le-parti-konstwi-lavi-demande-au-president-jovenel-moise-de-revoquer-le-premier-ministre-joseph-jouthe

Le Parti Konstwi Lavi demande au Président Jovenel Moïse de révoquer le premier ministre Joseph Jouthe

Lettre ouverte á Son Excellence Jovenel MOISE, Président de la République

En ses bureaux.-

Objet : Exigence de révocation du Premier Ministre Jouthe JOSEPH et Renvoi du cabinet Ministériel

Port-au-Prince, mardi 29 décembre 2020 ((rezonodwes.com))–

Monsieur le Président,

La situation d’Haïti est extrêmement inquiétante, et annonce déjà l’impensable. Cependant, avant que le désastre humain n’arrive, le Parti Konstwi Lavi (PKL) vous invite à fixer les responsabilités; car, il n’est jamais trop tard pour bien faire, et qu’aucun sacrifice n’est trop grand pour empêcher Haïti  de sombrer totalement dans le chaos.

Monsieur le Président,

Ne vous rendez pas compte que vous êtes, depuis tantôt plusieurs mois, le seul á bord; sans Premier Ministre, sans Cabinet ministériel. Vous paraissez le seul à décider, á faire, manœuvrer, exécuter, et à tout défendre. L’Etat, devient uniquement vous, et vous seul. Tout semble se faire par vous et pour vous. Vous êtes donc responsable de tout ce qui va et qui ne va pas dans la cité, á cause de  l’irresponsabilité, l’inconséquence de votre Premier Ministre et l’effacement total de votre Cabinet ministériel. Vous devriez en être déjà conscient, de cet état de fait.

Monsieur le Président,

Il n’y a pas d’autorité  sans responsabilité. Tout comme l’Etat, á travers ses institutions, a un devoir de protection envers ses citoyens et ses citoyennes, qu’il ne saurait livrer aux violences des gangs armés éparpillés partout dans le pays. Vous manquez à votre devoir parce que votre Premier  ministre a perdu depuis belle lurette  le nord et votre Cabinet ministériel, quant á lui, s’est éteint depuis la nuit des temps. Haïti se meurt; ses fils et ses filles, en agonie, vivotent, en attendant qu’ils soient tous kidnappés et assassinés comme plus d’uns : Me Monferrier Dorval, Gregory Saint Hilaire, Evelyne Sincère  etc…

Monsieur le Président,

Vous ne pouvez pas prétexter l’ignorance des gangs armés sur le territoire qui massacrent, kidnappent, volent, violent, pillent, guillotinent, déshumanisent, font couler le sang d’un peuple innocent sous la responsabilité de votre gouvernement passif, inactif, complice, moribond et corrompu. Rappelez-vous que l’ignorance volontaire ou l’insouciance en droit pénal est interprété comme un refus systématique de savoir et d’agir.

Monsieur le Président,

De tous les droits bafoués par votre gouvernement, deux retiennent particulièrement l’attention du Parti Konstwi Lavi (PKL), il s’agit bien du droit á la vie, et dans un second temps du droit á la sécurité. Dans une conférence présentée par le Professeur de droit constitutionnel, Me Sonet SAINT-LOUIS le 10 décembre 2020 á Tabarre á l’occasion de la célébration du 72eme anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, il s’est interrogé en ses termes : Que valent les droits de l’homme dans votre gouvernement sans l’Etat de droit et la démocratie ? Le droit á la vie devrait être le plus important pour votre pourvoir, car inhérente et inaliénable, il est le noyau dur des droits humains, un cadeau de Dieu, fragile et précaire. La vie doit être protégée et respectée, ceux et celles qui y portent atteinte devraient être poursuivis, recherchés partout ou ils se seraient cachés pour être appréhendés, remis à la justice et punis selon la loi. Le droit á la sécurité est le premier devoir d’un gouvernement qui n’a pas la mission de livrer ses citoyens et citoyennes aux violences des groupes armés et d’entités criminelles. Le gouvernement a un devoir de protection comme représentant de l’Etat, et ne saurait manquer á cette noble responsabilité.

Monsieur le Président,

Votre Premier Ministre perd entièrement la capacité de gouverner, et définitivement. Il divague  régulièrement par voie de presse, affiche des incohérences idéo-verbales, stigmatise, discrimine  des  citoyens, il s’approprie du rôle de juge instructeur dans le dossier de disparition du Journaliste Legagneur Vladimir; d’ailleurs, il a conclu l’instruction en déclarant que ce dernier a été tué, tout en identifiant l’assassin qu’il dit réaliser actuellement un projet á Port –au- Prince grâce aux financements d’une ONG qu’il compte déclarer personna non grata en Haïti.

Advertisement

Monsieur le Président,

Les citoyens et citoyennes du pays sont victimes de la faillite de la machine gouvernementale en entier. Ce qui crée un énorme vide dans lequel sont venues s’engouffrer, de plus en plus, la criminalité organisée et la fédération des groupes armés; d’où l’accroissement des massacres, des meurtres,  viols, vols, kidnappings et l’impunité générales face aux crimes graves et violations des droits de la personne.

Monsieur le Président,

Se référant á ce tableau contextuel, décriant, inacceptable, honteux et tragique, susmentionné et associé aux multiples dérives et violations graves signalées dans la lettre adressée directement, il ya de cela 8 jours, au Premier Ministre Jouthe Joseph l’exigeant sa démission dans l’immédiat, le Parti Konstwi  Lavi vous invite donc à vous ressaisir et vous compatir, pour une fois, aux douleurs extrêmes de la population des dix départements du pays, et même de la diaspora. Le moment idéal et historique est venu pour vous de cesser la stratégie de mise en état du droit par la politique. Le mot du droit doit enfin se dire en tout urgence pour trouver cette demie-solution qui déclenchera, á coup sûr, sur un début de sortie de crise Pré-7 février.

Monsieur le Président,

Pour le salut de la patrie, votre chef de gouvernement, Jouthe Joseph, doit se démettre de sa fonction en toute urgence, pour éviter la continuation de l’horreur, des bêtises, des tueries, des assassinats, des viols, des kidnappings, de l’indifférence d’Etat; et faciliter rapidement le début d’une série de consultations entre vous, les partis politiques de l’opposition et les acteurs de la société civile pour le choix d’un nouveau Premier Ministre et la mise en place d’un autre Cabinet ministériel pouvant faire face réellement á la crise politique actuelle, voire l’atténuer véritablement avec le respect strict de l’article 134.2 de la constitution  de 1987, amendée le 9 mai 2011, qui consacre la fin de votre mandat constitutionnel le 7 février 2021.

Monsieur le Président,

Alors, á vos marques…!! Soyez du coté de l’intérêt de la population pour qu’avant le 7 février 2021, il existe un nouveau Chef de gouvernement et un autre Cabinet ministériel capables de restaurer l’autorité de l’Etat, réprimer l’injustice et la terreur des gangs armés, rétablir la paix, travailler avec les partis de l’opposition et les groupes organisés de la société civile afin que les pouvoirs établis puissent combler le vide institutionnel et renouveler le personnel politique.

Monsieur le Président,

Haïti doit renaitre, et vivre; même après votre mandat. Pensez-y, sérieusement…!!!

………………………                                                                    …………………………
Dr Frantz GERMAIN                                                                      Raynold CANTAVE
Vice-Président                                                                               Secrétaire Général

NB.- En annexe, la lettre ouverte adressée au Premier Ministre Jouthe Joseph par le Parti Konstwi Lavi (PKL), l’exigeant sa démission.

Pour authentification : (509) 3401-6837 / 3456-9464

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *