et du Nouvel An.

Ce samedi, l’enlèvement du président de la division interaméricaine des adventistes du septième jour, Elie Henry, et de sa fille, alors qu’ils rentraient d’activités religieuses dans cette capitale, a été signalé.

Selon une source proche de la Mission adventiste en Haïti, les ravisseurs exigent une rançon de cinq millions de dollars en échange de sa libération.

Dans un communiqué, la Division Interaméricaine de l’Eglise Adventiste a confirmé l’enlèvement et a assuré que la famille a été en contact régulier avec le pasteur, « et il est entendu que lui et sa fille se portent aussi bien que l’on puisse s’y attendre, compte tenu des circonstances

Advertisement
« .

Outre le clergé adventiste, trois autres personnes ont été enlevées le 24 décembre. A Gros-Morne, dans l’Artibonite, les habitants ont bloqué vendredi la route principale pour protester contre l’enlèvement de Jean Raynold Saint-Hilaire et de Berthony Silva et ont dénoncé que malgré le paiement de la rançon, les victimes sont toujours entre les mains des ravisseurs.

Dans la région de l’Arcahaie également, des individus ont enlevé Grégory Sanon, un étudiant en ingénierie, dont les membres de la famille ont confirmé que les délinquants exigent 50 000 dollars pour sa liberté.

Mardi dernier, la police a annoncé qu’elle allait déployer une opération pour sécuriser les célébrations du Nouvel An, et a indiqué que des mesures étaient prises à différents niveaux pour protéger la population.

En fait, ces dernières semaines, des unités sont intervenues dans des quartiers défavorisés tels que Villa de Dieu à Martissant, mais malgré les opérations, les cas d’enlèvement continuent de se multiplier dans tout le pays, sans compter des assassinats par balle. Le dernier cas en date est l’assassinat samedi de l’inspecteur divisionnaire Telfort Ferais qui revenait d’un mariage quand des individus armés l’ont attaqué à Petite-Anse, non loin du Cap-Haïtien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *