prensa-latina-:-sans-parlement,-haiti-a-vecu-une-annee-2020-marquee-par-des-decrets-presidentiels

Prensa Latina : Sans Parlement, Haïti a vécu une année 2020 marquée par des décrets présidentiels

Fernando Duclair, un membre du Secteur Démocratique et Populaire, a déclaré à la presse que le décret donne les pleins pouvoirs à ANI, y compris la répression, et est un mécanisme qui permettra au président, Jovenel Moïse, d’avoir le contrôle du pays.

La Cour des Comptes a directement impliqué Moïse dans un dossier de détournement de fonds publics, souligne Prensa Latina.

Par Anelí Ruiz García

Mercredi 30 décembre 2020 ((rezonodwes.com))–L’absence du Parlement a marqué l’année politique et législative d’Haïti, régie par des décrets controversés du président Jovenel Moïse et avec une opposition croissante mais non structurée.

À la mi-janvier, le chef de l’État a déclaré la « caducité » du pouvoir législatif lorsque les mandats de tous les députés et des deux tiers des sénateurs ont expiré, et sans qu’aucune élection ne soit en vue pour les renouveler.

Il n’a pas non plus de gouvernement légitime depuis septembre 2019, date à laquelle les députés ont licencié le Premier ministre Jean Henry Céant, et il a fallu encore six mois pour nommer l’actuel chef du gouvernement, Joseph Jouthe, en mars dernier.

En effet, sur les cinq chefs de gouvernement nommés par Moïse depuis février 2017, seuls les deux premiers ont été approuvés par le Parlement, et les autres ont dirigé l’exécutif pendant des périodes plus ou moins longues, mais sans légitimité.

En 2020, le président a publié une quarantaine de décrets, dont certains très controversés, comme le code pénal qui, bien qu’il doive entrer en vigueur en 2022 et puisse être rejeté par les législateurs avant cette date, a été rejeté par plusieurs secteurs, notamment religieux, en dépénalisant l’avortement et en imposant des sanctions pour les discriminations fondées sur l’orientation sexuelle.

Outre le code pénal, Moïse a ainsi officialisé le gouvernement, un an après avoir eu un cabinet intérimaire, et a remplacé début juillet plus d’une centaine de maires avec les mêmes moyens.

En novembre également, il a réduit considérablement les actions de la Cour des comptes, en prévoyant que ses arrêts ne sont plus contraignants, mais simplement consultatifs. Les critiques soulignent que cet organisme a directement impliqué Moïse dans un dossier de détournement de fonds publics.

Mais les mandats les plus controversés sont ceux qui concernent la sécurité, la création d’une Agence nationale de renseignement (ANI). La première a étendu la classification des actes de terrorisme et a prévu des peines particulièrement sévères allant jusqu’à 50 ans d’emprisonnement.

L’ordonnance de l’ANI, pour sa part, accorde les pleins pouvoirs à ses agents qui ne répondent qu’au président, en partant du principe que la sécurité nationale est préservée.

Pour le Secteur Démocratique et Populaire, l’une des plateformes les plus hostiles au gouvernement, la structure vise à instaurer une dictature, à la manière de François et Jean-Claude Duvalier, qui ont gouverné le pays de 1957 à 1986 d’une main de fer.

Fernando Duclair, un membre du Secteur, a déclaré à la presse que le décret donne les pleins pouvoirs à l’agence, y compris la répression, et est un mécanisme qui permettra au président, Jovenel Moïse, d’avoir le contrôle de la nation.

Une partie de la communauté internationale, en particulier le Corps Groupe, composé d’ambassadeurs de plusieurs pays et de représentants de l’ONU et de l’OEA, a également exprimé son inquiétude face à cet édit, qui accorde aux fonctionnaires de cette institution une immunité quasi juridique, ouvrant ainsi la possibilité d’abus, ont-ils déclaré.

Outre la profusion de lois, un Conseil électoral provisoire a été mis en place avec pour mission d’organiser le suffrage universel, et un autre a installé une commission consultative indépendante pour rédiger la nouvelle constitution.

TRADITION DES DÉCRETS

Bien que le mandat de 11 mois par décret ait suscité de vives critiques, le secrétaire général du Conseil des ministres, Rénald Lubérice, a assuré qu’Haïti avait une tradition de ce type d’ordonnance.

Le fonctionnaire a justifié le chef de l’Etat et a souligné que l’arsenal législatif d’Haïti est constitué de ces édits avec la bénédiction de « tous les politiciens et juristes » et malgré les 50 législatures.

Advertisement

Nous avons une tradition historique où nos parlementaires haïtiens privent la population d’un ensemble de textes dont elle a besoin pour fonctionner en tant que société », a-t-il critiqué dans une émission de télévision.

Lubérice a décrit l’absence d’un parlement comme une « regrettable opportunité » qui pourrait être utilisée pour faire quelque chose pour le pays et son peuple.

Cependant, il n’y a pas que les opposants qui sont inquiets de la direction que prend Haïti avec l’accumulation du pouvoir dans la figure du président, alors qu’ils craignent l’installation d’une nouvelle dictature.

Les mesures prises par Jovenel ressemblent de façon inquiétante à ce que faisait (François) Duvalier lorsqu’il a mené le pays sur la voie de la dictature », a déclaré Samuel Madistin, ancien sénateur et président de la Fondation Je Klere.

Le défenseur des droits de l’homme a rappelé que Papa Doc a promulgué 142 textes de loi en six mois, et est resté au pouvoir pendant 14 ans avec l’aide des groupes paramilitaires Tonton Macoutes.

Une fois que vous avez un président qui ne respecte pas les droits fondamentaux d’un citoyen, qui ne respecte pas les lois de la constitution, il n’est rien d’autre qu’un dictateur. Ce qui se passe ici est une répétition de l’histoire », a-t-il déploré.

Le Réseau national pour la défense des droits de l’homme a documenté 38 décrets publiés dans le journal officiel Le Monitor, tandis que le plus grand journal du pays, Le Nouvelliste, a compté 44 décrets depuis janvier et 110 autres actions, mieux connues sous le nom d’arrestations, utilisées pour répondre aux situations en cours.

De la nomination d’un chef de police, du remplacement du personnel diplomatique ou de l’ouverture d’un bureau consulaire au Maroc, à la gestion de la pandémie de Covid-19, Moïse a dirigé sans contrepoids les destinées de la nation cette année, un scénario qui pourrait se répéter en 2021, alors qu’il n’y a pas encore de date d’élection.

Dans ce contexte, l’opposition insiste sur sa démission et son remplacement par un gouvernement de transition, mais celui-ci a été atomisé au milieu des scandales de corruption et de désintégration.

L’opposition étant désunie et sans pouvoir législatif, Moïse organise un référendum pour la nouvelle loi et des élections pour renouveler le personnel politique, ce qui pourrait générer une nouvelle crise sociopolitique en 2021.

Anelí Ruiz García
Correspondant de Prensa Latina en Haïti

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *