le-designer-pierre-cardin-meurt-a-98-ans

Le designer Pierre Cardin meurt à 98 ans

Mardi 29 décembre 2020 ((rezonodwes.com))–Le designer Pierre Cardin, pionnier du prêt-à-porter né en Italie mais vivant à Paris depuis 1945, est décédé mardi à 98 ans, a annoncé sa famille aux médias français.

Le styliste est mort à l’hôpital américain de Neuilly, en dehors de la capitale française.

Cardin, homme d’affaires qui a créé un empire à son nom, a participé avec André Courrèges et Paco Rabanne à la rénovation de la haute couture française de l’après-guerre et a enchaîné les créations futuristes tout au long de sa carrière.

Né en 1922 dans la petite ville de Sant’Andrea di Barbarana, près de Venise, dans une famille d’agriculteurs ayant émigré en France pour échapper au fascisme, il débute dans la mode à l’âge de 14 ans, dans la ville française de Saint-Etienne, comme assistant tailleur.

En 1944, il commence à travailler dans la célèbre maison Paquin à Paris, où il dessine les costumes et les masques pour le film de Jean Cocteau « La Belle et la Bête ».

Dans la capitale, il est passé par certaines des entreprises de mode les plus respectées de la première moitié du XXe siècle, telles que Schiaparelli, ami par excellence des surréalistes, et Christian Dior, qui venait d’ouvrir sa boutique à cette époque.

Avec Dior, Cardin s’est toujours vanté d’avoir participé à la création du tailleur veste qui deviendra l’emblème de la firme et qui façonne le fameux « New Look », serré à la taille et volumineux dans les jupes.

Advertisement

En 1950, après cette expérience, il a créé sa propre marque qu’il a baptisée de son nom et qui a été cruciale dans la révolution que l’industrie a connue dans la seconde moitié du XXe siècle, lorsque le vêtement sur mesure a donné naissance à des productions à la chaîne, le prêt-à-porter, qui était beaucoup plus accessible que la haute couture.

Cardin a conservé jusqu’à la fin de ses jours son caractère d’entrepreneur et son amour de la mode, dans un style qui, bien que beaucoup l’écartent aujourd’hui comme du passé, représentait pour le créateur et ses disciples des créations intemporelles.

Dans une interview, il s’est interrogé sur le « danger » de la production non-stop de la mode et a défendu son style. « J’ai un style reconnaissable, c’est ma signature. On ne peut pas en dire autant des autres » créateurs, a-t-il dit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *