justice|etat-de-droit-35/10-:-« 8-809-detenus-en-attente-de-jugement-sur-les-11-131-accroupis-et-mal-nourris-dans-les-prisons-haitiennes »,-confie-me.-jean-wilner-morin

Justice|Etat de droit 3.5/10 : « 8 809 détenus en attente de jugement sur les 11 131 accroupis et mal nourris dans les prisons haïtiennes », confie Me. Jean Wilner Morin

Attention, le décret de la dernière grâce présidentielle « en fanmi« , pour Covid-19, n’a jamais été rapporté…Par ailleurs, l’ex-député PHTK, Jean Fenel Thanis, « machann dwòg » gracié par Jovenel Moise jouit actuellement tous ses droits civils et politiques, Me. Rockfeller Vincent de l’UCREF n’a jamais finalisé son enquête. Il a menti à la République

Mardi 29 décembre 2020 ((rezonodwes.com))–Le juge haïtien, Jean Wilner Morin, a dénoncé le « commerce » que représente pour certaines organisations non gouvernementales (ONG) le phénomène de la détention préventive prolongée, qui touche aujourd’hui plus de 79 % des prisonniers.

C’est un circuit qui génère beaucoup d’argent pour les promoteurs de certains projets qui prétendent venir au secours des prisonniers », a critiqué le président de l’Association nationale des magistrats.

Actuellement, sur les 11 131 détenus du système pénitentiaire, 8 809, soit 79,14 %, sont en attente de jugement, un problème qui s’est aggravé en 2020 en pleine pandémie de Covid-19.

Selon M. Morin, de nombreuses ONG existent parce que les détenus passent de longues périodes dans les prisons sans avoir accès à la justice. Il a également critiqué le fait que cette question n’intéresse pas tout le monde et qu’elle a déjà coûté au bureau d’un procureur. L’état de droit qui trouve également sa représentativité dans le système judiciaire, a conduit deux grands instituts américain et canadien à accorder une mauvaise mention de 3.5 sur 10 au tandem Jovenel Moise-Joseph Jouthe pour leur mauvaise gestion dans ce domaine.

Advertisement

Récemment, les substituts du commissaire de gouvernement ont promu un arrêt de travail pour dénoncer les conditions de travail et exiger le respect des accords signés avec le ministère de la Justice, qui ont mis fin à la disparité salariale entre les juges en exercice et les commissaires du gouvernement.

Ceci fait suite à une année judiciaire « catastrophique » 2019-2020, qui s’est terminée en octobre dernier avec un solde négatif, comme l’a souligné Morin lui-même.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *