une-eglise-prise-en-otage-dans-une-societe-en-peril-par-des-vendeurs-de-jesus-qui-ne-connaissent-pas-le-christ

Une église prise en otage dans une société en péril par des vendeurs de Jésus qui ne connaissent pas le Christ

Une Église Locale(Haïtienne) prise en Otage par des Vendeurs de JÉSUS qui ne connaissent pas le CHRIST dans une Société en Péril.

« On a tous besoin de la foi pour triompher dans nos combats. » (Adolphe Mesadieu McManaway)

Revelasyon 3 v 14-20:

« Ekri zanj legliz ki nan lavil Lawodise a. Di l’ konsa: Moun ki verite a, moun k’ap di verite a jan l’ ye a san bay manti, li menm ki sous tou sa Bondye kreye a, men sa li voye di ou: Mwen konnen tou sa w’ap fè. Mwen konnen ou pa ni cho ni frèt. Pito ou te cho osinon ou te frèt. Men, ou kièd, ou pa cho, ou pa frèt. Mwen pral vonmi ou soti nan bouch mwen. W’ap plede di: Mwen rich, zafè m’ ap mache byen. Mwen pa manke anyen. Pòdiab! Konnen ou pa konnen jan ou malere, jan ou nan gwo nesesite, jan ou pòv, toutoni ak tou de je ou yo pete! Se poutèt sa, mwen ta ba ou konsèy achte nan men m’ bon lò san melanj ki pase nan dife. Konsa ou va rich tout bon. Achte nan men m’ tou rad blan pou mete sou ou pou moun pa wè jan ou toutouni. Sa se yon wont pou ou. Achte nan men m’ tou renmèd pou mete nan je ou pou ou ka wè. Moun mwen renmen se yo mwen korije, se yo mwen peni. Mete plis aktivite nan sèvis ou. Tounen vin jwenn Bondye. Koute. Men mwen kanpe la devan pòt la, m’ap frape. Si yon moun tande vwa m’, si l’ louvri pòt la ban mwen, m’a antre lakay li, m’a manje ansanm avè l’, la manje ansanm avèk mwen. Tout moun ki goumen jouk yo genyen batay la, m’ap ba yo dwa chita bò kote m’ lè m’a sou fòtèy mwen an, menm jan mwen menm mwen te goumen jouk mwen te genyen batay la, pou koulye a mwen chita bò kot Papa m’ ki chita sou fòtèy li a. Se pou moun ki gen zòrèy pou yo tande tande sa Lespri Bondye a ap di legliz yo. »

Lundi 28 décembre 2020 ((rezonodwes.com))– À l’instar du Prophète Esaïe dans Esaïe 61, je crois que « L`esprit du Seigneur, l`Éternel, est sur moi, Car l`Éternel m’a oint pour porter de bonnes nouvelles aux malheureux ; Il m`a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, Pour proclamer aux captifs la liberté, Et aux prisonniers la délivrance ; Pour publier une année de grâce de l`Éternel, Et un jour de vengeance de notre Dieu; Pour consoler tous les affligés; Pour accorder aux affligés de Sion, Pour leur donner un diadème au lieu de la cendre, Une huile de joie au lieu du deuil, Un vêtement de louange au lieu d`un esprit abattu, Afin qu`on les appelle des térébinthes de la justice, Une plantation de l`Éternel, pour servir à sa gloire. » (Esaïe 61 v 1 à 3). Depuis une trentaine d’années, une vaste campagne anti-Jésus-Christ et Anti-Bible, surtout la Sainte Bible traduite en Haytien est menée en Haïti par des mécréants, des prêtres et évêques catholiques, des pasteurs protestants, houngans et francs-maçons. Ce qui parait drôle, tous ces individus cités ici, lisent et utilisent la Bible pour leurs rituels occultes et sataniques. Ce que nous vivons aujourd’hui comme réalité macabre et abjecte, est le résultat de cette campagne qui a ouvert la voie à l’amour effréné de l’argent, l’homosexualité, l’ego surdimensionné, la fanfaronnade, le blasphème à outrance, la rébellion et l’irrespect envers les parents, l’ingratitude, la corruption endémique et étatisée, la gangstérisation du pays, le goût du lucre et du luxe, la paresse, fè lajan san swe, l’oisiveté à outrance, la pauvreté, la misère, l’ignorance accrue, le barbarisme, le cannibalisme, la déliquescence des mœurs, la délinquance sous toutes ses formes et la mécréance. Dans ce texte, nous allons essayer de montrer comment l’Eglise Locale Haïtienne est prise en otage par des vendeurs de Jésus qui ne connaissent pas le Christ dans une société en péril.

Le Professeur Ludovic Comeau Jr. a publié en Septembre 2007 un roman phare « au souffle puissant » de 683 pages avec le titre : « Bâtisseurs du lendemain ». Mon ancien Préfet des Etudes au Petit Séminaire Collège Saint Martial m’a envoyé, en Novembre 2012 une copie de courtoisie que j’ai savourée durant les fêtes de fin d’année de 2012. J’ai écrit une appréciation d’une trentaine de pages de ce roman que je n’ose publier. A mon humble avis, ce roman annonce le Réveil Spirituel au tournant du 21ème siècle qui doit aboutir sur la deuxième Révolution Haytienne. L’Ingénieur Yves Romain Bastien écrit : « Voici, livré en pièces détachées, le périple d’une ville bicentenaire. Malgré son passé glorieux, elle ploie sous l’action combinée de mécanismes sociaux poignants et de l’archétype du dictateur. Cette société fait eau de partout, dirait-on, enchevêtrée qu’elle est dans des crises complexes, toujours se rapportant au présent, au clan, à l’individu, à la bulle humaine, plutôt…Bâtisseurs du lendemain n’est pas pessimiste pourtant, loin de là, heureusement ! Et le rire surprend de temps en temps, d’un bout à l’autre des cinq mouvements du roman… Entreprenez résolument ce voyage, et que les bulles crèvent ! ». La Professeure Miriam Ben-Yoseph, professeur de l’année 2006 pour l’Illinois écrit, à son tour : « Tout à tour fougueux et amusant. Tout est rendu avec précision dans ces annales dites fictives, pourtant plus vraies que la vie, qui prennent pour cadre une journée dans l’existence de trois amis, avec l’agrément de saisissants flashbacks… C’est un roman écrit avec un irrésistible humour et un rythme qui jamais ne s’émousse, un roman à la prose magistrale et élégante qui flirte avec le vers… C’est un joyau littéraire que tout citoyen du monde se doit de lire. »

Le lecteur peut bien se demander qu’est-ce qu’un texte dénonciateur sur l’Eglise Haïtienne a à voir avec le roman « Bâtisseurs du lendemain de Ludovic Comeau Jr. Je vous réponds tout de suite que le Docteur Comeau, dans son imposante stature de futurologue, fait une critique objective sur le pourquoi et le comment de l’Haïti latrinisée, et fait une projection sur ce que sera Haïti après une trentaine d’années « si la nation haïtienne fait l’effort de rechercher la voie moyenne de la négociation et du consensus entre groupes et intérêts divergents ; Et aussi celles qui comprennent l’utilité d’éviter  l’exclusion et les iniquités outrancières et de promouvoir, tant bien que mal, la justice et l’harmonie sociales. Le Professeur Ludovic Comeau Jr. qui est devenu, trois ans plus tard, soit en 2010, le Vice-Président de GRAHN-Monde, le premier et seul think tank haytien croit, sans même le dire que « notre bataille est surtout spirituelle et nous devons utiliser les armes appropriées. Nous avons besoin d’un réveil de conscience pour accéder aux énergies plus hautes que les disputes, les querelles, les jalousies, les homicides… Il est temps de réapprendre à nous aimer, à nous estimer les uns les autres. Il est temps de nous traiter en frères. »

Ce roman a provoqué une échauffourée entre moi et mon strict professeur qui n’a pas voulu accepter qu’il prophétisait, et qu’il pouvait faire le grand saut sur le devenir santibonique de notre chère patrie. Voilà qu’en Janvier 2010, quelques jours après le tremblement de terre dévastateur du 12 Janvier, le GRAHN a vu le jour ; et c’est le début du grand rêve de « Construction d’une Haïti Nouvelle » qui est d’ailleurs le titre d’un livre collectif du GRAHN sur sa vision de l’autre pays que nous, patriotes et bien-pensants, rêvons tous et toutes. Le GRAHN-Monde fait germer l’espoir dans le cœur de tout Haytien qui prend connaissance de sa vision de la construction du pays, ses réalisations et ses multiples projets novateurs sur le long terme. La route est longue, scabreuse et ardue, mais nous sommes déjà en marche !

Le Professeur Ludovic Comeau Jr. écrit à la mi-page 483 du roman ce qui suit : « Ce projet de contrat social veut l’Etat de droit et un climat ou un pouvoir honnête et une fonction publique professionnelle poursuivent le progrès. Un contexte où la parole donnée a une valeur ; où l’artifice, le vol et la bêtise ne sont plus érigés en principes de gouvernement et de conduite des affaires ; où les religieux de toutes confessions, prêtres et évêques surtout, honorent la nature sacrée, essentiellement apolitique, spirituelle et exemplaire de leur mission et veillent à ce que leurs confrères fourvoyés s’y conforment, se repentent, respectent leurs vœux exprès ou tacites de chasteté et de pauvreté ou, en cas de déchéance finale ou de relapse, se défroquent ou sont renvoyés. Un contexte où les marronnages perdent droit de cite et la ville devient la priorité. » Après avoir lu ce passage du roman, j’ai vite ouvert ma Bible, et je suis tombé directement sur Deutéronome 7. Je retranscris ici, les versets 9 à 26 :

« Sache donc que c`est l`Éternel, ton Dieu, qui est Dieu. Ce Dieu fidèle garde son alliance et sa miséricorde jusqu`à la millième génération envers ceux qui l`aiment et qui observent ses commandements. Mais il use directement de représailles envers ceux qui le haïssent, et il les fait périr ; il ne diffère point envers celui qui le hait, il use directement de représailles. Ainsi, observe les commandements, les lois et les ordonnances que je te prescris aujourd`hui, et mets-les en pratique. Si vous écoutez ces ordonnances, si vous les observez et les mettez en pratique, l`Éternel, ton Dieu, gardera envers toi l`alliance et la miséricorde qu`il a jurées à tes pères. Il t`aimera, il te bénira et te multipliera ; il bénira le fruit de tes entrailles et le fruit de ton sol, ton blé, ton moût et ton huile, les portées de ton gros et de ton menu bétail, dans le pays qu`il a juré à tes pères de te donner. Tu seras béni plus que tous les peuples ; il n`y aura chez toi ni homme ni femme stérile, ni bête stérile parmi tes troupeaux. L`Éternel éloignera de toi toute maladie ; il ne t`enverra aucune de ces mauvaises maladies d`Égypte qui te sont connues, mais il en frappera tous ceux qui te haïssent. Tu dévoreras tous les peuples que l`Éternel, ton Dieu, va te livrer, tu ne jetteras pas sur eux un regard de pitié, et tu ne serviras point leurs dieux, car ce serait un piège pour toi. Peut-être diras-tu dans ton cœur : Ces nations sont plus nombreuses que moi ; comment pourrai-je les chasser ? Ne les crains point.

Rappelle à ton souvenir ce que l`Éternel, ton Dieu, a fait à Pharaon et à toute l`Égypte, les grandes épreuves que tes yeux ont vues, les miracles et les prodiges, la main forte et le bras étendu, quand l`Éternel, ton Dieu, t`a fait sortir : ainsi fera l`Éternel, ton Dieu, à tous les peuples que tu redoutes. L`Éternel, ton Dieu, enverra même les frelons contre eux, jusqu`à la destruction de ceux qui échapperont et qui se cacheront devant toi. Ne sois point effrayé à cause d`eux ; car l`Éternel, ton Dieu, est au milieu de toi, le Dieu grand et terrible. L`Éternel, ton Dieu, chassera peu à peu ces nations loin de ta face ; tu ne pourras pas les exterminer promptement, de peur que les bêtes des champs ne se multiplient contre toi. L`Éternel, ton Dieu, te les livrera ; et il les mettra complètement en déroute, jusqu`à ce qu`elles soient détruites. Il livrera leurs rois entre tes mains, et tu feras disparaître leurs noms de dessous les cieux ; aucun ne tiendra contre toi, jusqu`à ce que tu les aies détruits. Vous brûlerez au feu les images taillées de leurs dieux. Tu ne convoiteras point et tu ne prendras point pour toi l`argent et l`or qui sont sur elles, de peur que ces choses ne te deviennent un piège ; car elles sont en abomination à l`Éternel, ton Dieu.Tu n`introduiras point une chose abominable dans ta maison, afin que tu ne sois pas, comme cette chose, dévoué par interdit ; tu l`auras en horreur, tu l`auras en abomination, car c`est une chose dévouée par interdit. »

Hier matin, le Révérend Pasteur Joël Laloi, dans sa prédication à l’Eglise Baptiste du Tabernacle de Port-au-Prince a abordé le thème : « Qu’avez-vous fait au cours de l’année 2020. Nous avons lu un résumé de la transcription de cette touchante et mouvante prédication, fait par le Frère Talot Bertrand, Ingénieur-Agronome. Le Pasteur Laloi avance que « Nous avons besoin de faire des évaluations périodiques dans notre vie spirituelle. » Il a pris comme toile de fond pour sa prédication, la Parabole des talents en Matthieu 25 v 14 à 30. Le Révérend Laloi a jugé bon de faire ce questionnement : « Au cours de l’année 2020, avez-vous posé une action dans laquelle DIEU a trouvé la gloire ? Depuis quand êtes-vous convertis ? Quel est votre bilan ? Faites-vous de l’évangélisation ? Supportez-vous les œuvres missionnaires ? Est-ce que vous chantez ? Visitez-vous des malades ? Avez-vous créé des opportunités pour exercer vos dons spirituels ? A son retour, le Maitre nous dira-t-il bons et fidèles serviteurs ou méchants et paresseux ?

Je veux reprendre le questionnement du Révérend Pasteur Joël Laloi pour demande à l’Eglise Locale Haïtienne : Quel est son bilan durant son existence sur la terre d’Haïti ? Pourquoi le Peuple de Dieu périt par manque de Connaissance ? Est-ce que l’Eglise est consciente qu’elle est dépouillée de son sacerdoce ? Quelle est la responsabilité de l’Eglise et des Chrétiens dans la société haïtienne en péril ? Dans le passage de l’Apocalypse 3 v 14 à 20 que j’ai retranscris au début de ce texte, Jésus-Christ a envoyé un message corsé à L’Eglise de Laodicée qu’il trouve être ni froid ni bouillant. Le Sauveur de l’Humanité, Jésus-Christ avance qu’il connait les œuvres de l’Eglise de Laodicée, parce qu’il est tiède, et qu’il n’est ni froid ni bouillant, il la vomira de sa bouche. Ne voyez-vous pas que l’Eglise Haïtienne présente les caractéristiques de l’Eglise de Laodicée ?

Quand j’ai formulé le sujet de ce texte hier soir, j’étais réellement frustré, et je voulais exploser en tenant compte de la « situation actuelle du pays caractérisée par le kidnapping, l’insécurité généralisée, la misère, des problèmes socio-politiques, etc. » Mais, en m’adressant à mon Créateur par la Prière durant toute la nuit et ce matin encore, il m’a porté à lire la transcription de la prédication du Révérend Joël Laloi, présenté par le Frère Talot Bertrand, et j’ai vite ressenti cette compassion pour les leaders religieux haïtiens(égarés) que je qualifie de « vendeurs de Jésus qui ne connaissent pas le Christ. » Je suis persuadé que les hommes d’Eglise en Haïti qui devraient être des guides bienveillants subissent un piratage spirituel de par leur appât du gain, avidité, cruauté et manque de sincérité. J’aimerais bien dire aux hommes d’Eglise en Haïti, en soutane, à veste et cravate qui utilisent la Sainte Bible dans une perspective satanique pour induire le peuple de Dieu en erreur, que le Créateur viendra pour une évaluation finale comme le dit le Pasteur Joël Laloi qui a si bien expliqué la Parabole des talents comme un exemple probant d’une évaluation. Le Pasteur Laloi a utilisé toute sa sagesse pour dire qu’« En attendant cette évaluation finale, faisons nous-mêmes nos propres évaluations périodiques afin que nous puissions nous mettre à jour devant le DIEU Tout-Puissant. Travaillons pour la gloire de DIEU et valorisons nos dons au service des autres. »

Advertisement

Notre compatriote Pierre Lesage a écrit : « Sosyete a vag tankou yon raje ! On dirait que la perte d’une vie est chose normale. Pas d’enquêtes, témoins oculaires se taisent et les assassins se préparent pour des prochaines exécutions en toute quiétude. Eta nou grav anpil wi lasosyete ! » Quel est le rôle de l’Eglise Locale (Protestante et Catholique) dans cette déchéance totale où la société bascule dans l’anarchie totale ? Jésus-Christ est bel et bien un Révolutionnaire, un citoyen modèle qui payait ses taxes et respectait les lois de la Cité, et qui prôna un Évangile d’Amour, de Paix, de Solidarité, de Combativité, d’Unité et de Fraternité. Lisons un extrait du livre « God of the Oppressed » (Dieu des Opprimés) du Théologien Américain James H. Cone :

« La vision de l’avenir et de la venue de Jésus comme Seigneur est le thème central de la religion noire (théologie noire). Ce thème est exprimé avec l’idée du paradis, un concept qui a été grossièrement mal compris dans la religion noire. Pour beaucoup de gens, l’idée du paradis dans les chansons et les sermons des Noirs est la preuve de l’affirmation de Marx selon laquelle la religion est l’opium du peuple. Malheureusement, de nombreux jeunes noirs non informés, entendant cette analyse marxiste à l’université, ont accepté cette critique comme vraie sans approfondir la forme de pensée des Noirs. Certes, les missionnaires et les prédicateurs blancs ont utilisé Jésus et le Ciel pour rendre les esclaves noirs obéissants et dociles, mais en réalité, le contraire s’est produit le plus souvent. Pour de nombreux esclaves noirs, Jésus est devenu « L’Autre Décisif » dans leur vie qui leur a fourni une connaissance d’eux-mêmes, non dérivée du système de valeurs des maîtres esclaves. Comment pouvaient-ils savoir que les esclaves noirs étaient des êtres humains lorsqu’ils étaient traités comme du bétail ? Comment pouvaient-ils savoir qu’ils étaient quelqu’un alors que tout dans leur environnement disait qu’ils n’étaient personne ? Comment pouvaient-ils savoir qu’ils avaient une valeur qui ne pouvait être définie par des dollars et des cents, alors que le symbole du bloc d’enchères était une réalité toujours présente ? Seulement parce qu’ils savaient que le Christ était présent avec eux et que sa présence incluait la promesse divine de revenir et de les emmener à la « Nouvelle Jérusalem ». Le ciel, par conséquent, dans la religion noire était inséparablement lié à la promesse de Jésus de libérer les opprimés de l’esclavage. C’était la vision des Noirs d’une nouvelle identité pour eux-mêmes qui était en contradiction flagrante avec leur statut actuel d’esclaves. Cette vision de Jésus comme celui à venir qui les ramènera au ciel a tenu les Noirs ensemble mentalement alors qu’ils luttaient physiquement pour concrétiser l’avenir dans leur présent. » (James H. Cone, Dieu des opprimés)

L’Eglise Protestante(haïtienne) élève sa voix que pour dire non à l’homosexualité accrue et qu’on veut légaliser sous la poussée de l’Occident, principalement des pays du CORE GROUP, ce qui est un signe des temps de la fin ; mais il n’y a pas que cela. L’Eglise Locale haïtienne doit être une église militante qui doit se tenir debout pour défendre les appauvris, les faibles, les meurtris, et les déshérités. L’Eglise ne saurait être passive, sinon elle perd sa saveur. L’Eglise locale, en ce temps de grands tumultes dans la société haïtienne a une responsabilité morale d’accompagner la population dans ses revendications pour une vie meilleure. L’Eglise, à elle seule, peut jouer le rôle de levier ou de pierre angulaire pour sortir la population dans cette zombification de masse ; mais elle doit trouver son essence Haytienne, c’est-à-dire libératrice. Nous ne pouvons pas servir Jésus-Christ dans la perspective esclavagiste de l’Occident qui nous empêche de voir le Grand Tableau que présente la Sainte Bible qui n’enchaine guère et ne prêche la résignation, mais qui peint la Justice Sociale, la Liberté, le Progrès, le Savoir et le Savoir-Faire, la Construction de la Personne dans toutes ses dimensions (physique, mentale et spirituelle).

Le Socialisme tire son origine même dans l’Evangile de Jésus-Christ. Notre Seigneur prôna, à travers son Évangile d’Amour, une organisation sociale et économique plus juste pour obtenir l’égalité sociale, réduire les inégalités et favoriser la mise en commun.  L’Église Primitive vivait bien dans cette communion fraternelle. Les Epîtres de l’Apôtre Paul, peuvent bien nous aider à emboiter le pas dans la bonne direction pour marcher à pas joyeux sur les traces de Jésus-Christ. Une Eglise qui supporte le Statu quo est belle et bien une Eglise satanique qui n’a rien à voir avec le Plan Salvifique du Créateur pour l’homme et l’humanité, en général. L’influent théologien Jürgen Moltmann nous dit : « Au XXIe siècle, l’espoir est défié par des idéologies et des tendances mondiales qui nieraient l’espoir et même la vie elle-même. La violence terroriste, les inégalités sociales et économiques, et plus particulièrement la crise imminente du changement climatique, contribuent tous à un moment culturel de profond désespoir. Moltmann nous rappelle que la Foi Chrétienne a beaucoup à dire, en réponse à un monde désespéré. Dans « l’Eternel oui du DIEU Vivant », nous affirmons la bonté et le but permanent de notre fragile humanité. De même, l’Amour de Dieu nous permet d’aimer la vie et de résister à une culture de la mort.

Une Eglise qui accepte de payer des rançons à des malfrats est une église banditlégalisée qui n’a aucune autorité et aucune puissance. Les guerriers spirituels doivent se démarquer de la hiérarchie ecclésiale qui fonctionne comme des organisations à but lucratif. Je ne veux pas être un prophète de malheur ; mais je prédis que si l’on tombe dans le piège de négocier avec les kidnappeurs, on ne fera que renforcer l’insécurité et ce commerce rentable que les « Elites constituées » nous imposent. Une Eglise avec des dirigeants qui marchent dans l’intégrité et la sanctification, ne saurait être la proie des bandits et ne saurait cautionner le grand banditisme, être inactif, passif et même complice. Une Eglise qui instruit ses fidèles et les enseigne à prier convenablement pour chasser les démons coriaces comme Jésus-Christ l’a si bien enseigné en Matthieu 17 v 20-21, est une église victorieuse. Ne dit-on pas que « lapriyè se kle ? ». Je veux vous laisser sur une note positive et je vais faire appel à la sagesse du théologien norvégien Ole Hallesby qui écrivît :

« Il est écrit : « Celui qui vient à moi, je ne le chasserai pas » (Jean 6 v 37). « Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous pardonner nos péchés et nous purifier de toute iniquité » (1 Jean 1 v 9). C’est exactement ce qu’ont fait ces gens qui sont venus à Christ et qui ont entendu de lui ces paroles avant de partir : « Ta foi t’a sauvé. » Tout ce qu’ils ont fait, c’est de venir à Jésus et de plaider leur détresse devant lui, qu’elle soit physique ou spirituelle ou les deux. Remarquez la marque simple, mais indubitable, d’une foi vivante. Une telle foi voit son propre besoin, reconnaît sa propre impuissance, va à Jésus, lui dit à quel point les choses sont mauvaises et laisse tout avec lui. Vous et moi pouvons maintenant dire combien de foi nous avons besoin pour prier. Nous avons assez de foi lorsque nous, dans notre impuissance, nous nous tournons vers Jésus. Cela nous montre clairement que la vraie prière est le fruit de l’impuissance et de la foi. L’impuissance devient prière au moment où vous allez à Jésus et parlez franchement et avec confiance avec lui de vos besoins. C’est croire. La raison pour laquelle plus de foi que cela n’est pas nécessaire pour prier réside dans la nature même de la prière. La prière n’est rien de plus impliquée que d’ouvrir la porte lorsque Jésus frappe et de lui donner accès à notre détresse et à notre impuissance avec tous ses pouvoirs miraculeux. »

J’encourage les Disciples de Jésus-Christ d’Haïti à établir cette solidarité dans la prière (union de prière) durant ces derniers jours de l’année et la première semaine du mois de Janvier. Les jeunes chrétiens qui sont les premières victimes de cette débandade au pays de Jean Jacques Dessalines doivent prier et jeûner. Je vous recommande vivement la lecture d’Esaïe 58 et de 1 Timothée 2. Que le Seigneur aide ses enfants à se soustraire de l’emprise des vendeurs de Jésus au sein de l’Eglise locale haïtienne qui ne connaissent pas le Christ, ce messager de paix et d’amour qui ne forme que des projets de paix sur ceux qui le craignent. L’Année 2021 doit être décrétée une Année de Combat et de Réveil Spirituels où les Chrétiens haïtiens doivent être sur pied de guerre dans la Prière, le Jeûne, la Prédication de l’Evangile bonifiant de Notre Divin Sauveur et seul Rédempteur, Jésus-Christ.

« *Nous avons tout pleinement en Jésus-Christ ! *

Colossiens, 2 :10 – Vous avez tout pleinement en lui, qui est le chef de toute domination et de toute autorité. Tout ce qu’il nous faut vraiment et absolument ; Tout ce qui peut contribuer à glorifier notre Dieu, Nous l’avons déjà, grâce à Jésus le Rédempteur. Il nous suffit, dans bien des cas, de nous en servir, par la foi. Car, ce qu’il nous faut est déjà là. Dans d’autres cas, il faut le réclamer hardiment, d’une sainte hardiesse, à Celui qui « n’est point un homme pour mentir. » (Nombres 23 :19). Nous l’avons pleinement, abondamment. Pas juste de quoi nous soulager, en quantité limitée. David a reconnu que sa « coupe déborde » (Ps.23 :5). En Ayitien, on dit : « Plen grennen « .

De l’autre côté de la mer de Galilée, de Tibériade, sur une montagne, la foule l’a expérimenté.

Ils étaient plus de cinq mille (5000). Jésus intervint miraculeusement. Pas seulement pour apaiser leur faim, ni non plus pour seulement les rassasier. Jean, l’un des principaux témoins de cet évènement hors du commun, rapporte qu’il y avait un surplus de douze paniers. Pour rappel, l’expérience avait démarré avec seulement cinq pains et deux poissons (Jean 6 v 9).

En Jean 10 v 10, le divin et bon Berger, Jésus-Christ, s’engage à agir ainsi pour tous les Siens.

Voici Ses propres propos :

« … je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu`elles soient dans l`abondance. »

Abondance d’amour ;

Abondance de pardon ;

Abondance de paix ;

Abondance de joie ;

Abondance de patience ;

Abondance de miséricorde et de compassion ;

Abondance de puissance,

Pour une vie victorieuse sur le Moi, sur le Monde et sur le Malin,

* »en attendant la bienheureuse espérance, et la manifestation de la gloire du grand Dieu et de notre Sauveur Jésus Christ, »*(Tite 2 v 13). » (Frère Jodel Joseph)

Une Eglise qui prie avec foi est une église renforcée, fervente, fortifiée et victorieuse ! Que le message du Prophète Osée au chapitre 4 puisse résonner dans le cœur des hommes d’Eglise haïtiens en Haïti et dans la diaspora !

Shalom à vous tous !

Kerlens Tilus        12/28/2020

Snel76_2000@yahoo.com

Tel : 631-639-0844

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *