rd-corruption-–-le-frere-de-l’ex-president-medina,-soupconne-d’expropriation-illegale,-interroge-a-nouveau-par-la-justice

RD-Corruption – Le frère de l’ex-président Medina, soupçonné d’expropriation illégale, interrogé à nouveau par la justice

Medina Sanchez, frère de l’ancien président Danilo Medina a passé la Noël derrière les barreaux après avoir été inculpé de corruption…

Mardi 29 décembre 2020 ((rezonodwes.com))–Trois procureurs et le frère de l’ancien président Danilo Medina ont été convoqués devant le bureau du procureur général de la République pour s’expliquer sur l’appropriation d’un appartement au Malecón Center appartenant à un ancien ambassadeur dominicain.

Les accusés sont les procureurs Fernando Quezada, Rigis Victorio Reyes, de la Cour d’appel du district national, Carlos Calcagno Domínguez, Medina Sánchez et d’autres personnes impliquées dans l’expropriation de l’appartement 2801, situé dans la tour II du Malecón Center, propriété de l’ancien ambassadeur dominicain au Liberia, Rafael Martínez.

La plainte déposée par Miriam German Brito auprès du procureur général de la République lundi dernier, le 21 décembre, inclut également l’ancien procureur général de la République Jean Alain Rodriguez, Jorge Luis Lorenzo Paulino, Eliezer Perez Diaz et Avis Altagracia Soto Mercedes.

L’ex-diplomate explique que Quezada, agissant en tant que directeur de la Persécution en matière de corruption, a délaissé cette fonction pour mener les actions contre lui dans l’expropriation de l’appartement.

Il a déclaré avoir commis ces actes pour faire plaisir à son ami et mentor Alexis Medina Sanchez, qui voulait l’appartement pour le joindre au penthouse de son partenaire et ami, l’expatrié de la Major League Baseball Sammy Sosa, qui occupe le 2901, qui avait l’intention de construire un escalier intérieur pour les joindre.

Advertisement

Il a indiqué qu’il avait fait l’objet d’abus de pouvoir, d’indignation et de menaces de mort de la part d’un groupe de personnes afin de lui confisquer son appartement.

Il a enfin expliqué que l’appartement avait été acquis par un contrat de vente sous seing privé le 28 mai 2008 et qu’il en était propriétaire jusqu’au 25 mai 2020, date à laquelle ils sont entrés, enlevant des biens et les occupant illégalement à ce jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *